Subscribe: Tout le bonheur du monde 2.0
http://chaosklub.free.fr/blog/index.php/feed/rss2
Added By: Feedage Forager Feedage Grade A rated
Language: French
Tags:
avec  cette  dans  des  donc  est  les  mais  mon  même  par  pas  pour  qui  sur  tout  une  vous  était 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: Tout le bonheur du monde 2.0

Tout le bonheur du monde 2.0



Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.



Published: Mon, 05 Dec 2016 08:16:20 +0100

 



La science, c'est de la merde !

Wed, 21 Sep 2016 09:30:00 +0200

La défiance de l'humanité envers la science ne date pas d'hier mais quand je vois, au 21ième, les ravages que causent le refus d'accepter la vérité scientifique, sur fond d'un argumentaire étrange et fortement subjectif, je me dis qu'il y a quand même des claques qui se perdent. Alors paf, je suis grognon. Et quand je suis grognon, j'écris un billet. Au grand bonheur de mes lecteurs ! La science, c'est quoi ? Posons tout de suite les bases de la discussion (oui, je sais : de mon long monologue verbeux) en rappelant ce qu'est, de manière objective, la science. Ce qu'on appelle Science est un ensemble d'outils et de méthodologies servant à établir des vérités. C'est important de bien le souligner : Le but de la science c'est la recherche de la vérité, et rien que la vérité. On distingue plusieurs grandes familles : Les sciences dites "pures" : Ce sont les sciences qui, par construction, ne peuvent rien dire d'autres que des vérités. Tout est validé du début à la fin, avec un taux d'erreur obligatoire de 0%. Aucune des méthodes retenues dans ce type de science n'autorise le moindre aléa. Soit elle dit une vérité, soit elle ne dit rien. (En gros, dans cette famille on place les mathématiques et ses sous-branches) Les sciences dites "expérimentales" : La famille qui est globalement la plus connue et la plus intuitivement accessible. On observe le réel, on émet un théorie puis on tente de prouver la théorie. Ce sont des sciences qui sont par essence itérative : La vérité n'apparait jamais du premier coup, il faut affiner sans cesse à l'aide d'une panoplie importante de méthodes de confirmation et de preuve. Les sciences dites "humaines" : Cette famille est, sur le papier, identique à la précédente. Toutefois il y a une différence majeure : Elle inclut de l'humain. Le socle principale de ces sciences repose donc sur l'idée que le comportement humain est rationnel, ou du moins rationnalisable. Cela rend ce groupe de science très ambigu car même si les méthodologies sont tout à fait rigoureuses, le postulat de départ est sujet à débat. Les pseudo-sciences : Dernière famille et non des moindres, on place là dedans toute une série de choses qui se présentent comme des sciences mais n'en sont pas vraiment. Non pas parce que leur sujet est inférieur ou quoi que ce soit de ce genre, mais parce qu'elles n'emploient aucune méthode rigoureuse de confirmation/preuve. Peu importe leur efficacité réelle ou imaginée, elles n'établissent pas de vérité au sens rigoureux du terme. La science, c'est trop compliqué ! Ces définitions posées, pourquoi diantre, y a-t-il autant de monde de nos jours à réfuter la vérité scientifique ? Et bien d'abord et avant tout parce qu'ils ne la comprennent pas. Cela peut sembler un argument de facilité mais c'est néanmoins la cause majeure des mouvements de défiance actuelles. Et il n'y a rien de surprenant à cela : La science C'EST compliqué. Car ce qui est importe ce n'est pas le résultat obtenu (qui est généralement assez simple à comprendre, sinon à accepter) mais le chemin parcourut pour y parvenir. Sauf que le chemin, la méthode, on ne vous en parle jamais. Aucun média ne va vous expliquer tous le processus. D'abord parce que c'est beaucoup trop long, ensuite parce que les journalistes non plus ne comprennent pas forcément. Et pourtant c'est bien la méthode qui permet de trier entre les différentes familles que j'ai indiqué au début. Et qui permet donc d'évaluer le dégré de vérité de l'information. "Cette vérité a été produite par une méthodologie expérimentale rigoureuse et itérative ? Ok c'est une vérité pertinente." "Cette vérité a été observée subjectivement mais jamais correctement confirmée ? Elle peut tout à fait être fausse." On ne vous explique pas et ne vous donne aucun critère pour faire le tri. Pas étonnant dans ces conditions que l'homéopathie, par exemple, existe encore. La science, c'est humain L'autre source majeure de défiance envers la scie[...]



Pourquoi les hommes ne sont pas tous des violeurs ?

Fri, 12 Aug 2016 13:30:00 +0200

Il est des questions qui traversent mon esprit tordu de manière incongrue mais néanmoins insistante. Des questions dont je peine à trouver une réponse (satisfaisante ou non) sur la Toile pourtant prolixe en informations de toutes sortes. Il est aussi des questions qui amènent invariablement des réactions épidermiques voire trollesques de la part d'être humains qui, profondément ancrés dans leur guerre de position, n'ont même pas pris le temps de vraiment en lire l'intitulé. Je gage que le titre de ce billet est l'une de ces questions mais j'espère que mon lectorat aura l'amabilité d'aller au delà de ce travers. Or donc, voilà en effet une interrogation qui m'est apparue en lisant un argumentaire féministe explicitant le fameux "slogan" (si on peut appeler ça comme ça. Une phrase volontairement choc dirons-nous) : Les hommes sont tous des violeurs potentiels. Comme beaucoup d'homme face à cette phrase, ma première réaction a été de la remettre en cause. En effet, ma propre existence et ma connaissance de mon moi intérieur, me permet d'affirmer que je suis une exception à cette règle. Et donc, logiquement parlant, cette phrase est fausse. Et pourtant j'accepte pleinement les prémisses sur lesquels s'appuient cette déclaration. Car, oui, nous vivons dans une société patriarcale, où l'homme dispose d'avantages par sa simple nature d'homme. Oui également, il existe une culture du viol, une sorte d'angle mort de la société qui permet, voire encourage, une domination physique de l'homme sur la femme. Les récents exemples de propos et d'attitudes immondes de pharmaciens concernant les différentes pilules contraceptives n'en étant qu'une preuve de plus. La quasi-totalité des femmes sera confrontée à de la violence sexiste, verbale ou physique, au cours de sa vie. Ce qui laisse à penser qu'une immense majorité de la population masculine en sera l'auteur. (Le chiffre exact m'est inconnu. Autant que je puisse en juger, il n'existe pas de statistiques pour définir quelle est la part de la population masculine ayant commis des violences sexistes, verbales ou physiques, au cours de sa vie. Nous n'avons de statistiques que sur les victimes.) Mais si notre société forme, volontairement ou non, autant de harceleurs et de violeurs, pourquoi ne sommes-nous (les hommes) pas TOUS des violeurs ? Je ne suis pas un violeur, c'est un fait. Et je peux m'engager, pour les connaître extrêmement bien, sur une bonne dizaine de personnes absolument incapable de ce genre de chose. (Pas les "on l'aurait jamais cru" du voisin qui veut passer à la télévision, mais une véritable connaissance de la psyché des personnes) Bien évidemment tout système à ses écarts, mais si notre société est à ce point patriarcale (ce dont je suis tout à fait persuadé) pourquoi y a-t-il autant d'exceptions ? Reste donc ce questionnement : Pourquoi ? Quelle est la force opposée qui réduit, voire neutralise, la culture du viol ? Je ne sais pas. Oui, je fais parti de ces gens qui n'ont pas honte d'avouer leur ignorance contrairement à notre bonne vieille et stupide classe politique (Je sais, cette phrase est totalement gratuite, mais ils font tous tellement de conneries par jour que je n'ai pas pu m'en empêcher). Je peux juste dire ce que cette force n'est pas : Elle n'est pas la conséquence des combats féministes. Du moins pas le féminisme "moderne" car les hommes mentalement sains que je connais sont bien trop vieux pour avoir été influencé par ces luttes récentes. Ce n'est pas non plus une question de classe sociale, car ils viennent de milieux différents. (Les très riches n'y sont pas représentés, il y a peut-être là à la rigueur un facteur) Cela ne semble pas être lié non plus à un niveau d'étude. Alors quoi ? Et bien je ne sais pas. Mais je trouve la question intéressante et moins stérile que les nécessaires mais court-termistes pointages du doigt. A long terme, c'est cette force contraire qu'il faudra identifier, entretenir et[...]



Communauté et militantisme

Sat, 02 Jul 2016 07:22:00 +0200

Lorsque je me promène sur les réseaux sociaux, surtout ces dernières années, je vois un nombre incalculable de minorités en lutte. D'une part pour lutter contre les injustices qu'elles subissent et d'autres part pour affirmer leur existence et ainsi éviter qu'on les ignore. N'étant pas membre de ces communautés je suis peu légitime pour approuver ou critiquer leur méthode, parce que je suis très souvent perçu comme faisant parti de "l'autre camp", celui qui domine. Préliminaires Alors plutôt que de parler de "ce que je ne connais pas", je vais vous raconter la petite histoire d'une communauté que je connais car elle fut la mienne. Et en quelque sorte elle l'est toujours, même si vous allez voir par la suite pourquoi je précise "en quelque sorte". Bien sûr, je vous arrête tout de suite : L'oppression qu'a subi (et subi parfois encore) cette communauté n'a aucune commune mesure avec les grandes luttes qu'on croise en 2016. S'il y a bel et bien eu des morts et des tortures autant physiques que psychologiques, il s'agit fort heureusement de cas très isolés. Il en reste encore des traces mais soyons clairs dès le départ : Oui, pas d'inquiétude, votre lutte est bien plus grave et importante que celle dont je vais vous parler. (Inutile donc de me balancer des commentaires haineux en hurlant que mon billet est ridicule face aux vrais problèmes de ce monde. Ce n'est de toute façon pas son but.) Or donc, il y a fort longtemps vivaient tout un tas de marginaux. On les appelait geeks, nerds, et autres noms d'oiseaux. Car oui, à l'époque, ce n'était pas du tout flatteur. Les geeks Tous ces gens pratiquaient un mode de vie différent. Ils étaient rêveurs ou surdoués, souvent les deux, mais surtout presque toujours inadaptés socialement ce qui en faisaient la risée des autres enfants. Les geeks pratiquaient des activités de loisirs particulières, clivantes par rapport au reste de la société : Ils s'intéressaient aux comics, aux mangas, aux ordinateurs, etc... Presque toujours des choses qui étaient plutôt mal vu par les autres enfants, les parents, les médias, ... bref par tout le monde. Comme le terme était un peu large, des communautés spécifiques se sont créées autour de chacune des activités. Les geeks découvraient la joie de partager entre gens qui se comprennent et pouvaient enfin échanger ensemble. Les communautés se renforçaient et permettaient de développer chaque loisir de manière importante. On n'était plus "un geek", mais un fan de comics, ou un fan de manga, ou un fan d'informatique, ou un rôliste, ... Oui parce qu'on prenait l'étiquette de sa communauté, c'était plus simple. Chaque loisir avait des besoins et connaissances spécifiques, du coup en se définissant plus précisément que juste "geek", on pouvait partager plus facilement avec ceux qui avaient les mêmes centre d’intérêt. Les fans de comics et les fan de mangas ne parlaient pas du tout de la même chose. Pas le même univers, pas le même historique, pas les mêmes techniques. Zoomons un peu. Au milieu de tout ça, il y avait une variété de geeks qui se passionnait de jeux de rôle. Les rôlistes donc. Les rôlistes et leur Némésis Ils pratiquaient une forme avancée de ce que tous les enfants font lorsqu'ils sont petits : jouer à faire semblant. Cette pratique, comme toutes les autres pratiques de geeks, était donc très mal vue par la société. Au départ, avant tout parce que c'était considéré comme juvénile et pas du tout digne de futurs adultes. Mais au fil du temps cette communauté a été opprimée de manière bien plus violente que cela. Je peux me tromper mais il semble que ce sont les geeks rôlistes qui ont subi l'une des plus violentes oppressions de ce milieu. Surtout si vous viviez aux U.S.A. Et encore aujourd'hui, on trouve un peu partout des traces de ce conflit, même en France. L'ennemi des rôlistes s'appelait la religion. Chrétienne surtout. (C'est du moins celle dont j'ai [...]



Comment prouver le voyage dans le temps ?

Wed, 29 Jun 2016 10:17:00 +0200

Bien le bonjour amis lecteurs, aujourd'hui nous allons faire un peu de science ! Enfin presque Inutile de fuir donc puisqu'il ne sera pas question de mathématiques ou de physiques dans ce billet, mais juste d'un peu de réflexions sur le thème du voyage dans le temps. Postulat Et d'abord, posons tout de suite un postulat très important pour la suite : Il va être question ici de voyage dans le temps et uniquement dans le temps. Vous pouvez donc immédiatement laisser tomber toutes vos théories sur les univers parallèles. Pourquoi ? Et bien parce que si votre voyage dans le temps vous emmène dans une réalité alternative et parallèle et bien c'est que vous n'avez pas vraiment voyagé dans le temps. Appelez ça "slider" si ça vous chante, mais pas voyager dans le temps. Nous, on va donc parler du voyage dans le temps, le vrai. Celui qui te fait remonter sur la ligne temporel de ton monde à toi. Et plus précisément nous allons tenter ensemble (oui, oui, ensemble tu vas voir c'est participatif) de prouver l'existence du voyage dans le temps. (Ou, dans le pire des cas, inférer sa possible non-existence. Car la preuve de non-existence c'est toujours plus compliquée à produire.) Le protocole Pour cela, c'est très simple : Pensez à un endroit, existant, insolite pour vous. Un coin qui soit relativement simple d'accès mais dans lequel vous n'avez jamais mis les pieds. Imaginez maintenant un voyageur dans le temps qui laisse à cet endroit un message. Ne vous embarrassez pas de la forme ou du support de ce message, à charge pour le type venu du futur de se débrouiller pour que ce soit lisible par les gens du passé. Par contre, demandez-vous ce que ce message devrait contenir pour que VOUS soyez personnellement convaincu qu'il vienne du futur. Un élément que vous accepteriez comme preuve. Ça peut être les numéros du lotos, le récit d'un évènement dans un futur proche, ou tout simplement votre nom (Après tout qui pourrait bien savoir à l'avance que vous passerez par là un jour) C'est bon ? Vous avez bien déterminé l'endroit et la preuve acceptable ? Et bien il ne vous reste plus qu'à vous y rendre et là vous serez fixé sur l'existence du voyage dans le temps. Allez, allez ! Débout ! Résultat positif Premier cas de figure : Le message est bien là. Félicitations, vous venez de prouver l'existence du voyage dans le temps ! Pourquoi ? En découvrant le message, vous connaissez désormais son contenu exact, sa forme, son lieu exact, etc... Comme c'est une découverte marquante, elle restera gravée dans votre mémoire. Son souvenir, ainsi que l'objet physique lui-même sera transmis, a minima, à votre famille/vos amis, voire carrément publiquement. (Après tout vous avez un VRAI MESSAGE DU FUTUR !) Donc, dans le futur, soit vous, soit un de vos descendant, soit une quelconque autre personne déclenchera un voyage dans le temps pour transmettre précisément le message dont vous aurez décrit le contenu, à l'endroit convenu. Et on sait dès à présent qu'il le fera, sans altérer quoi que ce soit, puisqu'il vient de le faire ! (Rappelez-vous : Pas d'univers parallèle.) Résultat négatif Deuxième cas de figure : Il n'y a aucun message. On ne va pas se mentir, ça part mal. Mais attendez, cela ne veut pas forcément dire que tout est perdu ! Car autant la présence du message est une preuve directe, autant la non-présence est plus ambigüe : D'abord on peut en conclure que VOUS ne voyagerez pas dans le temps. Que le processus existe ou non dans le futur, ce n'est pas vous qui en ferez l'expérience. Ensuite il est probable que personne DANS VOTRE LIGNÉE (ou vos proches) ne voyagera dans le temps. Enfin cela signifie qu'à aucun moment entre maintenant et la fin des humains, le voyage dans le temps ne sera "grand public" (De toute façon, soyons réaliste : le jour où le voyage dans le temps est accessible à toute l'humanité sera aussi le dernier jour de l'human[...]



Don't worry about a thing

Tue, 05 Jan 2016 14:32:00 +0100

2015 est passé. Et je suis toujours là, dinosaure insubmersible de la Toile, déblatérant partout sur les réseaux sociaux sur tout et surtout n'importe quoi. On peut le tourner dans tous les sens que l'on voudra, à l'aune de mes principes personnels de grand connard devant l'éternel je déclare cela comme une réussite. Le silence des agneaux Pourtant indubitablement la tache ne fut pas aisée. Car cette année, pour ceux qui ne seraient pas de passionnés fidèles de mes aventures, le monde a été à deux doigts de me faire taire. Un peu et temporairement, certes. (Me faire taire définitivement n'étant possible que d'une seule et unique manière... me filer à bouffer. ) Mais me faire taire néanmoins, ce qui j'en suis sûr vous aurait tous profondément chagriné, n'est-ce pas bande d'ingrats coquinous ? Je ne résiste pas à vous narrer les détails de l'aventure tant elle fut coquasse et révélatrice du diagnostic que je persiste à porter sur notre société : Si l'hypocrisie était une énergie, on pourrait fermer toutes les centrales de la Terre. Comme vous le savez, je ne suis pas du genre à mâcher mes mots et rien ne m'irrite plus qu'un acte d'incompétence flagrant. J'éprouve un profond respect pour l'intelligence et lorsqu'une manifestation évidente de son contraire se présente, je la pointe du doigt autant que du mot, dénonçant bruyamment sa présence avec l'espoir qu'elle et ses semblables aillent se terrer dans un coin, mortifiée par la honte. Cela ne marche hélas jamais mais, en grand naïf , je continue d'espérer qu'un jour l'être humain se ressaisira, ouvrira les yeux, jettera accessoirement nos politiques par la fenêtre, puis se frappera le front en s'exclamant : "Mais bordel qu'est-ce que j'ai été con". On a tous nos utopies. 1984 2015 Or donc quelque part en 2014, un développeur prestataire (Ne travaillant donc pas dans mon entreprise. Ce détail va avoir son importance) faisait un évident travail de cochon, m'embarquant avec lui dans une perte de temps immensément inutile et dépassant largement mes horaires de bureau. Comme tout un chacun j'aime coder au milieu de la nuit (Réellement, ce n'est pas ironique. Programmer dans la silence nocturne à la lumière blafarde d'un écran est vraiment une expérience agréable. Demandez à tous les codeurs autour de vous). Mais pas pour le travail. Et comme je n'ai jamais fait de différence entre parole et écrit, j'ai largement exprimé mon mécontentement sur Twitter. (sans bien sûr nommer l'importun, j'ai un minimum de savoir vivre. ) Avançons maintenant rapidement à l'année 2015 qui nous préoccupe donc et voilà qu'un mien collègue tombe par inadvertance sur mon compte Twitter. Inadvertance est un bien grand mot car mon pseudonymat est tout relatif : Mon vrai prénom, nom et même numéro de téléphone portable, même s'il ne figure pas spécifiquement sur mon compte, est largement visible sur Internet. Et je ne fais pas mystère de mon usage assidu des réseaux sociaux. Bref, peu importe, l'homme tombe donc sur ma verte semonce dépeignant à l'acide ma joie de travailler nuitamment avec un professionnel... Et, par un tour de passe-passe corporatiste assez fabuleux : Le prend pour lui. Entendez par là qu'il n'a pas juste trouvé l'atteinte à sa branche outrancière et injustifiée. Non, non. Il s'est personnellement senti visé. Lui. Dans sa personne. Vers l'infini et au-delà Mais ce n'est pas tout car un bon Vaudeville ne peut décemment se contenter d'un bête quid pro quo. Donc plutôt qu'en prendre ombrage et venir me rendre la pareille à base de langage fleuri, physiquement ou par écran interposé, (solution que, je tiens à préciser, j'aurais trouvé TOUT A FAIT justifiée et acceptable. Même passée l'erreur initiale.) le bonhomme a opté pour une étrange option : en référer à sa (notre) direction. L'escalade n'a pas manqué et je suis en quelques heures[...]



Comment ça va bien ?

Fri, 30 Oct 2015 15:47:00 +0100

(image) Bien le bonjour à toi ami lecteur, fidèle ou de passage.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas écrit une petite bafouille alors je me suis soudain dit "tiens, soyons fous, et pourquoi pas maintenant ?"

A moitié vide

En plus ça tombait bien car je n'avais rien à dire. Et comme les habitués le savent (pour les autres, et bien je vous invite à plonger dans les différents billets de ce blog pour le découvrir), c'est souvent l'une des conditions première à l'écriture d'un divertissant pamphlet. (image)

Alors quoi de neuf dans notre beau pays xénophobe ? Et bien somme toute pas grand chose. On y ratonne toujours allégrement. Psychologiquement surtout mais tout en se laissant aller à l'occasion à un petit débordement physique.
Parce que, bon, la violence verbale c'est amusant mais ça ne défoule pas tellement son raciste.

Non, les discours nauséabonds décomplexés, on laisse ça aux politiques. Les experts du caniveau et du tout-à-l'égo. Rien de bien neuf de ce coté là non plus d'ailleurs. On prépare tranquillement 2017, même si on n'a pas encore tout à fait défini qui sera le raciste attitré du second tour. Normalement c'est le rôle de Marine, mais Manuel il aimerait bien être Président aussi alors c'est pas encore bien décidé.
Bon au moins, pas d'inquiétude, les lois de surveillance massive sont déjà prêtes donc quel que soit l'heureux élu, sa gestapo est déjà toute prête.

Voilà, bref rien que de très banal... Ah si, j'allais oublier : Tu te souviens de mon idée de fêter les 10 ans de ce blog ? Et bien, on l'a fait ! (image)

Totalement bien

L’événement a été baptisé #Khaos10 et s'est déroulé durant les premiers jours d’Août. Si les chips n'ont pas été aussi abondantes que je l'aurais souhaité, le week-end a été largement compensé par un rassemblement de ce que l'humanité a de plus rares : des gens biens.

Je veux dire, vraiment.

Des gens, j'en croise tous les jours, il y a de tout et, à part les ouvertement cons cités plus haut, il y a également une foultitude de faux-gentils, faux-semblant et autres faux-culs.
Je suis empathe, je vous le rappelle : Je sens ces choses-là.

Alors se retrouver au milieu de gens dignes de mon plus profond respect, ça fait un peu bizarre sur le coup. Mais bon sang ce que c'est agréable. J'avais envie d'embrasser très fort tout le monde. (Au sens premier, avec les bras. Non, parce que bon, pour les bisous, il y en a qui pique un peu quand même (image) )

Autant vous dire que j'avais envie de recommencer à la seconde où cela s'est fini. Alors #Khaos20th ou #Khaos11th ? L'avenir nous le dira, mais moi je vote déjà pour !

Et qui sait, les quelques ÉNORMES PARESSEUX AUX EXCUSES BIDONS (image) qui n'ont pas pu venir cette fois, pourront peut-être se libérer. (Oui, oui, pas besoin de vous nommer, vous vous êtes bien reconnu !)

Bref. "Monde de merde", comme dirait l'autre. Mais avec tout de même encore des personnes en or et, ça, c'est quand même le plus important.

Que la paix soit avec vous.




Khaos en streaming

Thu, 20 Aug 2015 15:45:00 +0200

(image) Vous me connaissez sur ce blog et sans doute aussi sur les différents réseaux sociaux, mais saviez-vous que Khaos Farbauti Ibn Oblivion c'est aussi des vidéos en direct sur la Toile ?

Et oui !
Non content de vous inonder d'écrits, j'essaye de vous envahir également par l'image !

Petit tour d'horizon.

Canal Historique

Depuis le début de ce blog, j'ai diffusé quelques vidéos. Celle du Chaos Klub bien sûr, mais aussi quelques petites expérimentations musicales (et même d'autres choses encore, plus ou moins honteuses, que je vous laisse chercher)

Mais il était temps de passer à la vitesse supérieure, pour vous offrir TOUJOURS PLUS DE KHAOS ! (image)

Twitch

J'ai donc décidé de faire dans l'original et comme tout le monde, mais 5 ans après les autres, je me suis mis à Twitch.

Pour ceux qui ne le savent pas Twitch est une plate-forme de streaming vidéo, en direct, plutôt orientée jeux vidéo.

Lorsque, après vous être abonné à mon profil, vous recevez une notification Twitch vous avertissant que Khaos est en live vous pouvez donc immédiatement vous précipiter sur le site pour me retrouver dans mes exploits du moment. Avec parfois des invités prestigieux comme par exemple : Ma fille. (image)

Vous pouvez même interagir avec moi en plein cœur du direct et je vous répondrais de ma voix suave et follement charismatique. (Si, si, je vous assure. C'est juste que mon micro la déforme donc vous ne vous en rendez pas compte ! (image) )

YouTube

Mais il n'y a pas que le direct dans la vie et j'ai aussi pensé à tous ceux qui perdus au fond de leur canapé/lit/bureau sont saisis d'une angoisse profonde face au manque de leur addiction préférée : Moi.

Pour eux donc, il existe un service de rattrapage : Ma chaîne YouTube.

Cette chaîne contient une archive de mes différents directs. Pas en totalité, ce privilège étant réservé aux personnes sur Twitch, mais néanmoins l'essentiel s'y trouve.

Et même si l'immense majorité concerne les jeux vidéos, vous pourrez y trouver aussi d'autres choses comme par exemple mes vidéos de hacking ou d'autres choses... plus anciennes, dirons-nous ! (image)

Au plaisir donc de vous croiser AUSSI sur mes vidéos et que la paix soit avec vous !




3, la chimère, chapitre III (suite)

Wed, 08 Jul 2015 13:52:00 +0200

(image) "Ai-je été clair ?" s'enquit Vlad.

Alice hocha brievement la tête puis répondit :
"A partir de maintenant et jusqu'au moment de notre arrivée vous allez agir de manière absente, voire incongrue, et j'ai pour mission de veiller à votre intégrité physique durant cette période."

"- Puis-je poser quelques questions complémentaires ? interrogea la gouvernante.
- Bien sûr, répondit le mage
- L'usage de la force est-il autorisée pour assurer cette mission ?
- Oui.
- Létale ?
- Si cela s'avère nécessaire.
- Contre vous-même ?"

Vlad leva les yeux et vit un petit sourire moqueur se dessiner au coin des lèvres d'Alice.

"- Je t'autorise à faire ce qui est nécessaire pour me contenir si besoin... de manière non-létale bien entendu, précisa Vlad dans le doute."

Alice acquiesça d'un air indéfinissable mais Vlad devinait une hilarité intérieure.

"- Une dernière question, demanda Alice : existe-t-il une méthode particulière pour vous... 'ramener' ?"

Ce fut au tour de Vlad d'afficher une moue narquoise.

"- Me secouer de toutes tes forces... ou me chanter quelque chose peut-être !"

Alice lui lança un regard noir pour la forme puis prit congé pour aller faire un point sur le vol avec le pilote.

En souriant, Vlad Wesley songea une fois de plus qu'il devrait peut-être faire quelque chose pour prolonger son service auprès de lui. Il avait eu de nombreuses personnes assurant sa protection, dont certaines particulièrement efficaces, et il lui était déjà arrivé de souhaiter les conserver au delà d'une durée de vie humaine.
Il n'avait cédé qu'une seule fois à cette envie. Et la magie, comme toujours, lui avait férocement présentée la facture.
Jouer avec sa propre ligne de vie était déjà bien assez fou de sa part, il n'était plus question de perturber celle des autres.

Dans quelques années il lui faudrait donc se résoudre à remplacer sa gouvernante par un nouveau soldat d'élite trié sur le volet. Mais, par bonheur, il n'en était encore pas là et Vlad pouvait encore compter sur la terrifiante efficacité d'Alice.

Savoir que son enveloppe corporel était gardée par une personne de confiance le soulageait un peu. Mais c'était le devenir de son esprit qui l'inquiétait plus dans l'immédiat.

Le moment était venu de commencer le rituel et de plonger dans le monde du rêve afin de discuter avec une chimère.
Un jour ordinaire de plus dans la vie d'un mage...




3, la chimère, chapitre III

Mon, 06 Jul 2015 15:38:00 +0200

"En plus d'être un scientifique et un inventeur de renom il avait une particularité : il rêvait ses inventions et à son réveil il dessinait le plan qu'il avait rêvé, sans aucune erreur et toujours du premier coup, ce qui à eu pour conséquence d'exaspérer les personnes voulant comprendre d'où lui venait ces idées incroyables." Nikola Tesla, le plus grand génie du 20ième siècle Il fallut à Vlad de nombreuses heures de réflexion pour étudier ses possibilités et plus encore pour décider de la méthode la plus appropriée pour mettre en œuvre son choix. Il en allait ainsi de la magie. Certes en eut-il besoin qu'il était encore capable des prouesses surnaturelles de sa jeunesse mais il avait appris depuis longtemps à tempérer, à ruser avec la réalité. On obtenait de bien meilleur résultat lorsque l'on tentait de faire coïncider la magie avec le monde ordinaire, et le prix à payer en devenait bien plus supportable. La discrétion, voilà ce qui assurait au Mage sa longévité là où nombre de ses maîtres avaient disparu consumés par leur orgueil. La magie existait toujours dans le monde, et elle pouvait être aussi débordante et dévastatrice que ce que l'on pouvait voir dans les films. Mais la réalité elle-même n'était plus très clémente envers ceux qui la pratiquaient. Ce n'est finalement qu'une fois dans l'avion, aux cotés de sa gouvernante, que Vlad sortit des profondeurs de ses pensées. Alice, qui savait que les réponses finissaient toujours par venir, attendait patiemment que le Mage prenne la parole. Ce qu'il finit par faire quelques instants plus tard : "Alice, comme tu le sais déjà je possède des qualités... disons dépassant quelques peu celles de monsieur tout le monde. Et il y a très longtemps j'ai utilisé ces capacités pour libérer une... chose... dangereuse pour l'humanité. Pas quelque chose d'aussi évidemment destructeur qu'une arme, non, mais un être intelligent et sournois capable de manipuler quelqu'un et de lui faire faire... Et bien n'importe quoi en fait. A l'époque je ne savais pas ce que je faisais et lorsque j'ai compris ce que j'avais libéré, il n'était plus possible de le remettre dans sa prison. Je n'en avais pas le pouvoir et, de toute façon, elle fut détruite peu de temps après. Alors je l'ai enfermé dans le seul endroit que j'estimais capable de contrôler : Moi-même. J'ai fait rentrer cet être malfaisant, que j'appelais le Fauve, en moi et depuis je l'y ai conservé. Je ne suis pas infaillible et il s'est échappé quelques fois, profitant de mes faiblesses. Alors, lors de sa dernière escapade, je me suis dit que le moment était venu de le détruire une bonne fois pour toute. J'avais gagné en expérience et en force, et je pensais que cette prouesse là était désormais à ma portée. J'ai échoué. Et désormais des fragments du Fauve arpentent le monde à la recherche les uns des autres, pour se regrouper et redevenir la puissante entité qu'ils formaient au départ. Les visions que j'ai eu me portent à croire que ces fragments sont au nombre de trois et que l'un d'eux est toujours enfermé en moi. Les deux autres sont en train de se rejoindre en Amérique, là où nous nous rendons." La gouvernante resta silencieuse, concentrée sur l'histoire de Vlad. "Mon plan est finalement simple : rassembler les trois fragments et une fois le Fauve reconstitué l'enfermer à nouveau en moi. Mais c'est un plan comporte beaucoup trop d'inconnus et d'aléas à mon goût, aussi dois-je d'abord collecter plus d'informations. Le fragment qui est en moi ne semble pas doué de parole ou de raison, ni même d'un instinct même primitif. Il ressemble plus à une chimère, un rêve qui s'efface sous la lueur du jour. Pour parvenir à lui parler je vais donc devoir dormir moi aussi. Pour cela je vais forcer[...]



Alors on se la fait cette fête ?

Thu, 21 May 2015 09:38:00 +0200

(image) Le 3 mai dernier, ce blog fêtait ses 10 bougies ! (Oui tout a commencé un 3 mai de l'année 2005)
Un quasi dinosaure à l'échelle d'Internet. (image)

Pour tout un tas de raison, il ne m'a pas été possible d'organiser quelque chose pour le jour J mais qu'à cela ne tienne : 2015 n'est pas fini et mon blog a toujours ses 10 ans à fêter !

On va manger... DES CHIPS !

Et quoi de mieux que de fêter ça avec VOUS, public d'internautes fidèles (plus ou moins) de mes écrits ?

Car j'ai beau avoir une mémoire pleine de trous, je me souviens d'avoir lu à plusieurs reprise ici même ou sur les réseaux sociaux à quel point vous aimeriez bien qu'on se croise un jour autour d'un café.

Alors foin de café, je vous propose une journée complète (voir plus si affinité) dans mon humble demeure de campagne. Le programme dépendra du nombre de personnes, mais en gros le principe serait un rassemblement autour d'un barbecue à débattre de nos pathologies mentales respectives. (et pourquoi pas suivi d'une nocturne en boite, en hommage à ma section Night Life)

Je me charge de prévenir les pompiers, la police et l'armée pour qu'ils prennent leur précaution mais il reste une question de taille à définir ensemble : La date !

Le choix dans la date

J'ai donc ouvert un Doodle à cet effet : Khaos 10th

C'est quoi un Doodle me direz-vous ? C'est tout bêtement une interface où je liste les dates possibles et vous vous cochez celles qui vous conviennent.

Cela permet donc de savoir le nombre de participant et de fixer une date tous ensemble.

Je vous invite donc à y aller de ce pas et de ne pas oublier de vous inscrire sous un nom/pseudo que je puisse reconnaître ! (image)

Pour tout ce qui est remarque sur la logistique (transport, hébergement, repas, etc...), envoyez-les moi directement (mail, commentaires, réseaux sociaux) !

Et moi, et moi, et moi !

Enfin un dernier point qui a son importance : A qui s'adresse ce rassemblement ? Et bien c'est très simple : A quasiment tout le monde !

Que vous soyez :
- Fidèles lecteurs de mon blog
- Anciens de JeunZ
- Anciens camarades de classe
- Dans ma TL Twitter
- Dans mes amis Facebook
- Amis du monde physique
- ...

VOUS ÊTES LES BIENVENUS !

Que la paix soit avec vous.




La faille

Mon, 18 May 2015 16:12:00 +0200

...

Était-ce le sourire de ces yeux fixés sur lui,
Ou était-ce ces éclats de rire sous la pluie ?
Ou peut-être ces moments d'amour familial,
Au détour d'un film un peu trop sentimental ?

En moi soudain quelque chose s'est fait bousculer,
Amenant tempête dans ma douce tranquillité.
A l'assaut des circuits régulant mes pensées,
D'immenses vagues salées se sont alors projetés.

Elles ont trouvé la faille dans mon esprit si froid,
Juste entre mon contrôle et mes douleurs passées,
Et par cette fissure au plus profond de moi
Les larmes se sont mises à jaillir sans s'arrêter.




Hacker : L'envers du décor 2

Tue, 05 May 2015 15:08:00 +0200

(image) Après le succès relatif de ma première vidéo, j'ai décidé de vous offrir un nouvel épisode de "Mais à quoi ça ressemble au juste un hacker en train de hacker ?"

Cette fois il s'agit de discuter d'une des méthodes les plus courantes et, malheureusement, toujours aussi peu pris en compte par les développeurs : Les injections SQL.

Comme pour mon premier billet, il s'agit de "vrai" hacking. Sans bombe sur le point d'exploser, sans vilain masque d'Anonymous et sans FBI qui défonce la porte.

Oui : "chiant" donc.

(object) (embed)



We all git the bucket in the end

Tue, 14 Apr 2015 16:25:00 +0200

(image) Je contribue, modestement, à Dotclear.
Et j'ai notamment produit depuis la création de ce blog plusieurs plugins qui ne sont pas inutiles. En tout cas, moi je les utilise ! (image)

Mais coder tout seul dans son garage, ce n'est pas très drôle. Tous les développeurs vous le diront : Le fun c'est de faire du code collaboratif. (mais si, mais si, ils vous le diront. (image) )

J'ai donc récemment décidé de m'y mettre en publiant l'ensemble de mes plugins sur BitBucket.

Bien sûr ils sont toujours également disponibles sur DotAddict qui reste le dépot officiel que vous voyez dans votre interface d'administration Dotclear.

Alors donc BitBucket, pour quoi faire ? Il y a 2 principaux usages, selon que vous soyez vous-même développeur ou que vous êtes plutôt simple utilisateur.

- La correction de Bugs : BitBucket propose une interface qui permet de me faire part de toutes vos remarques concernant mes plugins. Aussi bien des bugs rencontrés, que des besoins d'améliorations.
Bien sûr il est toujours possible de me remonter vos problèmes par tous les autres moyens (mails, commentaires sur ce blog, etc...) mais pour ceux qui aiment la gestion et le suivi de ticket, c'est désormais possible !

- L'envoi de patch : C'est bien sûr l'élément essentiel de la mise à disposition de mes plugins sur BitBucket. Vous pouvez désormais repérer des erreurs dans mon code (il y en a, il y en a toujours !) et m'envoyer directement un patch pour qu'il soit intégré, après validation, dans les futures versions de mes plugins.
(Si vous n'êtes pas développeur et que vous avez envie de briller en société quand même, on appelle ça un "pull request vers l'upstream". Je sais, c'est beau comme du Van Damme.)

Tout cela ne changera pas le monde, mais permettra sans doute de vous offrir des plugins encore plus beau et performant.

Et si vous voulez en savoir plus sur l'outil Bitbucket, n'hésitez pas à passer sur le site d'Atlassian qui développe cette plateforme.

Venez, contribuez, et que la paix soit avec vous !




Sans contact

Thu, 02 Apr 2015 15:29:00 +0200

Mon smartphone c'est un peu l'équivalent personnel de la caisse à outils de mon grand-père : il y a plein de chose dedans et on ne trouve jamais l'outil que l'on veut quand on en a besoin. Et parmi toute la panoplie des capacités de mon smartphone, il y en avait une que je n'avais pas encore eu l'occasion d'utiliser : la technologie NFC. Sans les mains Le NFC c'est quoi ? Et bien c'est un genre de RFID. Vous voilà bien avancés me direz-vous, mais cela sera sans doute plus éclairant quand je vous aurais dit que le RFID c'est cette technologie qui vous empêche de voler des choses dans les magasins et qui vous fait sonner aux portiques. Je suis sûr que vous voyez mieux là. (Si, si, toi même tu sais) Le NFC c'est un peu la même chose, mais avec deux différences majeures : - Cela ne fonctionne pas à plus de 10 centimètres - Il est possible d'établir un échange bi-latéral entre la puce NFC et le lecteur NFC Et mon smartphone est donc capable de jouer le rôle de lecteur NFC (ou de puce d'ailleurs, puisque c'est bi-latéral, suivez un peu !) mais je n'en avais jusqu'ici jamais eu l'usage. Du coup j'avais désactivé l'option. Petite remarque en passant : TOUJOURS désactiver les options que vous n'utilisez pas. Vraiment. Vous me remercierez plus tard. C'est finalement grâce à ma banque que j'ai pu enfin jouer avec cette fonction. Car voyez-vous, en France, on adore inclure des technologies tendances et inutiles que personne n'avait vraiment demandé au départ. (Qui a dit "Monéo" ?) Et ma nouvelle carte bleue ne fait pas exception puisqu'elle comporte le symbole "sans contact". (ça ressemble un peu au symbole du wifi, mais c'est nettement moins bon signe.) Sans souci Alors ni une ni deux : je prends mon smartphone, j'allume le NFC, j'installe la première application venue faite pour ça (en l’occurrence celle là Lecteur de carte bancaire NFC mais il y en a plein d'autres) Je pose mon smartphone sur ma carte : hop, des informations s'affichent. Je mets ma carte dans mon porte-carte, je pose le smartphone dessus : hop, les informations s'affichent encore Je mets ma carte dans son porte-carte dans mon porte-feuille épais, je pose mon smartphone sur le tout : hop, les informations s'affichent toujours... Bref vous l'aurez compris la sécurité sur les cartes bleues sans contact on s'en tamponne manifestement pas mal. J'ai d'ailleurs pu le confirmer rapidement en discutant avec l'employée de la banque : "- C'est une carte sans contact ? - Oui tout à fait, c'est nouveau. - Et vous avez des portes-cartes sécurisés ? genre cage de faraday ou je ne sais pas ? - On n'a eu aucun incident pour le moment donc, non, on n'en fait pas." Super. Du coup ce serait sympa si quelqu'un parmi vous pouvait se faire voler de l'argent rapidement histoire que les autres puissent profiter d'une vraie sécurité, merci ! En attendant, je vais faire comme tout le monde : je vais me commander un porte-carte bloquant le NFC. Que la paix soit avec vous ! MISE A JOUR : J'ai donc finalement reçu mes portes-carte bloquants et les tests sont parfaitement concluant. Même en posant mon téléphone directement sur le porte-carte (côté transparent en plus), je ne capte strictement rien. Les signaux sont bel et bien bloqués ![...]



Le mystère Loic

Mon, 23 Mar 2015 15:02:00 +0100

(image) Laissez-moi vous conter l'histoire d'un type comme les autres. Il se prénomme Loic et comme beaucoup de gens de son âge, il utilise Internet relativement souvent.

Il lui arrive donc de s'inscrire à des sites, parfois professionnel, parfois d'information, parfois de divertissement, mais aussi souvent coquins.
Car Loic n'est pas fait de bois et aspire aux bonheurs amoureux, ou à minima charnel, comme tout un chacun. (image)

Du coup Loic reçoit son lot de spam, entre les validations d'inscriptions, les newsletters et les ventes de son email à des tiers. Bref, Loic est un homme comme les autres à une exception près : Loic n'existe pas.

Car tous ces e-mails de validation, de newsletter et autres publicités, c'est moi qui les reçoit. Et, je peux l'affirmer sans trop me tromper, je ne m'appelle pas Loic. (Ni dans la vraie vie, ni parmi mes nombreux pseudos.)

Et pourtant je reçois de manière régulière des emails me remerciant et m'accueillant à bras ouvert sur maman-en-mal-de-sexe.com et autres rencontre-libertine.fr.

Le détail amusant c'est que l'ensemble des autres infos sont parfaitement exactes : il s'agit de mon véritable nom de famille, de mon adresse e-mail perso et de ma bonne adresse géographique.
Tout est bon, sauf le prénom. Et cela fait des années que ça dure. (Sans aucune conséquence néfaste autre qu'un léger surplus de spams, rassurez-vous.)

A partir de là, plusieurs théories s'affrontent à commencer par une éventuelle vengeance de quelqu'un croyant me faire là un mal quelconque. (Ce qui exclu donc la plupart de mes véritables némésis qui, elles, ont la décence de s'y connaître un minimum en informatique (image) )

Mais ma théorie préférée (bien qu'hélas la plus improbable) reste la possibilité qu'à l'occasion l'une des voix dans ma tête parvienne à échapper au carcan de mon contrôle pour prendre les rennes de mon corps.

Pourquoi diable aurait-elle choisi un prénom aussi lamentable reste à déterminer. (image)

Que la paix soit avec vous.




Mon blog en mode mobile

Thu, 19 Mar 2015 13:48:00 +0100

(image) Si comme moi vous êtes très fréquemment sur votre smartphone, vous n'avez pas manqué de voir que mon blog n'était pas très ergonomique sur un petit écran.

Les plus anciens s'en souviennent, j'avais déjà à une époque tenté les modifications nécessaires mais le résultat n'était pas terrible et j'avais finalement abandonné ce chantier.

Mais suite à une relance de Google m'informant que, tout de même, le mobile c'est l'avenir, j'ai décidé de reprendre les travaux et cette fois je pense qu'on tient le bon bout.

A partir d'aujourd'hui (et tant que je ne constate pas de problème majeur), vous pouvez donc consulter mon blog en mode mobile : autrement dit avec une décoration plus light, des textes plus gros, des boutons de navigation ergonomique, ... bref le tout adapté à un petit écran.

Et comment diable profiter de tant de merveilles ? Rien de plus simple : il suffit... de venir sur mon blog à l'aide d'un appareil mobile. (image)

En effet, pas de changement d'adresse web, tout est auto-magique : Selon l'appareil que vous utilisez pour lire ces lignes, le thème s'adaptera en conséquence !

Profitez bien de cette nouveauté et n'hésitez pas à m'indiquer toute anomalie rencontrée.

Que la paix soit avec vous !




Analyse des prospectus départementaux (Canton de Mayenne)

Fri, 13 Mar 2015 13:59:00 +0100

Le 22 mars prochain aura lieu les élections départementales. A cet effet j'ai donc reçu la traditionnelle enveloppe avec les prospectus de tous les candidats. L'occasion pour moi de vous faire une petite analyse comme cela m'arrive régulièrement sur mon blog. Bien sûr cette fois la portée sera un peu différente puisque je ne vais analyser que les prospectus de par chez moi, à savoir le canton de Mayenne. Principes de l'analyse Avant toute chose, rappelons immédiatement les principes de bases de mes analyses de prospectus : - Je suis apolitique, mais je vote. Donc je peux voter pour n'importe qui pour peu qu'il fasse des propositions intéressantes. - Je me base quasiment uniquement sur les prospectus. C'est encore plus vrai pour les élections départementales où, soyons honnêtes, personne ne connaît la moitié des candidats. - Mon analyse est biaisée. C'est MON avis à moi et j'exerce pleinement mon droit à l'avoir. - Vous avez le droit de ne pas être d'accord (et même de commenter pour exprimer votre désaccord) par contre n'espérez pas que cela change une virgule de mon analyse ou de mes conclusions. C'est parti Pour changer, je vais appliquer la méthode dite "Highlander" : Je vais prendre mon tas de prospectus et les éliminer les uns après les autres jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un seul. Comme ça, ce billet aura un petit air de télé-réalité dont les gens raffolent tant... Bruno de la Morinière et Annie Bell (FN) Bon, un peu de sérieux. Je suis apolitique mais quand même. Le jour où vous me verrez voter pour un parti rempli de personnes ouvertement racistes, xénophobes, homophobes et j'en passe, il aura coulé un certain paquet d'eau sous les ponts. Alors je ne connais pas personnellement ces deux candidats là mais s'ils n'adhèrent pas au dogme nauséabond du parti et bien il ne fallait pas s'affilier avec. Une petite blague issues du prospectus tout de même : "Assurer la sécurité dans les collèges gérés par le conseil général où les délinquants sévissent" ...Les collèges mayennais, ce haut-lieu de la criminalité mafieuse. => ÉLIMINÉ Pascaline Leblanc et Michel Angot (PS, Vert, PRG) Liste PS donc globalement puisque le coté vert tient en un paragraphe ne correspondant à aucune proposition concrète. C'est d'ailleurs une constante de tous les prospectus que j'ai sous les yeux donc je ne vais le dire qu'une fois : Où diable sont les propositions concrètes de vos programmes ? Parce que, bon sang, des listes de priorités et de valeurs c'est bien joli mais ça ne me dit pas absolument pas à moi électeur ce que vous allez faire du mandat que je vais vous donner. Sérieusement en lisant tout ça il y a une impression désagréable de "on n'a aucun pouvoir de décision alors on va rien dire de précis". Je sais bien que les politiques ne font plus grand chose pour les gens mais vous n'êtes pas obligé de le montrer à ce point ! Bon l'argument étant valable pour tous les candidats, je vais vous en donner un autre : "Michel Angot. Maire de Mayenne. Président de la communauté de communes. Conseiller général." ...3 mandats donc. Je sais pas vous mais moi j'aime bien qu'un type à qui j'accorde un mandat fasse le boulot que je lui ai confié et pas 36 autres en même temps. Donc, non merci, place aux non-cumulards. => ÉLIMINÉ Gérard Brodin et Patricia Gontier (Droite) Le premier point désagréable de ce prospectus est qu'il ne dit pas sa couleur. Il ne s'agit pas de candidats sans étiquette et pourtant ladite étiquette n'est indiquée nulle part. Il est uniquement fait mention de[...]



Hacker : L'envers du décor

Sun, 01 Mar 2015 16:03:00 +0100

(image) Lorsqu'il est question de Hackers dans les médias, on a toujours le droit au cliché hollywoodien du vilain délinquant sous cagoule martelant son, voire même "ses" parfois, clavier à une vitesse qui ferait pâlir les dactylos du monde entier. Le tout sur fond de voix off grave et angoissante propre à instiller le doute et la peur chez le spectateur.

Si le biais de présentation est parfaitement évident et sert essentiellement au besoin d'audience, je me suis demandé si à mon échelle je ne pouvais faire un petit quelque chose.

Profitant de ma découverte du monde merveilleux du streaming, j'ai donc décidé de faire une petite vidéo sur un hacker en train de hacker. En l’occurrence, moi-même. (image)

Mais sans effet spéciaux, sans musique de film et sans voix off à suspens.

Bref, une vidéo parfaitement chiante mais qui à le mérite de montrer la réalité d'une vraie attaque, en direct (enfin du moins elle l'était pour ceux qui l'ont regardé à ce moment là).
Sachant mon publique peu expert dans le domaine, j'ai même tenté de vulgariser au maximum le sujet. L'expérience est donc, théoriquement, reproduisible chez vous si cela vous tente.

Le but n'est pas particulièrement d'être rassurant, après tout je montre une attaque qui parvient à atteindre son but, mais plutôt de montrer que le hacker n'est finalement qu'un homme qui fait des choses relativement simples et banales. Ce n'est ni un génie du crime, ni un magicien qui parle à l'oreille des machines.
Et que, du coup, il faudrait sans doute passer un peu moins de temps à se préoccuper d'eux et un peu plus à s'inquiéter des entreprises incapables de faire l'effort minimum nécessaire de sécurisation. (image)

(object) (embed)



Scooter en Mayenne !

Tue, 27 Jan 2015 15:58:00 +0100

Samedi soir était un grand soir pour moi puisque j'ai eu l'occasion de voir en chair et en os l'un de mes groupes préférés de tous les temps : Scooter. Car oui, samedi soir ce groupe international est venu en France, dans ma région, dans une discothèque qui se trouve à moins de 10km de ma maison. Autant dire chez moi ! It's nice to be important Mais d'abord j'en vois quelques uns qui font une drôle de tête devant leur écran alors laissez-moi répondre à votre question : Qui diable est Scooter ? Scooter est un groupe allemand de musique électronique qui existe depuis en gros 1993. Il s'agit de techno donc et, même si vous êtes particulièrement réfractaire à ce style, il est probable que vous avez déjà entendu au moins un de leur titre dans votre vie. J'ai personnellement découvert Scooter avec le titre "Back in the UK" en 1996 et depuis je les écoute toujours. Et, précisons-le, 20 ans plus tard ils existent toujours ! Le groupe a été de nombreuses fois remanié mais le leader H.P. Baxxter est toujours là et ils sortent toujours de très bon morceaux. Par exemple celui là en 2011 : ou encore la petite dernière : Enfin les habitués de mon blog connaissent FORCEMENT Scooter parce que leur musique sert de bande son à la vidéo du Chaos Klub (et aussi parce que je poste régulièrement leur morceaux dans la section "Musiques") But it's more important to be nice Et voilà donc que j'apprends au hasard de l'année dernière que Scooter passe dans ma Mayenne à moi ! (Oui moi aussi je n'y ai pas cru au début.) Alors je me permets de faire tout de suite une petite parenthèse dans ce billet (de toute façon c'est mon blog, je fais ce que je veux ! ) et d'adresser un ÉNORME bravo/hug/big up à Ludovic Hansen et à toute l'équipe de la discothèque la Butte NG à Vautorte (J'aimerais bien vous citer tous mais je connais pas vos noms en fait...) pour cette énorme prouesse. Je ne sais pas comment vous avez fait mais c'était un coup de maître. Bien au dessus des habituels guests de télé-réalité sans aucun intérêt qu'on se farcit généralement dans la région. Chapeau bas à TOUS : des organisateurs jusqu'au service sécurité en passant par les barmaids. Vous voyez grand et pro et je suis super impressionné. Fin de la parenthèse. Or donc, billet en main j'ai fébrilement attendu la date fatidique... Tellement fébrilement que j'ai failli oublier mon billet le jour J. We're breaking the rules La Butte ouvrait pour l'occasion à 22h ce qui m'a permis de battre mon record personnel de la plus longue soirée en boite. (sans m'ennuyer) Je n'étais pas le seul fan de Scooter loin de là, et eux en plus avaient leur t-shirt ! Ludovic le DJ n'avait aucune intention d'être là pour faire de la figuration et l'ambiance était déjà chaude bien avant l'heure H Et finalement le moment est arrivé ! Ignore the machine Bilan de la soirée ? 2 jours après mon corps commence à peine à s'en remettre. Détail amusant : Mon téléphone contient une appli qui mesure le nombre de pas effectué. Et si, par exemple, je sautille sur place, c'est AUSSI mesuré. Il a donc enregistré plus de 10000 sauts durant la soirée avant que la batterie lâche... Encore bravo à tous et que la paix soit avec vous ![...]



Je me souviens de la paix

Sun, 11 Jan 2015 11:44:00 +0100

(image) J'ai débuté ma vie en tant que fils d'institutrice mais aussi en tant que fils de maître-nageur.

Parmi les privilèges de cette insigne position, il y avait bien sûr l'accès illimité à la piscine municipale (modèle "piscine caneton" pour les plus férus d'architecture d'entre vous).

Et s'il y a d'un avantage dont j'ai usé et abusé c'est bien celui-là.

En effet durant ma prime jeunesse, avant que la scolarité ne me rattrape (ou bien que je l’attrape au vol tel un boulet me ralentissant, je n'ai jamais vraiment bien su), je passais mes journées et mes semaines dans les locaux personnels du maître, mon père.

Je me souviens qu'il y avait là d'immenses caisses de bois, contenant divers articles aquatiques (bouées, planches, tubas, ...) avec lesquelles je tentais avec une grande réussite (du moins de mon point de vue innocent) de reproduire les scènes mythiques de l'agence tous risques en mode pimp my ride de guerre sur un malheureux véhicule de passage.

Mais si, vous savez, lorsque Barracuda avec trois tôles ondulés et deux écrous, transformait la voiture-poubelle de la demoiselle en détresse en char d'assaut "bombe nucléaire"-proof. MacGyver pouvait aller se rhabiller.

Et surtout il y avait le passage secret. Celui qui se trouvait derrière les caisses et qui était si étroit qu'il restreignait l'accès aux seuls personnes dont l'esprit était assez ouvert pour en appréhender la magie.

Derrière ce passage, il y avait une grande pièce, d'environ trois mètres carrés (une immensité pour l'enfant que j'étais) au milieu de laquelle coulait une douche.

Oh bien sûr, il était également possible de rentrer dans cette pièce par une banale porte. Mais c'est en passant par l'entrée secrète que l'on rentrait VRAIMENT dans la VRAIE pièce. Par la porte vous n'accédiez qu'à une pâle copie sans âme, pour donner le change aux adultes.

C'était donc après avoir rampé dans le tunnel que l'on accédait à l'immensité de la pièce et à sa douche.

Celle-ci provenait d'un point indéterminé et inaccessible du plafond, qui aurait pu tout aussi bien être quelque part dans l'espace lointain pour ce que cela changeait à mon âge.

La douche n'avait pas de pommeau, c'était donc un jet d'eau unique et volontaire qui tombait au milieu de la pièce, en un clapotis bruyant et joyeux. Ce fameux "bruit blanc" qui aujourd'hui encore me plonge dans une méditation profonde dès que j'entends un son approchant.

L'eau était chaude bien sûr, mais juste ce qu'il faut.

La sensation qui se dégageait de cette pièce était un peu semblable à celle d'un feu de camp. Vous aviez ce point central clapotant qui diffusait la chaleur autour de lui et on pouvait en approcher les mains pour se réchauffer. Mais c'était encore mieux, car ce feu là n'était que bienfaisance : il n'était pas possible de se brûler, vous pouviez plonger tout entier en son sein sans craindre le moindre mal.

Je me souviens avoir passé des moments de sérénité profonde autour de ce feu de camp liquide. Coupé du reste du monde. Suspendu entre deux instants d'une horloge qui n'avait plus d'existence.

Seul restait le clapotis de l'eau et la douce chaleur qui enveloppaient la pièce.

Je me souviens de ces éternités gravées à jamais dans mon âme.

En paix avec l'univers.

Que la paix soit avec vous.