Subscribe: Chronique de guantánamo
http://chroniquedeguantanamo.blogspot.com/feeds/posts/default
Added By: Feedage Forager Feedage Grade A rated
Language: French
Tags:
cia  dans  des  est  guantanamo  guantánamo  les  obama  ont  par  pas  pour  prison  qui  sur  torture  une  été 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: Chronique de guantánamo

Chronique de guantánamo



Blog du Collectif guantánamo France, fondé à Paris en février 2003 collgitmo[at]gmail[dot]com



Updated: 2018-01-19T01:47:29.334+01:00

 



Forty-One Hearts Are Still Beating in Guantanamo

2018-01-19T01:47:29.402+01:00

by Kathy Kelly, The Progressive, Jan. 11, 2018 Español: 41 corazones siguen latiendo en Guantánamo Today, January 11, 2018, marks the 16th year that Guantanamo prison has exclusively imprisoned Muslim men, subjecting many of them to torture and arbitrary detention.In Washington, D.C., about thirty people have gathered this week as part of Witness Against Torture, for a weeklong fast aimed at closing Guantanamo and abolishing torture forever. Four days ago, Matt Daloisio arrived from New York City in a van packed with posters and banners, plus sleeping bags, winter clothing, and other essentials for the week.Matt spent an hour organizing the equipment in the large church hall housing us. “He curates it,” said one organizer.Witness Against Torture protestors march to the White House (Justin Norman)In 2007, there were 430 prisoners in Guantanamo. Today, forty-one men are imprisoned there, including thirty-one who have endured more than a decade of imprisonment without charge.None of the forty-one prisoners now in Guantanamo was captured by the U.S. military on a battlefield. Afghan militias and the Pakistani military were paid cash bounties for selling most of these prisoners into U.S. custody. Imagine the “green light” this gave for other countries to engage in the buying and selling of human beings.Aisha Manar of the London Campaign to Close Guantanamo points out that “the rights-violating practices surrounding Guantanamo are now a model for the detention and incarceration policies of the U.S. and other states.”This chilling reality is reflected in Associated Press reports revealing that the United Arab Emirates operates a network of secret prisons in Southern Yemen, where prisoners are subjected to extreme torture. This has included being trussed to a rotating machine called “the grill” and exposed to a roasting fire.“Nearly 2,000 men have disappeared into the clandestine prisons,” the AP reports, “a number so high that it has triggered near-weekly protests among families seeking information about missing sons, brothers and fathers.”One of the main detention complexes is at Riyan Airport in Yemen’s southern city of Mukalla. Former detainees, speaking on condition of anonymity, told of “being crammed into shipping containers smeared with feces and blindfolded for weeks on end. They said they were beaten, trussed up on the “grill,” and sexually assaulted.”A member of the Yemeni security force set up by the United Arab Emirates told AP that American forces were at times only yards away.“It would be a stretch to believe the U.S. did not know or could not have known that there was a real risk of torture,” Lynn Maalouf, Amnesty International’s director of research in the Middle East, said in a June 2017 statement.On January 9, 2018, Witness Against Torture members tried to deliver a letter to United Arab Emirates Ambassador Yusuf Al Otaiba, seeking his response to these reports. Security guards took our pictures but said they were unable to accept our letter.Today, joining numerous other groups for a rally in front of the White House, we’ll carry one banner that says, “It would take a genius to close Guantanamo.” Another says, “We are still here because you are still there.” Clad in orange jumpsuits and black hoods we’ll also carry placards bearing the number “41.”Forty-one hearts still beat in Guantanamo prison cells. That's forty-one too many. [...]



Khalid Cheikh Mohamed: les USA devraient revendiquer l'attentat du 11 Septembre

2018-01-18T12:34:37.102+01:00

Les USA ont rendu publique une lettre de 18 pages écrite par Khalid Cheikh Mohammed, considéré par les autorités US comme l'organisateur présumé des attentats terroristes du 11 septembre 2001. La lettre était adressée à l'ex-président Barack Obama, annonce le Miami Herald.
 Dans sa lettre, Khalid Cheikh Mohammed qualifie Barack Obama de « tête du serpent » et de président d'un « pays d'oppression et de tyrannie ». Il affirme que c'est Washington qui doit être accusé des attentats du 11 septembre 2001, provoqués par une politique extérieure qui a « fait mourir des innocents dans le monde entier ». Il a aussi souligné, que « ce n'est pas nous qui avons entamé la guerre contre vous le 11 septembre 2001». Selon lui, ce sont les États-Unis et « vos dictateurs dans notre pays » qui endossent cette responsabilité.
Selon la publication, la lettre a été rédigée le 8 janvier 2015, mais la Maison blanche ne l'a reçue que quand un juge militaire a ordonné au camp de Guantanamo de la remettre avant le départ de Barack Obama.
Pourquoi l'attentat du 11 septembre 2001 a-t-il eu lieu? Et pourquoi cela pourrait se répéter? Khalid Cheikh Mohammed livre également son explication:
« Les crimes de guerre perpétrés en Palestine depuis 1948 et ceux qui se déroulent à Gaza aujourd'hui sont la meilleure indication des raisons pour lesquelles le 11 septembre est arrivé et pourquoi cela pourrait se reproduire à l'avenir ».



Khalid Sheik Mohammed's letter to Obama

2017-02-16T09:54:26.849+01:00

Alleged mastermind tells Obama 9/11 was America’s fault  By Carol Rosenberg, Miami Herald, Feb. 8, 2017The alleged mastermind of the Sept. 11 terror attacks wrote former President Barack Obama in a long suppressed letter that America brought the 9/11 attacks on itself for years of foreign policy that killed innocent people across the world.“It was not we who started the war against you in 9/11. It was you and your dictators in our land,” Khalid Sheik Mohammed, 51, writes in the 18-page letter to Obama, who he addressed as “the head of the snake” and president of “the country of oppression and tyranny.” It is dated January 2015 but didn’t reach the White House until a military judge ordered Guantánamo prison to deliver it days before Obama left office.Allah helped us to defend ourselves and attack your most significant military and commercial targets in your land for your crimes in our lands.Khalid Sheik Mohammed, accused Sept. 11 attacks mastermindIn it, the man on trial for his life at Guantánamo as the alleged architect of the hijackings that killed nearly 3,000 people in New York, the Pentagon and a Pennsylvania field adds that he neither fears a death sentence nor life in a prison cell. He also appends a 50-page manuscript he wrote, “The Truth About Death,” illustrated with a picture of a noose.Read more LETTER FROM THE CAPTIVE MUJAHID KHALID SHAIKH MOHAMMAD TO THE HEAD OF THE SNAKE, BARACK OBAMA, THE PRESIDENT OF THE UNITED STATES OF AMERICA, THE COUNTRY OF OPPRESSION AND TYRANNYRead more here: http://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/guantanamo/article131466294.html#storylink=cpy[...]



Case of Captive in Yemen Could Test Trump’s Guantánamo Pledge

2017-02-16T09:32:19.871+01:00

By ADAM GOLDMAN, MATT APUZZO and ERIC SCHMITT, The New York Times, FEB. 13, 2017WASHINGTON — The Trump administration is considering what to do about a Qaeda suspect being held in Yemen, a decision that presents an early test of President Trump’s campaign pledge to send terrorism suspects to the military prison at Guantánamo Bay, Cuba.The suspect, known as Abu Khaybar, was captured last fall in Yemen and is being held there by another country, according to four current and former senior administration officials. The circumstances of his detention are not clear, but he is wanted on terrorism charges in New York.Mr. Khaybar, who is about 40, presents an important legal and policy test for Mr. Trump, who said the Obama administration was too soft on terrorists and promised to fill the prison in Cuba with “bad dudes.”Mr. Khaybar’s suspected affiliation with Al Qaeda gives the United States clear authority to hold him in the military prison. Attorney General Jeff Sessions has repeatedly said that terrorists should not be prosecuted in civilian courts and, as recently as last month at his confirmation hearing, said the prison at Guantánamo Bay should be kept open. The case could also prompt a decision as the Trump administration is considering an executive order that would make it clear that newly captured terrorism suspects would be sent to Guantánamo Bay. The United States has not sent a prisoner there since 2008.But trying to send Mr. Khaybar to Guantánamo Bay would put the administration at odds with career Justice Department prosecutors and F.B.I. agents, who say the criminal courts have proved more adept than military commissions at handling terrorism cases.The military tribunal system has been troubled by setbacks. A decade and a half after the Sept. 11, 2001, terrorist attacks, none of the men charged in that plot have even gone to trial.Read more  [...]



Ils étaient de l'autre côté du grillage à Guantanamo

2017-02-16T09:22:20.629+01:00

par Mourad Benchellali, Blog Après Guantanamo, 10 février 2017 Le colonel Wilkerson, ex-bras droit de Colin Powel, Janis Karpinski, ancienne générale de brigade de la Military Police à la prison d’Abou Ghraib et Mark Fallon, ancien enquêteur dans la section américaine antiterroriste, étaient à Paris, nous avons pu dialoguer. Encore aujourd’hui en 2017 beaucoup de gens pensent que «les mauvais traitements» subis par les prisonniers à Guantánamo ont été le fruit «d’accidents», de dérives d’individus isolés ou de manquements aux ordres de certains soldats. La réalité est bien différente : ce qui s’est passé dans le camp situé dans le sud-est de l’île de Cuba, puis à Abou Ghraib, en Irak, était un véritable système. Un système destiné à pousser les détenus à leurs limites mentales et physiques, avec l’aide de psychologues et de médecins. La seule consigne donnée au personnel chargé de mener les interrogatoires était : «No blood no fool.» Tant qu’il n’y a pas de sang…Andreas Schuller, avocat en droit international, inscrit au barreau de Berlin, travaille au sein de l'European Center for constitutional and human rights (ECCHR), un centre dans lequel se retrouvent des juristes spécialistes pour la plupart en droit pénal international et très sensibilisés à la question du respect des droits de l’homme. Il y a deux ans, il m’a invité dans leurs locaux en Allemagne. Ce jour-là, il m’a présenté le fondateur de l’ECCHR, Wolfgang Kaleck, qui m’a expliqué comment depuis plusieurs années ils nous soutenaient, mes avocats, William Bourdon et Apolline Cagnat, et moi, dans notre combat judiciaire pour faire la lumière sur le traitement qui nous avait été réservé à Guantánamo. Depuis 2004, l’ECCHR a par exemple engagé des procédures pénales contre des militaires américains, notamment contre l’ancien secrétaire à la Défense américain Donald Rumsfeld.Photo prise le 18 janvier 2002, au camp X-Ray de la prison de Guantànamo de détenus accusés d’être membre d’Al-Qaida. Photo : Shane T. McCOY / US NAVY / AFP Il y a quelques jours, j’ai reçu ce mail d’Andreas qui m’a ravi : «Salut Mourad, j’espère tu vas bien. Nous aimerions t’inviter à Paris le jeudi 26 janvier 2017. Avec William et Apolline, l’ECCHR organise une conférence publique sur la torture à Guantánamo, mais aussi les développements aux Etats-Unis après les élections. On a invité d’autres experts des Etats-Unis pour témoigner contre la torture.»«Des experts des Etats-Unis», me disait-il. En fait, il s’agissait de hauts responsables américains. L’occasion pour moi, pour la première fois de ma vie, de me confronter aux responsables de ce piège dans lequel je suis tombé (lire portrait dansLibération), de comprendre leur point de vue, de saisir ce qui les a menés à mettre en place cette justice d’exception, cette machine infernale des «techniques d’interrogatoires musclées», cet arbitraire qui consistait à nous décrire comme les ennemis de l’Amérique «les pires des pires» ou «les terroristes qui occupaient hier l’Afghanistan, [et] croupissent aujourd’hui à Guantánamo», disaient dès janvier 2002 l’ancien président des Etats-Unis George Bush. Je suis impatient de les entendre et curieux de savoir ce qu’ils pensent aujourd’hui. Bref l’occasion de comprendre cette grande histoire dans laquelle la nôtre, beaucoup plus petite, s’est noyée.C’est donc à Paris, le 26 janvier dans la soirée, dans la grande salle de l’Eléphant Paname, dans le IIe arrondissement, que nous nous sommes retrouvés. La conférence sur «l’expérience américaine, l’outrepassement de la loi dans la lutte antiterroriste» organisée par la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), la Ligue des droits de l’homme (LDH), le ECCHR et le CCR (Center of Constitutionnal Rights) [...]



Inquiétude sur le retour de la torture aux USA

2017-01-30T14:00:39.297+01:00

par Hala Kodmani, Libération,

Donald Trump trouvera-t-il les moyens légaux de rétablir l’usage de la torture, comme il l’a souhaité mercredi sur la chaîne ABC ? En visite à Paris, des avocats et organisations de droits de l’homme, ainsi que d’anciens membres de haut rang de l’administration Bush, se mobilisent pour barrer la route à une telle éventualité, alors que la torture, utilisée dans la «guerre contre le terrorisme» au lendemain des attentats du 11 Septembre aux Etats-Unis, a été formellement interdite par une loi de 2015.
Les craintes que le «programme d’interrogatoire renforcé», arrêté par Barack Obama en 2009, soit réhabilité viennent d’être ravivées par les propos du nouveau président américain. Il a vanté, dans son interview, l’efficacité du «waterboarding» (simulation de noyade) dans les interrogatoires de terroristes à Guantánamo. Dans le même temps, le New York Times révélait un projet de la nouvelle administration de rouvrir les prisons secrètes de la CIA à l’étranger, fermées par Barack Obama. «Le sadisme affiché par Trump et sa logique du "ils l’ont bien mérité" marche auprès des Américains, qui se disent à 62 % favorables à la torture», souligne Alberto Mora. Ancien avocat général de la marine américaine (US Navy) entre 2001 et 2006, il œuvre au centre Carr (Center for Human Rights policy) de la Harvard Kennedy School. Et tente de se rassurer par le fait que Donald Trump compte néanmoins s’en remettre au nouveau chef de la CIA, Mike Pompeo, et à son secrétaire à la Défense, John Mattis. «Ce dernier en particulier est formellement opposé à la torture», insiste Mora, présent à Paris avec ses collègues américains.
Ces juristes interviennent aux côtés des avocats français et des organisations des droits de l’homme, dont la FIDH, dans le cadre de «l’affaire française de Guantánamo». Impliquant deux citoyens français, détenus et torturés dans la célèbre prison, une instruction, toujours en cours, est à ce jour la seule ouverte dans le monde contre les crimes commis au centre de détention. Les organisations poursuivent auprès de la justice française les haut responsables américains, dont Geoffrey Miller, le commandant du camp de Guantánamo, qui ne s’est pas présenté à l’audience en mars 2016 à Paris.
«La France a bien transmis la demande sur Miller aux autorités américaines, mais on ne sait pas encore les suites données», indique Katherine Gallagher, avocate au Center for Constitutional Rights. Quant à «l’efficacité» de la torture pour obtenir des aveux, Katherine Gallagher se joint à l’invitation lancée à Donald Trump par une sénatrice américaine de se livrer à une longue lecture : il s’agit d’un rapport classifié de 7 600 pages, rédigé par la commission sénatoriale du renseignement, sur les interrogatoires de la CIA et démontrant point par point l’inefficacité d’une telle pratique.



Guantanamo: énième report dans la procédure contre les accusés du 11-Septembre

2017-01-27T11:07:21.198+01:00

AFP, 25 janvier 2017 Le tribunal militaire qui prépare à Guantanamo le procès des cinq accusés du 11-Septembre a dû se résoudre mercredi à reporter au mois de mars ses audiences, un énième retard dans une interminable procédure.Alors qu'avocats, magistrats, journalistes, observateurs avaient fait le chemin jusqu'à Guantanamo pour une session de deux semaines, le juge James Pohl a dû annoncer le report des audiences, l'un des avocats de la défense ne pouvant y assister du fait d'un poignet cassé.La procédure contre les cinq accusés du 11-Septembre suscite un regain d'intérêt après l'arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump, qui a affirmé qu'il n'hésiterait pas à reprendre les méthodes controversées de l'administration de Georges W. Bush face aux extrémistes.Selon des journaux américains mercredi, le nouveau président américain s'apprête à révoquer des décrets signés par son prédécesseur Barack Obama en janvier 2009 qui ordonnaient la fermeture du centre de détention de Guantanamo et des prisons de la CIA en dehors du pays. Ils avaient aussi mis fin aux techniques d'interrogatoires assimilées à de la torture.Sean Spicer, porte-parole de la Maison Blanche, a démenti ces informations.Quinzaine d'années sans procès Les cinq accusés du 11-Septembre --dont Khaled Cheikh Mohammed (KSM) qui est considéré comme le cerveau des attentats-- sont détenus depuis une quinzaine d'années par les autorités militaires américaines. Ils risquent la peine de mort.Ils ont été inculpés il y a neuf ans, mais il est impossible à ce stade de prévoir la date de leur procès. Il s'agit de l'une des procédures les plus complexes de l'histoire judiciaire américaine."Nous sommes plus déterminés que jamais à présenter ces personnes devant la justice, et nous le ferons, quel que soit le temps que cela prendra", a déclaré mardi le général Mark Martins, procureur principal dans cette affaire.Selon lui, la sélection du jury pourrait commencer en mars 2018. Côté défense, 2020 est considéré comme un calendrier plus réaliste.Malgré le report des audiences, le juge a tenté mercredi d'avancer ce qui pouvait l'être.Il a ainsi maintenu l'enregistrement du témoignage d'un octogénaire ayant perdu son fils, sa belle-fille et sa petite-fille, qui se trouvaient à bord d'un des avions. Il est prévu vendredi.Il dira en peu de mots, "très posément, qu'il a vu à la télévision le meurtre de sa famille", a expliqué Ed Ryan, de l'équipe d'accusation.Le tribunal veut enregistrer ce genre de dépositions pour qu'elles puissent être utilisées lors du procès lui-même, alors que les témoins seront peut-être décédés.Eléments à charge secrets? Le processus judiciaire est d'autant plus complexe que les prisonniers sont passés par les prisons secrètes de la CIA, où certains ont subi des "procédures d'interrogatoires poussés" --un euphémisme pour désigner la torture-- qui ont servi à construire le dossier d'accusation.C'est en particulier le cas pour KSM, arrêté au Pakistan en 2003, qui a notamment été soumis à de nombreuses sessions de simulation de noyade ("waterboarding") ou encore à des séances de "réhydratation rectale" sans justification médicale, avant d'être transféré à Guantanamo en 2006.Des éléments à charge recueillis par la CIA demeurent classifiés dans le rapport du gouvernement américain sur la torture. Ce qui rend furieux les avocats de la défense car ils n'ont pas connaissance de tout le dossier dont dispose le gouvernement."Nous ne savons pas ce que nous ne savons pas, et c'est bien là le problème", a résumé Walter Ruiz, avocat du Saoudien Moustapha al-Houssaoui.Il reste encore 41 détenus à Guantanamo, que M. Obama n'a pas réussi à fermer en raison de l'opposition du Congrès.Les trois autres acc[...]



11-Septembre: les accusés comparaissent

2017-01-25T13:16:06.035+01:00

Le tribunal militaire de Guantanamo reprend son travail mercredi sur les cinq accusés du 11-SeptembreEnfermés dans leurs cellules de Guantanamo, les cinq accusés du 11-Septembre ont vu s'écouler les présidences de George W. Bush et de Barack Obama sans jamais avoir été condamnés faute de procès. Une nouvelle étape de leur odyssée s'ouvre après l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.Les cinq hommes --dont Khaled Cheikh Mohammed (KSM) qui est considéré comme le cerveau des attentats de 2001-- doivent retrouver la justice à partir de mercredi, avec une nouvelle série d'audiences du tribunal militaire à Guantanamo, dans le cadre de la préparation de leur procès.La procédure suscite un regain d'intérêt avec l'arrivée au pouvoir du républicain Donald Trump, qui a affirmé qu'il n'hésiterait pas à envoyer de nouveaux prisonniers dans le centre de détention installé sur une base américaine à Cuba et qu'il ne voyait pas non plus d'inconvénient à ce qu'ils y soient jugés.La peine de mort encourueMais impossible à ce stade de prévoir une date de procès pour les «Cinq du 11-Septembre», qui est l'une des procédures les plus complexes de l'histoire judiciaire américaine. Ils risquent la peine de mort.«Nous sommes plus déterminés que jamais à présenter ces personnes devant la justice, et nous le ferons, quel que soit le temps que cela prendra», a déclaré mardi le général Mark Martins, procureur principal dans cette affaire. Selon lui, la sélection du jury pourrait commencer d'ici un peu plus d'un an, en mars 2018. Mais, côté défense, 2020 est considéré comme un calendrier plus réaliste.Détenus depuis une quinzaine d'années, les cinq hommes ont été inculpés il y a neuf ans. La procédure avance à un rythme de tortue, et le programme de cette semaine pourrait être remis en cause dès mercredi.L'avocate s'est cassé le brasLe juge militaire, le colonel James Pohl, va devoir décider si les audiences peuvent se dérouler en l'absence de Cheryl Bormann, avocate principale du Yéménite Walid ben Attach. Elle s'est cassé un bras et n'est pas à Guantanamo.L'accusation voudrait que Ben Attach renonce exceptionnellement à la présence de son avocate, mais les défenseurs des autres accusés s'inquiètent du précédent que cela créerait.Si le Yéménite refuse la requête de l'accusation, le témoignage d'un octogénaire ayant perdu son fils, sa belle-fille et sa petite-fille, qui se trouvaient à bord d'un des avions, pourrait être reporté.Torture Le processus judiciaire est d'autant plus complexe que les prisonniers sont passés par les prisons secrètes de la CIA, où certains ont subi des «procédures d'interrogatoires poussés» --un euphémisme pour désigner la torture-- qui ont servi à construire le dossier d'accusation.C'est en particulier le cas pour KSM, arrêté au Pakistan en 2003, qui a notamment été soumis à de nombreuses sessions de simulation de noyade («waterboarding») ou encore à des séances de «réhydratation rectale» sans justification médicale, avant d'être transféré à Guantanamo en 2006.Des éléments à charge recueillis par la CIA demeurent classifiés dans le rapport du gouvernement américain sur la torture. Ce qui rend furieux les avocats de la défense car ils n'ont pas connaissance de tout le dossier dont dispose le gouvernement. «Nous ne savons pas ce que nous ne savons pas, et c'est bien là le problème», a résumé Walter Ruiz, avocat du Saoudien Moustapha al-Houssaoui.L'échec d'ObamaIl reste encore 41 détenus à Guantanamo. Le président Barack Obama n'a pas réussi à fermer le camp de prisonniers comme il l'avait promis, se contentant d'en réduire le nombre d'occupants: ils étaient 242 à son arrivée au pouvoir.Pendant sa campagne, Donald Trump a affiché sa volonté d[...]



Conférence : Guantánamo, la torture et les conséquences judiciaires et sociales

2017-01-20T11:31:24.397+01:00

L’UFR Droit et science politique de l'Université Paris-Nanterre a le plaisir d’accueillir une conférence organisée par le European Center for Constitutional and Human Rights (ECCHR, Berlin - www.ecchr.eu)
Date(s)
le 27 janvier 2017
Salle des conférences F 352 (3ème étage)
Lieu(x)
Bâtiment F
de 15h à 17h
Programme:
Présentations d’experts sur le programme de torture américain: son développement et ses dommages
Lawrence Wilkerson, ex-chef de cabinet de l’ancien secrétaire d’Etat (ministre des affaires étrangères) Colin Powell
Mark Fallon, ancien enquêteur dans la section américaine anti-terroriste
Janis Karpinski, ancienne commandante en chef américaine de la brigade de police militaire en Irak, de 2003 à 2005
Aliya Hussain, CCR, représentation des victimes de Guantánamo
Wolfgang Kaleck, ECCHR, expert sur l'instruction de la Cour d'Appel de Paris dans l’affaire Guantánamo
La conférence sera uniquement en anglais.
Accès http://economix.fr/images/plan_G.jpg



Guantánamo, la promesse non tenue d'Obama

2017-01-20T08:52:34.499+01:00

MARC THIBODEAU, La PresseBarack Obama s'apprête à quitter la présidence américaine sans avoir réussi à fermer, comme il l'avait promis, la prison militaire de Guantánamo. Et tout indique que son successeur ne partage pas du tout son ambition relativement à cet établissement controversé dont les détenus sont soupçonnés de terrorisme depuis maintenant 15 ans. Le président désigné Donald Trump a sommé il y a deux semaines l'administration de ne pas relâcher d'autres prisonniers vers des pays tiers en clamant qu'il fallait éviter que des «individus extrêmement dangereux» pour les États-Unis puissent retourner «sur le champ de bataille». Son intervention, souligne l'écrivain et militant Larry Siems, joue sur les peurs de la population et ne reflète pas adéquatement la situation à Guantánamo, où des centaines de personnes ont été détenues pendant des années sans jamais avoir eu droit à un procès avant d'être relâchées sans excuses.Bien qu'ils aient été présentés comme «les pires des pires» par Donald Rumsfeld, secrétaire à la Défense sous l'ex-président George W. Bush, la majorité des détenus ayant passé des années là-bas n'avaient rien à se reprocher, relève M. Siems, qui s'est plongé au coeur de cet «abysse carcéral» en 2012 en entreprenant de mettre en forme les écrits de Mohamedou Ould Slahi.Le ressortissant mauritanien, qui a été détenu près de 14 ans par les États-Unis, a rédigé à la main le récit de son passage dans la prison militaire située dans l'île de Cuba avant qu'il soit finalement relâché à la fin de l'année dernière. allowfullscreen="" frameborder="0" id="fsk_frame_splitbox" mozallowfullscreen="" name="fsk_frame_splitbox" style="border-style: none; border-width: initial; height: 0px; margin: 0px; width: 633px;" webkitallowfullscreen="">«Pendant les quatre ans où j'ai travaillé sur le manuscrit, j'ai eu sa voix dans la tête, je savais qui il était. Lorsque j'ai finalement pu le rencontrer, c'est comme si je le connaissais depuis toujours», souligne l'écrivain, qui s'étonne de la résilience de l'ancien détenu.«Il a trouvé la manière de demeurer entier et humain malgré les circonstances dégradantes dans lesquelles il s'est retrouvé».Mohamedou Ould Slahi, qui vit aujourd'hui avec sa famille en Mauritanie, affirme avoir pardonné à ses geôliers et à leurs supérieurs malgré la torture et les exactions subies.Il n'en demeure pas moins déterminé à réclamer la fermeture de Guantánamo, qui constitue à ses yeux une «tache» durable dans l'histoire des États-Unis, relève M. Siems.«Le système en place voudrait faire croire qu'il existe deux classes de personnes qui méritent des formes de justice différentes, alors qu'il n'y a qu'une justice pour tout le monde», relève l'écrivain, qui se dit frustré du fait que l'administration Obama ne soit pas parvenue à fermer carrément la prison.Transfert de détenusLa Maison-Blanche a approuvé récemment le transfert au sultanat d'Oman d'une dizaine de prisonniers de Guantánamo malgré les mises en garde du président désigné. Il en reste aujourd'hui 45, alors qu'il y en a déjà eu près de 800.Larry Siems pense que la responsabilité de l'impasse actuelle «va de l'exécutif à la population américaine en passant par le Congrès», qui a interdit le transfert de prisonniers de Guantánamo sur le sol américain.Barack Obama, estime l'écrivain, aurait peut-être pu agir plus rapidement après son élection, mais il a eu à faire face à des élus républicains déterminés à bloquer ses projets. Des élus démocrates, note M. Siems, ont aussi exprimé des réserves parce qu'ils craignaient l'impact d'une éventuelle fermeture sur leurs chances de réélection.Mal informésLa population américain[...]



Comment les USA ont choisi la torture sexuelle

2017-01-18T19:03:29.702+01:00

الولايات المتحدة: العنف الجنسي وسيلةً للتعذيبغداة أحداث الحادي عشر من سبتمبر، قررت إدارة بوش الاستخدام الممنهج « لتقنيات استجواب متقدمة » لكسر مقاومة سجناء « الحرب ضد الإرهاب ». فتمّ تجريد هؤلاء الرجال من إنسانيتهم والإمعان في الاعتداء عليهم نفسيا وجسديا عبر الضّرب والإيهام بالغرق و ما خفي كان أعظم فضلا عن اعتماد وسائل أخرى من الإذلال المنهجي على غرار الاغتصاب والاعتداء الجنسياقرأ المزيدPar Anne-Laure Pineau et Sophie Tardy-Joubert (collectif YouPress), Mediapart, 15/1/2017Au lendemain du 11-Septembre, le gouvernement Bush systématise le recours à la torture. Les prisonniers de la « guerre contre le terrorisme » seront privés de leur humanité, frappés, « waterboardés ». Mais pas seulement : ils seront aussi humiliés, violés et agressés sexuellement, selon des méthodes validées au plus haut niveau du pouvoir américain. Cette enquête est publiée dans le cadre de l’opération « Zero Impunity », contre l’impunité qui protège les auteurs de violences sexuelles en conflit armé. Cet automne 2016 est un été indien à Washington. Citrouilles et squelettes d’Halloween pendouillent dans les arbres rougeoyants des jardins de Georgetown, quartier huppé de la capitale fédérale. John Rizzo, ancien avocat général de la CIA, y coule une retraite tranquille. Chaque matin, il prend grand soin d’assortir ses chaussettes à son polo du jour, avant d’aller flâner dans les jolies ruelles de petits pavillons de briques colorées. Il y a quatorze ans, ce dandy aux cheveux de neige a fait partie du petit groupe de personnes qui, dans le secret du siège de la CIA, a rendu légale une nouvelle méthode d’interrogatoire. Des techniques poussées visant à « briser la résistance » des prisonniers de la guerre contre la terreur.De Guantanamo à Abou Ghraib, elles allaient changer le visage des États-Unis et ouvrir la porte à l’usage de plusieurs formes de torture.Si la simulation de noyade (« waterboarding ») a été traitée dans les médias comme le symbole de la torture américaine, les agressions et les humiliations sexuelles sont toujours restées au second plan. Pourtant, ce recours aux sévices sexuels comme technique d’interrogatoire « poussée » a été méthodiquement utilisé pour casser les individus.  John Rizzo, ancien avocat général de la CIA © (dr) L’ancien avocat général est un homme affable et détendu, ce 20 octobre 2016. « Un mot de moi et tout se serait arrêté avant même d’avoir commencé », lance-t-il, un demi-sourire aux lèvres. Il ne l’a pas fait et il l’assume : « Il ne fallait surtout pas qu’on puisse nous [la CIA – ndlr] reprocher un second 11-Septembre. » Pour comprendre la naissance des « techniques d’interrogatoires poussées » (« Enhanced Interrogation Techniques »), selon la pudique et officielle terminologie choisie par l’Agence, il faut remonter au traumatisme que vivent les États-Unis à l’aube du nouveau millénaire : les attentats du 11 septembre 2001. Les agents du renseignement n’ont rien pu empêcher ; ils ont failli. « Nous avions terriblement honte de ne pas avoir vu ce qui se tramait », commente John Rizzo.Un pur produit de la CIALe 17 septembre 2001, six jours après les attentats, le cabinet présidentiel donne les pleins pouvoirs à la CIA pour appréhender les [...]



After 15 years, prisoners at Guantánamo face more uncertainty than ever

2017-01-19T17:04:48.942+01:00

by , The Intercept, January 11 2017
“WITH RESPECT TO GUANTÁNAMO,” President Obama told reporters in November, “it is true that I have not been able to close the darn thing.”
Wednesday marks the 15th anniversary of Guantánamo’s use as a detention facility for terrorism suspects. On Inauguration Day, the prison will pass to its third president, almost eight years after Obama ordered it closed within 12 months.
After a transfer of four Yemeni captives to Saudi Arabia last week, Guantánamo — which held nearly 780 people under President Bush — now holds 55 men. Nineteen have been approved for release to other countries, while 26 are held in indefinite detention: “forever prisoners” of the war on terror. Only 10 have been charged with a crime.



Le rapport du Sénat US sur la torture ignore les crimes les plus brutaux de la CIA

2014-12-12T23:47:04.552+01:00

par Andrew Emett, 10/12/2014. Traduit par  Fausto Giudice, TlaxcalaOriginal: U.S. Senate Torture Report Ignores CIA’s Most Brutal Crimes  Selon la Commission, la CIA a menti au Congrès, au  Conseil national de sécurité, au  ministère de la Justice et à l'opinion US sur la gravité des tortures commises et sur la pertinence des informations obtenues par des interrogatoires musclés. La Commission du renseignement du Sénat a publié un résumé  de 525 pages du rapport d'enquête de six mille pages sur le "Programme  d'arrestations et d'interrogatoires" de la CIA (Image: Common Dreams) La Commission du renseignement du Sénat a publié un rapport cinglant condamnant certains des abus et tortures par le commis par le programme de Remises, arrestations et interrogatoires (RDI) de la CIA, a omis de dénoncer les plus odieuses violations des droits humains par  la CIA. Selon le rapport, la CIA a menti à la Commission sur les décès de prisonniers, les antécédents des interrogateurs de la CIA, les menaces contre les membres de famille des prisonniers, et l'efficacité de la torture.Jose Rodriguez Jr.Le 9 novembre 2005, directeur du Service national clandestin de la CIA Jose Rodriguez Jr., a autorisé la destruction par le feu de 92 bandes vidéo montrant les interrogatoires musclés d'Abou Zoubaïda et Abderrahim Al Nashiri. En réponse à la destruction de ces bandesla Commission du renseignement du Sénat a décidé, par un vote du 5 mars 2009, d'examiner le programme d'arrestations et d'interrogatoires de la CIA. Avec un accès à plus de six millions de pages de documents de la CIA, la Commission a simplement fourni un résumé superficiel sans se soucier d'interviewer des participants ou des victimes du programme RDI.Après les événements tragiques du 11 Septembre, le ministère de la Justice a fabriqué une série de mémos juridiques autorisant l'utilisation par l'administration Bush de la torture contre des combattants ennemis. En 2002 et 2003, le vice-procureur général adjoint John Yoo a émis des mémos sur la torture, qui ont été signés par le procureur général adjoint Jay Bybee. L'Autorisation de recours à la force militaire, la Loi de 2006 sur les commissions militaires, et le Décret 13440 sont devenus les justifications légales pour l'utilisation de techniques d'interrogatoire "renforcées" et un mépris total pour les Conventions de Genève. Le Dr Bruce Jessen (à gauche) et le Dr James Mitchell (à droite)Figurant sous pseudonymes dans le rapport fortement expurgé, deux psychologues à la retraite des Forces aériennes, le Dr Bruce Jessen et le Dr James Mitchell ont obtenu des contrats pour développer les techniques d'interrogatoire "renforcées" de la CIA. Ils ont décidé d'inverser la conception de l'entraînement des forces aériennes aux contre-interrogatoires suivant le manuel "Survie, évasion, résistance" (SERE) en infligeant la torture à la fois physique et psychologique aux détenus. Selon le rapport, ils ont participé personnellement à des séances de waterboarding [simulation de noyade, "baignoire", NdT] et d'interrogatoires de prisonniers.Blessé par balles et capturé lors d'un raid au Pakistan en 2002, l'un des premiers détenus, Abou Zoubaïda, était soigné dans un hôpital où il a fourni des informations aux agents du FBI au sujet de Khalid Cheikh Mohammed (KSM). Convaincus que Zoubaïda dissimulait des informations, les interrogateurs de la CIA l'ont soumis au waterboarding au moins 83 fois. Bien que Zoubaïda eût livré les informations sur KSM des semaines avant d'être torturé, la CIA a considéré cette violation des droits humains comme un succès et [...]



Talimambo Number Five طالمامبو نمبر فايف

2013-11-06T23:01:49.145+01:00

العربية Español Français English Vient de paraître – En librairie en Tunisie, France, Belgique et Suissehttp://www.workshop19.info https://www.facebook.com/editionsworkshop19contact[at]workshop19[dot]info Antonio Beltrán Hernández أنطونيو بلتران هيرنانديزJuan Kalvellido خوان كالبيليدوTalimambo Number Five طالمامبو نمبر فايفTragédie musicale Tragedia musical Musical tragedy تراجيديا موسيقيةNouvelle graphique Graphic novel Novela gráfica رواية مصورةTranslated into English (USA) by John Catalinottoترجمتها إلى العربية سهام قاسمي24X32 64 pages 16 € 15 DTSeptember 2013ISBN 978-9938-862-06-5Distribution Tunisie : AFRIQUE CULTURE 71 205 521/523/524 Diffusion France/Belgique/Suisse : L'OISEAU INDIGO http://www.loiseauindigo.frDistribution France/Belgique : POLLEN-LITTÉRAL http://www.pollen-diffusion.comDistribution Suisse : SERVIDIS http://www.servidis.ch  Avec ce livre, le quatrième publié par les éditions workshop19, nous faisons un nouveau pas décisif dans la réalisation des nos rêves et projets. Talimambo Number Five est plus qu'une BD, c'est une nouvelle graphique ou, mieux, une nouvelle picturale, car Juan Kalvellido est plus qu'un dessinateur, c'est un peintre, un Goya de l'ère photoshop. Ce livre est un produit réellement mondial, ou, comme on dit, "global", ou plutôt "trans": transculturel, transfrontières, translinguistique, transpolitique.Par son thème d'abord : la rencontre – pas si improbable – entre Żāhir, taliban afghan évadé du camp US de Guantánamo, et Martín, vieux paysan cubain, compagnon d'armes du Che Guevara lors de la libération de Cuba, au son des mambos de l'immortel Pérez Prado.  "Je suis un homme bien sincère, de là où pousse le palmier" : ce vers de la chanson Guantanamera peut "s'appliquer indistinctement à Martín ou à Żāhir. Si nous les regardons attentivement, nous verrons que ce qui les rapproche est beaucoup plus puissant que ce qui pourrait les séparer. Les cocotiers de la Caraïbe sont bien différents des dattiers du Régistan, mais ce sont tout de même des palmiers." (Talimambo Number Five, p. 34)Par ses langues : le texte de la nouvelle est en espagnol, français, anglais et arabe, donc accessible à un public mondial très vaste. Et la partie occidentale de ce public aura, pour ouvrir ce livre, à faire le petit effort d'oublier ses réflexes acquis, puisqu'il s'ouvre et se lit de droite à gauche – langue arabe oblige -, et non de gauche à droite. Une manière de se mettre dans la peau des "autres" et de commencer à changer son regard. Par ses créateurs : la réalisation de Talimambo Number Five a vu travailler ensemble un auteur, Antonio Beltrán Hernández à Paris et Mexico, un illustrateur, Juan Kalvellido à Malaga en Andalousie, un traducteur, John Catalinotto, à New York, des éditeurs, workshop19, une traductrice, Sihem Guesmi, un graphiste, Anouar Labidi et un imprimeur, Finzi, tous à Tunis. Par son message enfin : ce que Talimambo Number Five nous dit, c'est que l'humanité, au-delà des idéologies et des appareils, a une destinée commune et qu'elle peut trouver une langue commune, autrement dit, qu'un taliban peut apprendre à danser le mambo.Puisse ce livre trouver son public et ses émules, devenant ainsi le premier d'une série de nouvelles graphiques, picturales, photo-nouvelles traitant de manière créative les grands thèmes de notre siècle. نحن نخطو شيئا فشيئا نحو تحقيق ما نصبو إليه، نحو جعل أحلامنا و مشاريعنا في دار[...]



Mos Def, comme à Guantanamo

2013-07-28T01:21:32.928+02:00

Yasiin Bey (aka Mos Def) force fed under standard Guantánamo Bay procedure
As Ramadan begins, more than 100 hunger-strikers in Guantánamo Bay continue their protest. More than 40 of them are being force-fed. A leaked document sets out the military instructions, or standard operating procedure, for force-feeding detainees. In this four-minute film made by Human Rights organisation Reprieve and Bafta award-winning director Asif Kapadia, US actor and rapper Yasiin Bey (formerly known as Mos Def), experiences the procedure.
Warning: some viewers may find these images distressing.
Read more about Ramadan force-feeding at Guantánamo Bay HERE

A Guantanamo, une centaine de détenus sont en grève de la faim depuis plusieurs mois. Parmi eux, quarante-cinq prisonniers alimentés de force. Devant l’objectif du réalisateur Asif Kapadia et pour le compte de l’organisation des droits de l’homme Reprieve, le rappeur Mos Def (aka Yasiin Bey) s’est livré à l’expérience. Inspirée d’un manuel d’instruction militaire détaillant l’alimentation forcée des grévistes, l’intervention subie par Mos Def, qui dure moins de cinq minutes, est d’une violence inouïe. A Guantanamo Bay, elle peut durer deux heures. Pour ramadan, les autorités américaines annoncent que les intubations forcées ne se feront qu’une fois la nuit tombée. Joyeux mois sacré…


allowfullscreen="" frameborder="0" height="360" src="http://www.youtube.com/embed/z6ACE-BBPRs?feature=player_detailpage" width="640">



L'alimentation forcée de détenus en grève de la faim est un crime d'Etat

2013-06-05T04:39:13.078+02:00

  An open letter to my military doctor: allow independent medical access - Guantánamo Bay prison detainees protest – open letter full text The signatories protest that the forced feedings administered by military physicians at Guantánamo are 'extremely painful' and 'in violation of the ethics of your ... Traductions disponibles :Português  EspañolLes armes de l'alimentation forcée  Guantanamo: l'alimentation forcée dénoncéeMarc Thibodeau, La Presse, Canada, 25/5/2013 Des manifestants personnifiant des détenus de Guantanamo ont protesté le week-end dernier devant l'ambassade des États-Unis à Londres pour dénoncer le traitement fait aux prisonniers. Photo Lefteris Pitarakis, Associated PressL'alimentation forcée de dizaines de détenus de la base militaire de Guantánamo qui ont engagé une longue grève de la faim pour dénoncer leurs conditions de détention soulève un tollé.Plusieurs organisations de défense des droits de l'homme ont écrit de concert récemment au secrétaire à la Défense américain, Chuck Hagel, pour lui demander de mettre immédiatement un terme à cette pratique.Ils soulignent que l'alimentation forcée de grévistes de la faim constitue un traitement «cruel, inhumain et dégradant» condamné par les instances médicales mondiales en raison de son caractère «invasif» et «violent».Les signataires demandent que des professionnels médicaux «indépendants» soient autorisés à superviser les prisonniers concernés d'une manière éthique conforme aux standards internationaux.«Le consensus international est de respecter l'autonomie des grévistes et de ne pas prendre une attitude de confrontation à leur égard», souligne en entrevue Vincent Iacopino, conseiller médical d'expérience au sein de l'organisation américaine Physicians for Humans Rights.Selon lui, les prétentions de l'administration américaine, qui dit agir ainsi pour protéger la vie des détenus, ne tiennent pas la route. «Si des prisonniers mouraient, ça attirerait l'attention sur les problèmes qu'ils cherchent à dénoncer», déclare-t-il.Onze ans sans procès«Les détenus de Guantánamo utilisent la seule chose qui leur reste, leur corps, pour faire entendre leurs doléances», ajoute M. Iacopino, en rappelant que la plupart des 166 prisonniers de la prison sont retenus depuis 11 ans, sans procès.Ils ont généralement été torturés et voient le recours à l'alimentation forcée comme un prolongement des abus qu'ils ont déjà subis, relate-t-il. «S'il y a de la résistance, l'expérience peut être très traumatisante», note M. Iacopino.Polly Rossdale, activiste de l'organisation anglaise Reprieve qui soutient les efforts de réinsertion d'anciens détenus de Guantánamo, a rencontré plusieurs ex-prisonniers soumis à cette pratique. «Ils disent tous que c'est douloureux et profondément humiliant», relate-t-elle.Un document opératoire révélé par la chaîne Al-Jazira indique que les détenus alimentés de force sont immobilisés sur des chaises de contention avec des sangles. Un tube inséré par le nez permet d'introduire un liquide nutritif sur une période pouvant durer jusqu'à deux heures. S'ils tentent de mordre le tube, un masque est placé sur leur visage. Ils sont replacés sur la chaise s'ils tentent de se faire vomir durant leur passage subséquent dans une salle d'observation.Selon Mme Rossdale, la décision d'imposer ou non l'alimentation forcée relève non pas du personnel médical, mais du commandant de la base, ce qui augmente les risques d'utilisation des soins[...]



Sandy, la Cour Suprême et les grandes oreilles

2012-10-30T12:11:38.268+01:00

A Washington, la Cour suprême siège malgré l'ouragan Sandy WASHINGTON - La Cour suprême des Etats-Unis était lundi l'une des rares institutions de Washington à fonctionner normalement malgré l'arrivée prochaine dans la région de l'ouragan Sandy, mais a finalement décidé de reporter ses débats prévus mardi.La plupart des services publics étaient fermés lundi à Washington, où les transports publics ont également été suspendus, en raison des intempéries dues à l'approche de Sandy, un ouragan qui pourrait être plus dévastateur encore qu'Irene, qui avait frappé la région et fait 47 morts en 2011.La Cour suprême a décidé de siéger malgré tout mais a annoncé dans la matinée qu'elle repoussait ses audiences programmées mardi, en raison des intempéries. L'édifice devait fermer ses portes à 14H00 (18H00 GMT).Une audience préliminaire consacrée au soldat Bradley Manning, accusé d'avoir transmis des dizaines de milliers de documents secrets au site WikiLeaks, a également été reportée au 7 novembre sur la base militaire de Fort Meade (Maryland, est).Lundi, la plus haute instance juridique américaine a examiné un litige portant sur un programme d'écoutes des communications avec l'étranger mis en place après les attentats du 11-Septembre.Amnesty International ainsi que des journalistes, des avocats et d'autres organisations de défense des droits de l'homme comme l'Union américaine de défense des libertés (ACLU) ont porté devant les tribunaux la loi fédérale sur la surveillance des renseignements à l'étranger (FISA). Cette loi votée en 1978 a été amendée en 2008 pour permettre à l'Agence de renseignement nationale (NSA) d'étendre ses écoutes téléphoniques et électroniques avec l'étranger, susceptibles de l'aider à contrer d'éventuels complots terroristes après ceux de 2001.Les plaignants estiment que ces dispositions violent la Constitution et leur imposent de prendre des mesures coûteuses pour assurer la confidentialité de leurs communications avec l'étranger.Mais le litige devant la haute Cour porte non pas sur la constitutionnalité de ces écoutes mais uniquement sur la légitimité des plaignants à saisir la justice. Le gouvernement fédéral estime que ceux-ci n'ont pas montré avoir personnellement souffert de conséquences de ces écoutes. Une cour d'appel avait donné raison aux organisations de défense des droits de l'homme estimant que leurs craintes d'être surveillées n'étaient ni paranoïaques ni déraisonnables et que les coûts engendrés par cette loi leur donnaient la légitimité de saisir la justice.Certains juges de la Cour suprême ont semblé enclins à reconnaître ce droit. La juge Elena Kagan a ainsi comparé l'affaire à la situation d'agriculteurs qui prendraient des précautions sur la base de risques significatifs de voir leur récolte contaminée. Le juge Stephen Breyer a quant à lui évoqué l'exemple (bien réel) d'un avocat d'un détenu de Guantanamo prenant des mesures préventives, au même titre que pour un ouragan, pour éviter que ses coups de fil et emails confidentiels ne soient interceptés. C'est ce qu'affirme devoir faire David Nevin, l'un des plaignants et défenseur du cerveau autoproclamé des attentats du 11-Septembre, Khaled Cheikh Mohammed, incarcéré à Guantanamo.Pour l'ACLU, Jameel Jaffer a admis que leurs communications n'étaient pas ciblées mais seulement susceptibles d'être surveillées. Il est vrai que nous ne savons pas si nos clients ont été spécifiquement surveillés, nous ne le saurons jamais, a-t-il ajouté.La[...]



Les Russes dénoncent la présence d’une prison secrète US au Maroc

2012-10-30T11:57:30.440+01:00

par Amine Bouderaâ, DEMAINONLINE, 27/10/2012Cette fois-ci, ce sont les Russes qui l’affirment. Dans un rapport circonstancié établi par le ministère russe des affaires étrangères et traitant des droits de l’homme dans le pays, zaâma le plus démocratique de la planète, les Etats-Unis, les ex-tovarich (camarades) révèlent que la CIA, l’agence américaine de renseignements, possède une prison secrète au Maroc.Dans ce document virulent qui accable les Etats-Unis et qui a été présenté au parlement russe (la Douma), il est signalé que cette prison se trouve à 25 kilomètres de Rabat, qu’elle a été « bâtie à l’intérieur d’une colline boisée, non loin du village d’Aïn Aouda« . Selon des sources qui ont lu ce rapport, il s’agirait « d’un long bâtiment de trois étages ceint d’une quinzaine de maisons cubiques ». C’est là où sont cuisinés les marocains suspectés de terrorisme, ainsi que les hôtes étrangers livrés par la CIA à la DST.Car, cette prison secrète n’est autre que le siège central de la DST, la police politique marocaine, qui avait ses quartiers à Témara, et qui a été depuis vidée après que des photos par satellite ne révèlent l’emplacement géographique de cet endroit de sinistre mémoire où ont été torturés des centaines, voire des milliers de Marocains et d’étrangers, dont le plus connu est le champion du monde boxe thaïe Zakaria Moumni.Zakaria Moumni n’est ni un « islamiste » ni un « indépendantiste sahraoui », c’est juste un sportif de haut niveau qui avait exigé à l’entourage de Mohamed VI, le secrétaire particulier du roi, Mohamed Mounir Majidi pour ne pas le citer, le droit, comme le stipule la loi, de bénéficier d’un poste de conseiller au ministère de la jeunesse et des sports. Pour avoir trop exigé, on l’a envoyé au goulag de la DST à Témara.Mais, selon le ministère russe des affaires étrangères, il n’y a pas que Aïn Aouda qui sert de prison secrète aux Américains. La très imposante base militaire de Beni Guerir, qu’on peut facilement voir à gauche, 70 kilomètres avant d’arriver à Marrakech venant de Casablanca, sert aussi de lieu de torture pour nos hôtes étrangers. La plupart de ces invités gardent une rancune tenace envers le Maroc, un pays qu’ils ne connaissaient même pas avant d’être torturés par des agents marocains pour le compte de l’Oncle Sam.On comprend mieux maintenant pourquoi à chaque fois qu’elle vient au Maroc, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton trouve que nous sommes un pays formidable.Mais formidable pour qui, dear Ms ?[...]



Guantanamo, la grande absente du débat usaméricain

2012-10-30T11:58:35.899+01:00

Par CHARLIE DUPIOT, Libération, 26/10/2012Décryptage- De nouveaux documents révélés par Wikileaks pointent le traitement des détenus dans la prison de Guantanamo. Ni Obama ni Romney n’a évoqué le sort du camp controversé, toujours ouvert malgré les promesses. Derrière les barreaux de Guantanamo, vivent aujourd'hui 166 détenus. Quand Obama est arrivé au pouvoir, le centre de détention en comptait 242. (Photo Reuters.)Guantanamo semble résister à toutes les tempêtes. Après que l’ouragan Isaac, menaçant de s’abattre sur Cuba en août, a fait reporter les audiences des cinq accusés du 11-Septembre, c’est Sandy, un second ouragan, qui a fait annuler jeudi 25 octobre l’audience du détenu accusé d’un attentat contre un navire américain. Guantanamo n’en était pourtant pas à sa première tempête, lui qui devait être fermé en 2009 par Barack Obama et a longtemps été pointé comme un symbole des dérives de la guerre contre le terrorisme. Trois ans et demi après cette promesse, le camp est toujours là, comptant 166 détenus, dont plus aucun d’origine occidentale.Et les pratiques sur ses prisonniers sont toujours contestées : dernièrement, le Saoudien Abd-al-Rahim Nachiri, auteur présumé de l’attentat contre le navire américain USS Cole en 2000 au Yémen, qui avait fait 17 morts, a dénoncé devant le juge ce mercredi - avant que son audience de jeudi soit ajournée - les «chaînes», les «agressions» et les «attaques» qu’il doit selon lui subir dans la prison de Guantanamo. A une semaine de l’élection présidentielle, les documents secrets révélés par Wikileaks (à lire ici) – dont le fondateur Julian Assange est toujours réfugié à l’ambassade de l’Equateur à Londres – peuvent-ils peser sur la campagne ? Obama et Romney n’ont en tout cas abordé le sujet Guantanamo à aucun moment de leur débat sur la politique étrangère. Retour sur un dossier qui a été exclu de cette campagne présidentielle.Obama n'a pas réussi à tenir ses engagementsC’était l’une de ses promesses de campagne: deux jours après son arrivée au pouvoir, le 22 janvier 2009, Barack Obama signe un décret prévoyant la fermeture de Guantanamo. Guantanamo compte alors 242 détenus selon Human Rights Watch. Mais très vite, il doit se heurter à l’opposition du Congrès, qui craint qu’un transfert de détenus du camp de Guantanamo ne menace la sécurité sur le sol américain. Obama a beau défendre devant les parlementaires, à majorité démocrates, le fait que personne ne se soit jamais échappé des prisons fédérales de haute sécurité, rien n’y fait: en mai 2009, 90 sénateurs contre 6 refusent de voter le financement du plan de fermeture de Guantanamo.Il est de toute façon impossible à l’administration Obama de fermer si rapidement le camp, pour une raison simple, relève André Kaspi, directeur du Centre de recherches d’histoire nord-américaine (CRHNA): «Il faut savoir ce qu’on fait des détenus : certains ont été accueillis pour purger leur peine dans des pays alliés, comme la France (ce qui a permis de réduire le nombre de détenus dans le centre), mais d’autres n’ont pas pu trouver de pays d’accueil. Parmi les pays récalcitrants, il y a les Etats-Unis qui ne tiennent pas à recevoir des détenus de Guantanamo, vus comme des dangers pour leur sécurité.» Pour la politologue franco-américaine Nicole Bacharan, si Obama n’a pas fermé Guantanamo, c’est «parce [...]



WikiLeaks Reveals Secret Files on All Guantánamo Prisoners/Wikileaks révèle les dossiers secrets de tous les prisonniers de Guantánamo

2012-10-26T19:28:37.571+02:00

[fr] Wikileaks révèle les dossiers secrets de tous les prisonniers de Guantánamo [es] Wikileaks saca a luz expedientes secretos de todos los prisioneros en Guantánamo [ru] Викиликс раскрывает секретные дела всех узников Гуантанамо [sv] Wikileaks avslöjar hemliga dokument om alla fångar i Guantanamo Bay   In its latest release of classified US documents, WikiLeaks is shining the light of truth on a notorious icon of the Bush administration’s "War on Terror" — the prison at Guantánamo Bay, Cuba, which opened on January 11, 2002, and remains open under President Obama, despite his promise to close the much-criticized facility within a year of taking office.In thousands of pages of documents dating from 2002 to 2008 and never seen before by members of the public or the media, the cases of the majority of the prisoners held at Guantánamo — 765 out of 779 in total — are described in detail in memoranda from JTF-GTMO, the Joint Task Force at Guantánamo Bay, to US Southern Command in Miami, Florida.These memoranda, known as Detainee Assessment Briefs (DABs), contain JTF-GTMO’s recommendations about whether the prisoners in question should continue to be held, or should be released (transferred to their home governments, or to other governments). They consist of a wealth of important and previously undisclosed information, including health assessments, for example, and, in the cases of the majority of the 172 prisoners who are still held, photos (mostly for the first time ever).They also include information on the first 201 prisoners released from the prison, between 2002 and 2004, which, unlike information on the rest of the prisoners (summaries of evidence and tribunal transcripts, released as the result of a lawsuit filed by media groups in 2006), has never been made public before. Most of these documents reveal accounts of incompetence familiar to those who have studied Guantánamo closely, with innocent men detained by mistake (or because the US was offering substantial bounties to its allies for al-Qaeda or Taliban suspects), and numerous insignificant Taliban conscripts from Afghanistan and Pakistan.Beyond these previously unknown cases, the documents also reveal stories of the 399 other prisoners released from September 2004 to the present day, and of the seven men who have died at the prison.The memos are signed by the commander of Guantánamo at the time, and describe whether the prisoners in question are regarded as low, medium or high risk. Although they were obviously not conclusive in and of themselves, as final decisions about the disposition of prisoners were taken at a higher level, they represent not only the opinions of JTF-GTMO, but also the Criminal Investigation Task Force, created by the Department of Defense to conduct interrogations in the "War on Terror," and the BSCTs, the behavioral science teams consisting of psychologists who had a major say in the "exploitation" of prisoners in interrogation.Crucially, the files also contain detailed explanations of the supposed intelligence used to justify the prisoners’ detention. For many readers, these will be the most fascinating sections of the documents, as they seem to offer an extraordinary insight into the workings of US intelligence, but although many of the documents appear to promise proof of prisoners’ association with al-Qaeda or other terrorist organizations, [...]



C'est beau, c'est grand, c'est généreux, l'Amérikkke !

2012-10-24T21:15:47.772+02:00

A Guantanamo, des prisonniers ont pu suivre un débat qui n'a pas abordé leur sort
Une poignée de détenus incarcérés à Guantanamo ont pu regarder à la télévision, ou suivre à la radio, le troisième débat entre Barack Obama et Mitt Romney. Bien que ce débat ait été centré sur la politique étrangère, la promesse, non tenue, du président Obama de fermer le centre de détention où se trouvaient ces hommes n'a même pas été évoquée. 166 personnes y sont toujours détenues.
Le président démocrate s'était engagé à fermer la prison et à faire juger ses détenus par les tribunaux ordinaires. Mais ce projet avait suscité un tollé et le Congrès avait voté une loi interdisant le transfert de détenus de Guantanamo vers les Etats-Unis pour y être jugés ou pour tout autre raison. Pendant cette campagne, il a promis de remettre le projet devant le Congrès s'il est réélu. (Le Monde avec Reuters)



Abderrahim Nachiri refuse les chaînes : autorisé à s'absenter

2012-10-24T21:13:26.193+02:00

AFP, Fort Meade, USA, 23:10:2012 - Le principal suspect de l'attentat contre le navire USS Cole a été autorisé mardi à se soustraire à l'audience de Guantanamo, après avoir refusé d'y assister pour protester contre les chaînes qui devaient selon lui l'entraver.Le Saoudien Abd-al-Rahim Nachiri a refusé de venir aujourd'hui pour protester contre l'utilisation des chaînes, a déclaré au tribunal une femme officier de la prison de Guantanamo où il est incarcéré, précisant toutefois qu'on n'utilise pas de chaînes ventrales sur cette base américaineAprès avoir consulté le prisonnier vers 06H30 (10H30 GMT) mardi, cette militaire, qui a gardé l'anonymat, a indiqué que l'accusé avait inscrit cette phrase en arabe sur un document déclinant son droit à être présent, selon la retransmission en léger différé des débats sur la base militaire de Fort Meade (Maryland, est).Le défenseur Stephen Reyes a souligné que M. Nachiri allait être enchaîné pour être conduit au tribunal; il voulait venir mais il a refusé pour cette raison.Estimant que nulle part, le code des tribunaux militaires ne mentionnait le droit de l'accusé à être absent, le procureur en chef Mark Martins a requis la présence de M. Nachiri, dans un recours que le juge James Pohl a ensuite rejeté. Le juge a autorisé M. Nachiri à renoncer à son droit à être présent aux audiences préliminaires, à condition de venir régulièrement au tribunal afin d'en notifier l'autorité judiciaire.Je veux juste m'assurer qu'il comprend ses droits, a déclaré le juge, avant d'inviter les avocats de la défense à en informer immédiatement leur client. Il a ensuite suspendu les débats pour la journée.Cette audience préliminaire, prévue pour durer jusqu'à jeudi à moins que la tempête tropicale Sandy qui doit toucher Guantanamo mercredi ne l'en empêche, est destinée à préparer le procès qui ne se tiendra pas avant plusieurs mois.La semaine dernière devant ce même tribunal, les cinq accusés des attentats du 11 septembre 2001 avaient été autorisés de la même façon à se soustraire à l'audience et avaient ainsi boycotté tour à tour un à quatre jours d'audience.Comme les accusés du 11-Septembre, M. Nachiri, qui encourt la peine de mort, aurait subi des mauvais traitements assimilés à de la torture dans une prison secrète de la CIA en Pologne, ce qu'avait admis le directeur de la CIA d'alors, Michael Hayden.En juillet, le Saoudien avait choisi de ne pas venir à l'audience, après en avoir été exclu la veille pour des raisons de sécurité nationale.Il y a de nombreuses raisons dans une affaire de peine de mort pour qu'un accusé demande à ne pas assister à l'audience, a souligné Me Reyes. Il a évoqué en particulier l'obligation d'entendre jour après jour l'évocation des tortures que son client a subies et ses avocats détailler encore et encore ce que le gouvernement américain lui a fait endurer très précisément.Ils ont besoin d'un acteur pour le théâtre, a encore plaidé l'avocat, qui réclame une expertise médicale des dégâts émotionnels sur M. Nachiri.Il y a un intérêt légitime à voir quelqu'un faire face à la justice pour des crimes graves, a rétorqué le général Martins, qui a dénoncé le caractère trivial de la remarque de l'avocat.Considéré comme un proche d'Oussama ben Laden, M. Nachiri, 47 ans, est poursuivi pour l'attentat contre le navire américain USS Cole en 2000 au[...]



Deux ans de prison pour John Kiriakou, un ancien de la CIA qui a divulgué le nom d'un agent

2012-10-24T21:09:40.335+02:00

par AFP, 23/10/2012 Âgé de 47 ans, John Kiriakou était devenu célèbre en décembre 2007, sous l'administration Bush, en accordant un entretien à la chaîne de télévision ABC, lors duquel il avait confirmé pour la première fois que la technique de la simulation de noyade avait été utilisée contre Abou Zoubaydah, détenu de Guantanamo passé par ces prisons secrètes.IMAGE: ARCHIVES AP/ABC NEWSUn ancien agent de la CIA, John Kiriakou, accusé d'avoir divulgué des renseignements secrets à des journalistes, a plaidé coupable mardi devant un tribunal fédéral d'avoir révélé le nom d'un agent de la CIA et a été condamné à deux ans et demi de prison.Employé de l'agence américaine de renseignement de 1990 à 2004, Kiriakou a reconnu avoir révélé à la presse le nom d'un agent impliqué dans le programme d'interrogatoires musclés de détenus soupçonnés d'appartenir à Al-Qaïda dans les prisons secrètes de la CIA.Âgé de 47 ans, John Kiriakou était devenu célèbre en décembre 2007, sous l'administration Bush, en accordant un entretien à la chaîne de télévision ABC, lors duquel il avait confirmé pour la première fois que la technique de la simulation de noyade avait été utilisée contre Abou Zoubaydah, détenu de Guantanamo passé par ces prisons secrètes.Dans un communiqué, le directeur de la CIA David Petraeus a salué l'accord de plaider coupable conclu par John Kiriakou, même si quatre autres chefs d'inculpation ont été abandonnés.« Cela marque une importante victoire pour notre agence, pour la communauté du renseignement et pour notre pays. Les serments ont une importance », affirme M. Petraeus, rappelant que cette condamnation est « la première depuis 27 ans » pour divulgation de l'identité d'un agent.En 1985, une agente de la CIA, Sharon Scranage, avait plaidé coupable d'avoir confié le nom d'autres agents à son petit ami et avait été condamnée à cinq ans de prison, selon Steven Aftergood, de la Fédération des scientifiques américains (FAS).John Kiriakou avait d'abord refusé en avril de plaider coupable devant le tribunal fédéral d'Alexandria, en Virginie. En acceptant finalement un accord, il permet d'éviter un procès dont l'issue était pour lui incertaine.[...]



Le procès d’un ex-détenun algérien de Guantanamo 20 novembre prochain

2012-10-24T21:05:28.257+02:00

par APS,  mardi 23 octobre 2012 ALGER - Le procès d’un ex-détenu de Guantanamo, Sofiane Hadarbache, accusé d’"appartenance à un groupe terroriste activant à l’étranger et faux et usage de faux", aura lieu le 20 novembre prochain, selon le rôle de la troisième session criminelle de 2012. Le 4 novembre 2010, la même instance avait prononcé l’"acquittement" en faveur de Sofiane Hadarbache dans cette même affaire. Ce jugement avait fait l’objet d’un pourvoi en cassation par le ministère public, accepté par la Cour Suprême. Selon l’arrêt de renvoi, les faits remontent à 1999, année ou l’accusé avait quitté l’Algérie à destination de la France à la recherche d’un emploi. En 2000, il s’est rendu en grande Bretagne, puis a Peshawar au Pakistan avant de se rendre en Afghanistan. L’accusé a reconnu —selon la même source—avoir été entraîné a l’utilisation d’armes de type kalachnikov par un dénommé Mohamed El Djazairi, affirmant que la question de constitution d’un groupe armé ou de mener combat contre quiconque ne lui avait jamais été évoquée. Il a, en outre, nié tout lien avec des groupes terroristes aussi bien a l’intérieur ou a l’extérieur du pays, soulignant que l’entraînement militaire qu’il avait effectué n’avait duré que quelques heures et s’était limité au maniement des armes. Il faut préciser qu’en raison d’une blessure que l’accusé avait reçue à la tête provoquée par des éclats d’une bombe suite à un raid américain en Afghanistan, ce dernier souffre depuis lors de troubles mentaux graves qui nécessitent son internement dans un établissement spécialisé. " Depuis le retour de mon fils de cette prison, il souffre d’accès de violence constituant une menace pour toute sa famille car son comportement est toujours imprévisible et violent", a déclaré à l’APS le père de Sofiane Hadarbache. " L’esprit de mon fils se trouve toujours à Guantanamo comme si ses tortures continuent dans le temps, il ne dort plus, il reste enfermé dans sa chambre en laissant les lumières toujours allumées nuit et jour, il est devenu une charge pour sa famille", affirme le père de Sofiane avec tristesse. Interné temporairement et à plusieurs reprises dans un hôpital psychiatrique, d’ailleurs sans espoir de guérison, selon ses médecins, Sofiane Hadarbache refuse toujours d’y demeurer, "il a ainsi menace son propre père de le tuer au cas ou il serait interné de force", selon son père toujours.[...]



Omar Khadr : Un mécène de 84 ans le couche sur son testament

2012-10-24T20:59:37.985+02:00

par Richard Zussman, Agence QMI, 21/10/2012 Jack Hallam VANCOUVER – Jack Hallam, un résident de Salt Spring Island en Colombie-Britannique, a inscrit un don de 700 $ pour Omar Khadr sur son testament. Il souhaite ainsi contribuer aux frais de scolarité du jeune homme de 26 ans, récemment rentré au pays après 10 années passées à la prison de Guantanamo Bay.«De ce que j’ai lu, le jeune homme souhaite compléter sa formation. Il veut devenir médecin, il pourrait aussi devenir ambulancier [ce qui convient mieux à un bougnoule, NDLR Chronique de guantanamo]. Les 700 $ pourraient l’aider à se payer quelques livres scolaires», a dit M. Hallam.Le cadeau du mécène de 84 ans a suscité beaucoup d’intérêt ces derniers jours et l’homme a dit que la plupart des réactions étaient positives, sauf pour un appel anonyme reçu à la maison lors duquel un homme lui a réclamé de manière assez brutale les 700 $.Par ailleurs, il ne s'agit pas du seul cadeau de M. Hallam à la jeunesse canadienne, puisqu’il a offert plusieurs dons pour des bourses étudiantes aux universités Lakehead, Brock et de Toronto. M. Hallam planifie aussi de léguer différentes sommes à plus de 40 organismes.«Je ne crois pas qu’Omar Khadr a eu droit à un procès juste et équitable, a-t-il indiqué. Il a été traité d’une manière horrible.»Omar Khadr avait plaidé coupable en octobre 2010 à cinq accusations de crimes de guerre, incluant le meurtre du sergent américain Christopher Speer. Il a écopé d’une peine de huit ans, qui doit prendre fin en 2018, mais il devrait être admissible à la libération conditionnelle dès le printemps prochain.Né à Toronto, le prisonnier Khadr purgera la fin de sa sentence au pays.[...]