Subscribe: PGJ Astronomie
http://perso.orange.fr/pgj/pgj-rss.xml
Added By: Feedage Forager Feedage Grade B rated
Language: French
Tags:
cet objet  dans  des  est  les  objet  pour  qui  sujet  sur les  sur sujet  sur  système solaire  système  une 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: PGJ Astronomie

PGJ Astronomie



Nouvelles du Ciel



Copyright: Gilbert Javaux
 



Des observations de l'ESO témoignent de l'étrange nature du tout premier astéroïde interstellaire détecté à ce jour

Mon, 20 Nov 2017 18:32:18 +0100

(image)
Crédit : ESO/M. Kornmesser
Le VLT dévoile un objet de couleur rouge foncé et de forme allongée. Des astronomes ont pour la toute première fois étudié un astéroïde en provenance de l'espace interstellaire lors de sa traversée de notre Système Solaire. Des observations effectuées au moyen du Very Large Telescope de l'ESO au Chili et d'autres observatoires disséminés à la surface du globe ont montré que cet objet particulier a voyagé dans l'espace des millions d'années avant de pénétrer à l'intérieur de notre système stellaire. C'est un objet de couleur rouge foncé, de forme très allongée, de composition métallique ou rocheuse, qui ne ressemble en rien aux composants habituels du Système Solaire. Les résultats de cette étude paraîtront au sein de l'édition du 20 novembre 2017 de la revue Nature.
 

Plus sur le sujet...




Des groupes de fractures sur Mars

Thu, 16 Nov 2017 17:13:56 +0100

(image)
Copyright : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO
Ces caractéristiques frappantes sur Mars ont été causées par la croûte de la planète s'étendant en réponse à une activité volcanique ancienne. Les fractures dans la région de Sirenum Fossae dans l'hémisphère sud ont été imagées par Mars Express de l'ESA en Mars. Elles s'étendent sur des milliers de kilomètres, bien au-delà des limites de cette image.
 

Plus sur le sujet...




Découverte, à très grande proximité du Système Solaire, d'un monde tempéré autour d'une étoile calme

Wed, 15 Nov 2017 13:16:49 +0100

(image)
Crédit : ESO/M. Kornmesser
L'instrument HARPS de l'ESO a découvert une exoplanète de type Terre autour de Ross 128. Grâce à l'instrument HARPS de l'ESO optimisé pour la quête d'exoplanètes, une équipe a découvert, à seulement 11 années-lumière du Système Solaire, une planète tempérée de type Terre. Ce nouveau monde baptisé Ross 128 b constitue, à ce jour, le second monde tempéré le plus proche du Système Solaire après Proxima b. Ross 128 b est également la planète la plus proche de nous en orbite autour d'une naine rouge inactive, ce qui pourrait renforcer la probabilité qu'elle abrite la vie. Ross 128 b constituera une cible de choix pour l'Extremely Large Telescope de l'ESO qui sera en mesure de détecter, au sein de son atmosphère, la présence ou non de biomarqueurs.
 

Plus sur le sujet...




Un nuage de gaz géant enveloppant une dizaine de galaxies

Tue, 14 Nov 2017 10:07:41 +0100

(image)
Crédit : ESO/T. Contini (IRAP, Toulouse), B. Epinat (LAM, Marseille)
Une équipe d'astrophysiciens de l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie de Toulouse, du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille et du Centre de Recherche Astrophysique de Lyon vient de découvrir un nuage de gaz ionisé géant. Cette découverte a eu lieu dans le cadre d'un programme de recherche mené avec l’Instrument MUSE du VLT, dont l'objectif est d'étudier l'impact de l'environnement sur les mécanismes d'évolution des galaxies. Ce nuage de gaz mesure plus de 300 000 années lumière, soit trois fois le diamètre de la Voie Lactée, et enveloppe dix galaxies. C’est la plus grosse structure de ce type connue à ce jour. Elle se trouve dans une région particulièrement dense d'un groupe de galaxies appelé COSMOS-Gr30, situé à 6.5 milliards d'années lumière de la Terre. Intriguée, cette équipe a cherché à comprendre l'origine de ce gaz et les sources responsables de son ionisation.
 

Plus sur le sujet...




Le film de Hubble montre le mouvement de l'écho de la lumière autour de l'étoile éclatée

Sat, 11 Nov 2017 19:08:09 +0100

(image)
Credit : NASA, ESA, and Y. Yang (Texas A&M University and Weizmann Institute of Science, Israel)
Les voix qui résonnent sur les montagnes et le bruit des pas qui rebondissent sur les murs sont des exemples d'échos. Les échos se produisent lorsque les ondes sonores rebondissent sur les surfaces et retournent vers l'auditeur. L'espace a sa propre version d'un écho. Il n'est pas fait avec le son mais avec la lumière, et se produit quand la lumière rebondit sur les nuages de poussière. Le télescope Hubble vient de capturer l'un de ces échos cosmiques, appelé «écho de lumière», dans la galaxie étoilée voisine M82, située à 11,4 millions d'années-lumière. Un film assemblé à partir de plus de deux ans d'images de Hubble révèle une enveloppe de lumière en expansion provenant d'une explosion de supernova qui a balayé l'espace interstellaire trois ans après la découverte de l'explosion stellaire. La lumière "écho" ressemble à une ondulation qui se développe sur un étang. La supernova, appelée SN 2014J, a été découverte le 21 Janvier 2014.
 

Plus sur le sujet...




Comètes P/2017 S8 (PANSTARRS), P/2017 S9 (PANSTARRS), C/2017 T3 (ATLAS), P/2017 U2 (Fuls)

Tue, 7 Nov 2017 18:12:34 +0100

(image)
Nouvelles du Ciel
P/2017 S8 (PANSTARRS) : Une nouvelle comète a été découverte par les membres de l'équipe de recherche de Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) sur les images obtenues le 30 Septembre 2017 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8-m. Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2017 S8 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 28 Janvier 2018 à une distance d'environ 1,6 UA du Soleil, et une période d'environ 4,6 ans pour cette comète de la ceinture principale (MBC).
 
P/2017 S9 (PANSTARRS) : Les membres de l'équipe de recherche de Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) ont découvert une nouvelle comète sur les images obtenues le 30 Septembre 2017 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8-m. Les éléments orbitaux préliminaires de la comète P/2017 S9 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 23 Juillet 2017 à une distance d'environ 2,2 UA du Soleil, et une période d'environ 5,6 ans pour cette comète de la ceinture principale (MBC).
 
C/2017 T3 (ATLAS) : Une nouvelle comète a été découverte par l'équipe de L. Denneau, A. Heinze, H. Weiland, B. Stalder, et J. Tonry sur les images CCD obtenues le 14 Octobre 2017 avec le télescope Schmidt de 0.5-m f/2.0 du projet ATLAS (Asteroid Terrestrial-impact Last Alert System), Mauna Loa. Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2017 T3 (ATLAS) indiquent un passage au périhélie le 19 Juillet 2018 à une distance d'environ 0,8 UA du Soleil.
 
P/2017 U2 (Fuls) : Une nouvelle comète a été découverte par David Carson Fuls sur les images CCD obtenues le 22 Octobre 2017 avec le télescope de 1.5-m du Mt. Lemmon Survey. Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2017 U2 (Fuls) indiquent un passage au périhélie le 29 Août 2017 à une distance d'environ 6,7 UA du Soleil.
 

Plus sur le sujet...




Nouveau schéma de désignation pour les objets interstellaires

Tue, 7 Nov 2017 09:37:05 +0100

(image)
Nouvelles du Ciel
La découverte de A/2017 U1 a présenté un léger problème de nomenclature. Puisque les orbites barycentriques originales et futures de cet objet sont significativement hyperboliques, cet objet n'est pas lié à notre Système solaire et l'apparition actuelle est susceptible d'être le seul moment où l'objet est observable. En raison de la nature unique de cet objet, il y a une pression pour assigner un nom. Le schéma de désignation de planète mineure ne permet pas d'attribuer un nom à cet objet sur la base du bref arc d'observation. Les désignations provisoires pour les objets interstellaires seront traitées en utilisant le préfixe C/ ou A/ (selon le cas), avec la désignation utilisant le système pour les comètes. En conséquence, l'objet A/2017 U1 reçoit la désignation permanente de 1I et le nom 'Oumuamua. Le nom, qui a été choisi par l'équipe Pan-STARRS, est d'origine hawaïenne et reflète la façon dont cet objet est comme un éclaireur ou messager envoyé du passé lointain pour établir un contact avec nous. Les formes correctes pour se référer à cet objet sont donc: 1I; 1I/2017 U1; 1I/ 'Oumuamua; et 1I/2017 U1 ('Oumuamua).
 

Plus sur le sujet...




Des sources hydrothermales chauffent l'océan d'Encelade

Tue, 7 Nov 2017 09:37:03 +0100

(image)
Copyrigth : Surface: NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute; interior: LPG-CNRS/U. Nantes/U. Angers. Graphic composition: ESA
Encelade est une lune de Saturne d'à peine plus de 500 km de diamètre qui, malgré sa taille, présente une activité exceptionnelle et abrite un océan sous sa croûte glacée. Une nouvelle étude pilotée par le Laboratoire de Planétologie et Géodynamique, unité mixte de recherche du CNRS et des universités de Nantes et d'Angers, indique que la dissipation des marées de Saturne au sein du noyau poreux d'Encelade, mélange de roches et d'eau liquide, pourrait fournir suffisamment de chaleur pour engendrer une activité hydrothermale. Une telle activité, possiblement stable pendant des milliards d'années, accroît encore le statut de monde potentiellement habitable de cette lune lointaine. L'article est publié le 6 novembre 2017 dans Nature Astronomy.
 

Plus sur le sujet...




ALMA détecte de la poussière froide autour de l'étoile la plus proche

Fri, 3 Nov 2017 15:42:24 +0100

(image)
Crédit : ESO/M. Kornmesser
L'Observatoire ALMA au Chili a détecté la présence de poussière autour de Proxima Centauri, l'étoile la plus proche du Système Solaire. Ces nouvelles observations mettent en évidence le rayonnement issu de la poussière froide dont la distance à Proxima Centauri est quatre fois supérieure à celle qui sépare la Terre du Soleil. Les données révèlent également la présence, en périphérie, d'un anneau de poussière de température moindre, susceptible d'abriter un système planétaire complexe. Ces structures, vraisemblablement composées de particules de roche et de glace qui ne se sont pas constituées en planètes, sont semblables aux ceintures de plus vastes dimensions du Système Solaire.
 

Plus sur le sujet...




Hubble voit des astéroïdes proches s'incruster sur des clichés de galaxies lointaines

Thu, 2 Nov 2017 23:53:32 +0100

(image)
Credit : NASA, ESA, and B. Sunnquist and J. Mack (STScI)
Des astéroïdes de notre Système solaire pratiquant le photobombing se faufilent dans cette image profonde de l'Univers prise par le télescope spatial Hubble de la NASA. Ces astéroïdes sont juste au coin de la rue en termes astronomiques, résidant à environ 250 millions de kilomètres de la Terre. Pourtant, ils ont fait leur chemin dans cette image de milliers de galaxies dispersées dans l'espace et le temps à des distances inconcevablement plus lointaines.
 

Plus sur le sujet...