Subscribe: Like a tuna in the brine
http://like_a_tuna_in_the_brine.kouaa-blog.com/rss/rss20/4010
Added By: Feedage Forager Feedage Grade B rated
Language: French
Tags:
agrave  avec  dans  des  eacute eacute  eacute tait  eacute  egrave  est  les  mais  nous  pas  pour  qui  tout  une  vous 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: Like a tuna in the brine

Like a tuna in the brine





Published: Thu, 08 Dec 2016 07:21:58 +0100

 



Puériculture, ton univers impitoyable

Mon, 12 Jul 2010 20:11:03 +0200

Je crois qu'il est temps de faire mon coming-out. Avec Poussin, nous attendons un petit garçon pour le mois de septembre. Pour la première fois de mon existence d'ailleurs, cet heureux évènement n'a pas été planifié, c'est une surprise authentique. Du coup nous voilà tout dépourvus quand la bise fut venue et qu'il ne reste plus que 2 mois pour finir de préparer la "chambre du bébé". Nous nous efforçons donc depuis 6 mois de nous renseigner sur ce qu'on appelle "le matériel de puériculture" : où, quand, comment, pourquoi ? (et là je bénis Mère Nature parce que 9 mois ne sont pas de trop pour se préparer à l'idée de devoir s'occuper d'un petit être totalement dépendant de nous). Tout ça pour introduire le sujet de ce poste : la sacro-sainte liste des affaires nécessaires pour accueillir notre petit Toto (ceci est un pseudo, ne nous dénoncez pas à la DDASS tout de suite). Je remercie d'ailleurs le magazine "Neuf mois" pour toutes ses précieuses informations... et toute ma famille qui nous a permis d'obtenir 70% du matériel nécessaire sans rien débourser. La chambre de Toto un lit : on en a récupéré un en kit dans le grenier de mes parents, maintenant faudrait le monter pour vérifier qu'il tient ^^' un matelas : très logiquement il était fourni avec le lit une alèse : en refouillant dans le tas de trucs qu'on nous a filé au fil des derniers mois, j'ai retrouvé un paquet d'alèses jetables. un tour de lit : récupéré chez Cousine n°2, assorti au lit une gigoteuse : nous en avons plusieurs modèles récupérés chez Cousine n°2, à noter que les modèles sont tous trop mignons, ce qui m'arrange bien car je n'avais rien trouvé de potable dans les catalogues ! un mobile musical : récupéré chez Cousine n°2, avec des petits Winnie l'Ourson volants (la classe quoi) une grande commode pouvant servir de plan pour langer : gracieusement offerte par Cousine n°1 une armoire : récupérée chez Cousine n°1 mais appartenait à une arrière grand-mère et a longtemps servi à ma soeur un transat : récupéré chez Cousine n°2 un parc : nous en avons deux selon sa croissance, c'est Byzance ! une susu : ma soeur m'en a offert deux très mignonnes à l'effigie de la Juventus de Turin. Je compte toutefois en acheter une en pharmacie selon les recommandations de la clinique où j'accouche, à acquérir donc  une veilleuse : dans l'idéal on voudrait une veilleuse qui puisse servir pour éclairer la chambre pendant l'allaitement de nuit (donc à intensité variable) mais puisse ensuite être utilisée par Toto et surtout transportable pour le rassurer quand il doit aller dormir ailleurs (genre à tout hasard chez ses grands-parents pour la veillée de Noël)   Après plusieurs heures de repérage sur le net, nous sommes tombés d'accord avec le papa pour une veilleuse Pabobo de leur collection Lumilove Giimmö (ou les Barbapapa mais ils n'ont pas de bras articulés), on a tous les deux craqué sur le panda... reste à le voir en vrai avant de l'acheter !)       Après visite en magasin de puériculture, grosse déception : la veilleuse est toute petite et surtout le velous sur les pattes n'a pas l'air très solidement ancré ! Enfin, d&e[...]



Blogolinaire

Wed, 05 May 2010 11:57:31 +0200

Des recettes testées et approuvées... en attendant d'inventer les miennes ;)

La soupe d'asperges onctueuse chez Croquesaveurs

Les lasagnes épinard/Maroilles chez Dodie (réalisé ici avec du reblochon mais c'était quand même délicieux !)

Les canelés bordelais chez Papilles et Pupilles (par contre il ne faut pas hésiter à laisser les canelés bien brunir voire qu'ils aient l'air limite brûlés !)

Muffins au chocolat et aux kiwis sur Tout Simplement Cuisine (j'ai introduit un gros morceau de kiwi au coeur du muffin, effet acidulé compoté fabuleux !!!)

La rouelle de porc au cidre sur le site 750 grammes

 

Trucs et astuces

Comment peser ses aliments sans balance ?

 

A faire 

Le couscous végétarien

Le gâteau de semoule 




Films australiens 2009

Sun, 10 Jan 2010 20:30:25 +0100

Lors de ma lecture d'un article du Monthly (magazine culturel australien) intitulé "Pourquoi Hollywood peut sauver le cinéma australien", quelques notes sur les meilleurs films de cette année 2009 My year without sex   L'histoire d'une petite famille (de Melbourne ^^') dont la mère à la suite d'une opération du cerveau n'a pas le droit d'avoir de rapports sexuels pendant 12 mois... Beautiful Kate   Un écrivain revient dans sa ville natale, au centre de l'Australie, au chevet de son père mourant. Des souvenirs et des secrets concernant son enfance et sa soeur jumelle, Kate, reviennent à la surface. Balibo Inspiré de l'histoire vraie du destin de 5 journalistes australiens, les Balibo Five, tués dans la ville de Balibo lors de l'invasion par l'armée indonésienne du Timor Oriental. Lucky Country L'arrivée de 3 étrangers ayant trouvé de l'or bouscule la vie d'une famille dans l'Australie du début du XXème siècle. Samson & Delilah Road movie autour de deux adolescents aborigènes qui s'échappent de la communauté pour rejoindre la ville d'Alice Springs. Caméra d'Or au festival de Cannes 2009 et Award du Meilleur Film aux AFI (Australian Film Awards) 2009. The Last Ride Road movie d'un père, poursuivi par la loi, et de son fils. Blessed Histoires croisées de 6 enfants et de leurs mères respectives durant une nuit et une journée dans les rues de Melbourne. Mao's Last Dancer   Le combat d'un danseur chinois pour garder sa liberté.  Mary and Max   L'histoire de l'amitié épistolaire entre une petite fille australienne et un trentenaire américain.  2011 Griff the Invisible [...]



Saleté

Sat, 26 Dec 2009 13:06:06 +0100

(image)

Depuis une quinzaine de jours, je regarde une "nouvelle" série. Elle s'appelle Dirt. En réalité, il s'agit d'une série créée en 2007 qui n'a pas survécu à la grève des scénaristes.

(object)  

La vidéo vous montre les premières minutes du pilote avec quelques images du reste qui rendent assez bien compte de ce qui m'a plu dans cette série. Déjà on saisit l'histoire très en quelques minutes lors de cette séquence : l'héroïne de la série, Lucy, est la rédactrice en chef très puissante d'un journal à scandales à Hollywood.

C'est une série assez noire, avec des personnages très torturés, personne n'est tout blanc ou tout noir. Je suis surtout impressionnée par la prestation de Courteney Cox Arquette, dont le personnage n'a rien à voir avec son précédent... Lucy est très loin de Monica et à aucun moment la confusion n'est possible... ses talents d'actrice sont vraiment fantastiques !
Second point que j'adore : les personnages secondaires sont vraiment fouillés, mention spéciale à Don le meilleur ami photographe schizophrène de Lucy qui travaille pour elle. En fait ce personnage introduit un petit côté fantastique à la série qui me fait énormément penser au Muholland Drive de David Lynch (en plus accessible tout de même).
La série est trash mais rien n'est gratuit, et surtout les scènes sexuelles entre les personnages sont un moyen d'apprendre à les connaître et sont aussi importantes que les dialogues, nous sommes loin des scènes de cul gratuites de Californication. Je retrouve d'ailleurs le ton cynique qui m'avait plus dans Californication mais sans toutes les maladresses du scénario !

J'entame à présent la saison 2 et je suis déjà triste de ne plus avoir que 7 épisodes à me mettre sous la dent...

(image)



Peter Pan - J.M. Barrie

Mon, 16 Nov 2009 20:57:28 +0100

Oui alors je vous le dis direct : il s'agit des dernières pages de Peter Pan. Je me permets de le faire car je connaissais déjà la fin sans jamais l'avoir lu. Après lecture, elle est encore plus extraordinaire que ce à quoi je m'attendais...

 

"Well, then, come with me to the little house."

"May I, Mummy ?"

"Certainly not. I have got you home again, and I mean to keep you."

"But he does so need a mother."

"So do you, my love."

"Oh, all right" Peter said

(...)

Mrs Darling saw his mouth twitch, and she made this handsome offer: to let Wendy go to him for a week every year to do his spring cleaning.

(...)

"You won't forget about me, Peter, will you, before spring-cleaning time comes ?"

Of course Peter promised; and then he flew away.

(...)

Next year he did not come for her. She waited in a new frock because the old one simply would not meet, but he never came.

"Perhaps he is ill", Michael said.

"You know he is never ill."

Michael came close to her and whispered, with a shiver, "Perhaps there is no such personn, Wendy !" and then Wendy would have cried if Michael had not been crying.

Peter came next spring cleaning; and the strange thing was that he never knew he had missed a year.

That was the last time the girl Wendy ever saw him. For a little longer she tried for his sake not to have growing pains; and she felt she was untrue to him when she got a prize for general knowledge. But the years came and went without bringing the careless boy; and when they met again Wendy was a married woman, and Peter was no more to her than a little dust in the box in which she had kept her toys.

(...)

She let her hands play in the hair of the tragic boy. She was not a little girl heart-broken about him; she was a grown woman smiling at it all, but they were wet smiles.

(image)
 
Peter Pan
The boy who would not grow up



Les plus belles toilettes du monde

Mon, 09 Nov 2009 12:40:11 +0100

Ce midi, on est allé dans le meilleur resto nipo-coréen où j'ai jamais été... l'ambiance était CHALEUREUSE, ce que je n'avais JAMAIS ressenti dans un restaurant asiatique. D'habitude c'est zen et froid. Là, non. La déco était de très bon goût, avec des coussins de couleurs vives sur des lambris très foncés, juste quelques touches, juste ce qu'il fallait, j'avais limite envie de leur voler leurs coussins et leur lambris et de les entreposer en attendant d'avoir mon appart à moi pour les mettre dedans.

Puis à la fin du repas (délicieux, avec un service super, gentil, drôle, attentioné) je suis allée aux toilettes.

Les plus belles toilettes du monde.

Déjà le siège des toilettes est plus "gras" que les sièges habituels. T'as une sensation de confort incroyable alors que techniquement y'a que la cuvette où il y a l'eau qui est plus large. Il y avait un gros bandeau de papier peint noir à grosses fleurs sous le plafond, puis des murs tout noirs et des fleurs en pot de la même couleur que celles du papier peint sur une petite étagère, là où il y avait la chasse d'eau. Puis des paniers recouverts de tissu noir où il y avait des rouleaux de papier de rechange. C'est tout con mais ça rendait les rouleaux de papier de rechange super classes.
Et puis alors mon truc préféré. Une grande vasque beige avec des cailloux dedans qui cachait la bonde. T'as l'impression de te laver les mains dans la nature, mais sans tous les insectes et les trucs chiants de la nature quoi.

Je VEUX ces toilettes. Je VEUX cette vasque. En fait je VEUX vivre dans ce resto.

Du coup on a décidé que le stopover du voyage de noces il sera à Séoul et pas à Tokyo. Ou alors à Tokyo à l'aller et à Séoul au retour. Mais la Corée, on est très très séduits. Oui il a suffi de deux coussins roses sur un banc de bois et de trois cailloux dans un évier de toilettes.Et je viens bien de te parler de toilettes coréennes pendant un très long paragraphe.



J'vais t'apprendre la politesse, ptit con !

Tue, 03 Nov 2009 12:33:55 +0100

Dépasser

Pourquoi toujours vouloir dépasser ?

Quand on est dans la voiture 2 d'un TGV, on n'a pas envie de dépasser la voiture 1. Pourquoi ce n'est pas pareil sur la route ?

Quand vous faites une longue route, il arrive souvent qu'au péage de l'arrivée, vous retrouviez l'homme pressé qui vous a doublé deux heures plus tôt. Demander à la tortue de vous raconter sa course avec le lièvre.

Est-ce que celui qui veut dépasser est plus mal élevé que les autres ?

Non.

Quand il est au sol et pas dans sa voiture, il tient les portes et s'efface pour laisser passer les autres devant lui.

Est-ce que c'est mieux d'être devant ?

Quelquefois devant, il y a un gros camion qui fume et puis plus rien.

Parfois, celui qui dépasse est dépassé par les événements.

(...)

Est-ce que j'ai le temps de doubler ?

Si vous vous posez la question, c'est que vous n'êtes pas sûr. Vous aviez peut-être le temps, mais avant de vous poser la question. Maintenant, c'est trop tard. C'est non.

Patientez, vous n'en mourrez pas.

(...)

Comment se laisser dépasser ?

Celui dépasse est-il plus fort ou plus malin que celui qui se laisse dépasser ?

Non. On peut simplement dire qu'il roule plus vite.

Puis-je faire un bras d'honneur à celui qui me dépasse ?

Certainement pas. Faire un bras d'honneur vous obligerait à lâcher le volant.

Je roule à la vitesse réglementaire, la voiture qui me suit me fait des appels de phares, que faire ?

Regardez dans votre rétroviseur la tête de celui qui veut vous dépasser :

Les yeux lui sortent de la tête.

Il fait des gestes désordonnés.

Il parle tout seul.

Il est tout rouge.

Il est laid.

On a honte pour lui.

 

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce livre n'a pas été écrit par une femme.

Extraits de Roulez Jeunesse par Jean-Louis FOURNIER en livre de poche. (merci filleule !)




J'ai tué mes surfeurs... et vous ?

Wed, 21 Oct 2009 12:27:10 +0200

Il y avait une grande question qui nous taraudait avec Camille il y a 15 jours : mais où sont cachés tous ces beaux garçons célibataires, sans merde dans les yeux ni les oreilles, que mes copines cherchent désespèrement à rencontrer depuis des mois ?

OU SONT-ILS BONDIEU ?

J'ai trouvé la réponse hier. Ils étaient tous au concert de Ghinzu !

Et je ne te parle pas du tout des membres du groupe, non, non, non.

  (object)

Là, tu les vois pas sur la vidéo parce qu'elle a été filmée en Belgique. 




Fée volante

Wed, 09 Sep 2009 12:46:12 +0200

J'vous préviens d'avance, vous n'allez rien comprendre à ce post et ça va être ultra palpitant à lire.

J'ai décidé de devenir une parfaite petite ménagère puisque bientôt (genre dans 3 ans) je vais aller vivre avec mon amoureux. Du coup je suis devenue depuis hier soir une babyfly. *Tatatin*

Bon aujourd'hui c'est facile, comme je n'ai pas d'évier vu que je vis chez mes parents, je dois juste m'habiller, me mettre de la crème et me maquiller, on a vu pire.

Mais sinon ma chambre est un foutoir sans nom. Alors je range, j'étiquette, etc. Et surtout je désamorce les "coins chauds" où le bordel s'autoreproduit et envahit ensuite toute ma chambre.



L'Assiette du Vin

Sun, 06 Sep 2009 21:19:47 +0200

On continue dans les bonnes adresses mais avec une nouvelle catégorie, plus actuelle : l'exploration de Lyon et sa région proche.
 
Vendredi soir, après une petite visite touristique du quartier de la Croix Rousse, nous avons essayé ce restaurant, conseillé par le guide Petit Futé : une excellente surprise !
 
Tout d'abord le menu se compose : vous choisissez un plat principal qui détermine le prix puis vous pouvez choisir une entrée et un dessert ou fromage !!!
La cuisine est presque traditionnelle : c'est-à-dire que le chef agrémente les plats tradis d'une petite touche excentrique qui les transforme !
 
En entrée, Julien a choisi un croque camembert-magret-pommes vertes tout à fait délicieux ! Quant à moi je me suis régalée de noix de St Jacques accompagnée d'une soupe de betterave et de guacamole... des saveurs exquises, qui fondaient dans la bouche et contrastaient à merveille : totalement SUCCULENT !
 
J'ai été moins emballée par mon plat principal, un pavé de sandre à la vinaigrette coco au pistou, trop salé à mon goût et moins subtil que l'entrée. Julien lui a dégusté une selle d'agneau réduit au Porto aux champignons, écrasée de pommes de terre et tomate séchée, j'en bavais dans mon assiette !
 
J'ai été également un peu déçue par les desserts, totalement traditionnels. Ma crème brûilée était très bonne mais sans rien d'exceptionnel. Julien lui a choisi de goûter un sorbet de fromage de chèvre que j'ai regretté de ne pas avoir choisi, car c'était très novateur et totalement délicieux.
 
Quant au vin... le serveur nous a conseillé un Côtes du Rhône qui est le meilleur vin rouge que j'ai jamais bu de toute ma vie, sans l'horrible goût âpre habituel du vin rouge, je n'ai pas vu mes verres passer.
 
Nous nous en sommes sortis pour un prix plus qu'honorable (mon menu était à environ 20€, celui de Julien était un peu plus cher) comparativement à l'excellence des plats que nous avons dégusté !!!!
 
La décoration de la salle est classique mais sympathique et nous avons été très bien accueillis et servis.
 
Bref une adresse que nous recommandons chaudement et où nous retournons avec plaisir lors du prochain changement de carte !
 
(image)
 
L'Assiette du Vin
8, rue Duviard
Quartier Croix-Rousse - Lyon