Subscribe: PGJ Astronomie
http://perso.orange.fr/pgj/pgj-rss.xml
Added By: Feedage Forager Feedage Grade B rated
Language: French
Tags:
comète  dans  des  lemmon  les images  les  par  planètes  sujet  sur les  sur sujet  sur  télescope  une nouvelle  une 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: PGJ Astronomie

PGJ Astronomie



Nouvelles du Ciel



Copyright: Gilbert Javaux
 



L'amélioration de l'étalon Hubble donne de nouvelles preuves pour la nouvelle physique dans l'Univers

Thu, 22 Feb 2018 23:47:47 +0100

(image)
Illustration: NASA, ESA, A. Feild (STScI), and A Riess (STScI/JHU)
Les bonnes nouvelles: les astronomes ont fait la mesure la plus précise à ce jour de la vitesse à laquelle l'univers est en expansion depuis le Big Bang. Les nouvelles éventuellement troublantes: cela peut signifier qu'il y a quelque chose d'inconnu dans la composition de l'Univers. Les nouveaux nombres restent en contradiction avec les mesures indépendantes de l'expansion de l'Univers primitif. Est-ce que quelque chose d'imprévu se produit dans les profondeurs de l'espace ?
 

Plus sur le sujet...




Comètes C/2018 A6 (Gibbs), C/2018 B1 (Lemmon), P/2018 C1 (Lemmon-Read)

Wed, 21 Feb 2018 18:22:25 +0100

(image)
Nouvelles du Ciel
C/2018 A6 (Gibbs) : Alex R. Gibbs a découvert une nouvelle comète sur les images CCD obtenues le 15 Janvier 2018 dans le cadre du Mt. Lemmon Survey. Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2018 A6 (Gibbs) indiquent un passage au périhélie le 24 Mai 2019 à une distance d'environ 2,8 UA du Soleil.

C/2018 B1 (Lemmon) : Une nouvelle comète a été découverte sur les images CCD obtenues le 25 Janvier 2018 avec le télescope de 1.5-m dans le cadre du Mt. Lemmon Survey. Les éléments orbitaux hyperboliques de la comète C/2018 B1 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 30 Mars 2018 à une distance d'environ 5,1 UA du Soleil.

P/2018 C1 (Lemmon-Read) : Un objet montrant des caractéristiques cométaires a été découvert par Mike T. Read sur les images obtenues le 09 Février 2018 avec le télescope Spacewatch de 0.9-m f/3 de Kitt Peak. Il a également été découvert comme un objet ayant l'apparence d'un astéroïde et possible néo dans les images du 04 Février 2018 obtenues avec le télescope de 1.5-m du Mt. Lemmon Survey. Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2018 C1 (Lemmon-Read) indiquent un passage au périhélie le 25 Février 2018 à une distance d'environ 2,6 UA du Soleil, et une période d'environ 13,1 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

 

Plus sur le sujet...




Hubble voit la mystérieuse tempête de Neptune qui rétrécit

Thu, 15 Feb 2018 22:00:01 +0100

(image)
Crédit : NASA, ESA, and M.H. Wong and A.I. Hsu (UC Berkeley)
A 4,8 milliards de kilomètres sur la plus lointaine planète connue de notre Système solaire, une inquiétante tempête sombre et puante rétrécit comme le montrent les images de Neptune prises par le télescope spatial Hubble. D'immenses tempêtes sombres sur Neptune ont été découvertes à la fin des années 1980 par le vaisseau spatial Voyager 2. Depuis lors, seul Hubble a suivi ces caractéristiques insaisissables qui jouent un jeu de coucou au fil des ans.
 

Plus sur le sujet...




Le cannibalisme galactique généralisé du Quintette de Stephan scruté par le CFHT

Tue, 6 Feb 2018 10:54:20 +0100

(image)
Crédit: NASA/JPL-Caltech
Une image multi-couleur extrêmement profonde du Télescope Canada-France-Hawaii (CFHT) apporte une nouvelle lumière sur la manière dont s'est formé ce célèbre groupe de 5 galaxies en cours de collision. Elle révèle des structures qui avaient jusqu'à présent échappé aux observateurs, en particulier la présence d'un halo rouge très étendu, constitué de vieilles étoiles, et centré sur une galaxie elliptique, NGC 7317, dont le rôle dans la dynamique de la collision avait été totalement ignoré dans les études précédentes. Ces résultats viennent d'être publiés dans la revue Monthly notices of the Royal Astronomical Society par une équipe de l'Observatoire astronomique de Strasbourg, du département d'astrophysique du CEA et de l'Observatoire de Lund (Suède).
 

Plus sur le sujet...




De l'eau probablement en abondance sur les planètes du système TRAPPIST-1

Tue, 6 Feb 2018 09:26:55 +0100

(image)
Crédit : ESO/M. Kornmesser
Une nouvelle étude révèle que les sept planètes en orbite autour de la naine ultra-froide et proche TRAPPIST-1 sont principalement composées de roches, et que certaines d'entre elles pourraient potentiellement contenir de l'eau en quantités supérieures à la Terre. Les densités des planètes, désormais plus précisément connues, laissent à penser que certaines de ces planètes pourraient être composées d'eau à hauteur de 5 pour cent de leur masse – à comparer aux océans terrestres qui ne constituent que 0.02% de la masse de la Terre. Les planètes les plus chaudes situées à plus grande proximité de leur étoile hôte sont susceptibles d'être environnées d'atmosphères de vapeur de densité élevée. Les plus distantes d'entre elles sont probablement recouvertes de glace. En termes de taille, de densité et de quantité d'ensoleillement, la quatrième planète apparaît comme la plus semblable à la Terre. Elle est certainement la plus rocheuse des sept planètes et a une température compatible avec de l'eau liquide à sa surface.
 

Plus sur le sujet...




Hubble sonde les atmosphères d'exoplanètes dans la zone habitable TRAPPIST-1

Mon, 5 Feb 2018 21:24:17 +0100

(image)
Artist's Concept: NASA and JPL/Caltech
À seulement 40 années-lumière - un jet de pierre à l'échelle de notre galaxie - plusieurs planètes de la taille de la Terre tournent autour de l'étoile naine rouge TRAPPIST-1. Quatre des planètes se trouvent dans la zone habitable de l'étoile, une région éloignée de l'étoile où l'eau liquide, la clé de la vie telle que nous la connaissons, pourrait exister sur les surfaces des planètes.
 

Plus sur le sujet...




De l'ombre à la lumière

Wed, 31 Jan 2018 14:52:55 +0100

(image)
Crédit : ESO/R. Colombari
Un nuage sombre de poussière cosmique serpente au travers de cette spectaculaire image à grand champ, constellée d'intenses points de lumière émise par de jeunes étoiles. Ce nuage dense constitue une région de formation d'étoiles baptisée Lupus 3, au sein de laquelle naissent d'étincelantes étoiles chaudes à partir de l'effondrement de masses de gaz et de poussière. Cette image est composée de clichés acquis par le Télescope de Sondage du VLT ainsi que le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres. Elle offre la vue la plus détaillée à ce jour de cette région du ciel.
 

Plus sur le sujet...




L'impacteur qui a percuté la Terre pour créer la Lune n'était pas plus gros que Mars

Wed, 24 Jan 2018 11:19:07 +0100

(image)
Crédit: NASA/JPL-Caltech
Une équipe de l'Institut de physique du globe de Paris (IPGP) en collaboration avec des scientifiques de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) vient de modéliser l'effet géochimique de l'impact géant qui a heurté la Terre pour donner naissance à la Lune. Cet impacteur serait un objet relativement "petit", représentant au maximum 15% de la masse de la Terre. Leurs conclusions ont été publiées dans la revue Geophysical Research Letters, le 14 décembre 2017.
 

Plus sur le sujet...




Avis de tempête sur les trous noirs

Wed, 24 Jan 2018 11:19:06 +0100

(image)
Crédit: Gabriel Pérez, SMM Instituto de Astrofísica de Canarias
L'accrétion de matière sur un trou noir libère une quantité phénoménale d'énergie, à condition que la matière soit effectivement transportée vers le trou noir au lieu de tourner en rond par conservation de son moment cinétique. L'étude des processus de transport dans les disques d'accrétion constitue donc un ingrédient essentiel pour comprendre comment les trous noirs libèrent et injectent de l'énergie dans leur environnement.
 

Plus sur le sujet...




Comètes C/2018 A3 (ATLAS), P/2018 A4 (PANSTARRS), P/2018 A5 (PANSTARRS)

Thu, 18 Jan 2018 17:37:16 +0100

(image)
Nouvelles du Ciel
C/2018 A3 (ATLAS) : Une nouvelle comète a été découverte sur les images obtenues le 10 Janvier 2016 avec le télescope Schmidt de 0.5-m f/2.0 par l'équipe du projet ATLAS (Asteroid Terrestrial-impact Last Alert System), Mauna Loa. Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2018 A3 (ATLAS) indiquent un passage au périhélie le 12 Janvier 2019 à une distance d'environ 3,2 UA du Soleil.

P/2018 A4 (PANSTARRS) : Les membres de l'équipe de recherche de Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) ont découvert une nouvelle comète sur les images obtenues le 12 Janvier 2018 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8-m. Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2018 A4 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 21 Mai 2018 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil, et une période d'environ 24 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

P/2018 A5 (PANSTARRS) : Une nouvelle comète a été découverte par les membres de l'équipe de recherche de Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) sur les images obtenues le 13 Janvier 2018 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8-m. Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2018 A5 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 23 Septembre 2017 à une distance d'environ 2,7UA du Soleil, et une période d'environ 13,4 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

 

Plus sur le sujet...