Subscribe: Informer autrement - Tag - mutualisation - Commentaires
http://www.informer-autrement.fr/feed/tag/mutualisation/atom/comments
Added By: Feedage Forager Feedage Grade B rated
Language: French
Tags:
dans  des  est  insertion jeunes  jeunes est  jeunes  les  pas  pour  qui  réseau insertion  réseau  sur  une  vous 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: Informer autrement - Tag - mutualisation - Commentaires

Informer autrement - Mot-clé - mutualisation - Commentaires



L'information est un droit, le web est son vecteur.



Updated: 2018-01-08T17:07:05+01:00

 



Le web en temps réel, une tendance forte - Christian Bensi

2009-09-06T13:53:52+02:00

Je partage bien évidemment ce sentiment. Mais je crois que dans le contexte actuel, il est illusoire d'espérer davantage de présence physique.
N'ayant pas le choix, je préfère un service informatisé distant avec un humain derrière - ce que j'appelle : mettre de l'humain dans Internet - qu'un simple site Internet figé, pas ou peu actualisé où il est impossible de contacter qui que ce soit. Avec une FAQ par exemple comme seul moyen d'obtenir une réponse.




Le web en temps réel, une tendance forte - ocarbone

2009-09-06T12:48:20+02:00

Il me semble que des institutions sont déjà bien présente sur le web et que ce n'est en effet que le début !

Si j'espérai beaucoup de l'apport technologique quand à la possibilité de dialoguer en direct avec les institutions, je craint aujourd'hui que cela soit au détriment d'une présence physique locale.

Oui à la mise à disposition de nouveau service facilitant la vie et les démarches des personnes à mobilité réduite ou simplement isolée ... Oui à un dialogue plus simple d'accès, mais il me semble fondamental de préserver la présence physique locale des interlocuteurs des institutions.




La dictature du réseau - ocarbone

2009-09-06T12:37:31+02:00

Sujet intéressant et peu maitrisé par de nombreux utilisateurs des réseaux sociaux et autres outils 2.0 !

Mais cette dictature est elle vraiment liée au 2.0 ? A chacun de nous de prendre les mêmes précautions que dans la vie réelle : mesurer ces propos et être prêt à les assumer ! Le fait que "n'importe qui" peut vous écouter et déjà le cas lorsque l'on prend le métro, lorsque l'on fait ces courses etc...

D'ailleurs l'utilisation du téléphone portable dans les transports en commun et aussi une porte ouverte à l'intrusion de toute une rame dans votre vie privée ! Quand aux personnes qui regardent votre écran quand vous utilisez un ordinateur portable dans un lieu public, ils ont souvent un accès direct sur des informations ou des activités privées.

Le web 2.0 présente de nombreuses portes ouvertes sur la vie privée, mais il en existe aussi en dehors de toutes technologies. Plus nous sommes entassés plus il est d'apprendre à vivre ensemble, non ?




Le web en temps réel, une tendance forte - Christian Bensi

2009-07-04T15:23:25+02:00

Etant parti deux jours sur les Etés Tics de Bretagne, je n'avais pas encore vu l'article de Localtis. Merci.

Votre billet pose de bonnes questions quant à l'identité numérique des institutions. Le rôle que vous proposez de laisser aux communicants ne les satisfera sans doute pas. Le communicant était jusqu'à présent la seule voix de l'institution. Il est essentiel de passer d'une communication publicitaire à une communication informationnelle, mais les résistances aux changements seront nombreuses !




Le web en temps réel, une tendance forte - bibliobsession

2009-07-04T10:36:53+02:00

Effectivement c'est une tendance très nette, mais très complexe à mettre en œuvre au niveau institutionnel.

A en croire cette étude le chemin est encore très très long : "l'étude de 137 sites de villes de plus de 50.000 habitants. Sur les 75% des villes qui affichent une démarche participative sur leur web, 46% se limitent à un formulaire de contact, 17% affichent leur démarche, 17% animent des forums avec possibilité de laisser des commentaires et seulement 22% d'entre elles donnent globalement un espace d'expression à leurs administrés. Une très faible minorité (4%) s'appuie sur des espaces de dialogue modernes (appels à suggestion pour 3%) ou de réseaux sociaux territoriaux (1%)." source : http://www.localtis.info/servlet/Co...

C'est vrai aussi qu'avant de pouvoir intervenir en tant qu'institution sur des réseaux sociaux, encore faut-il avoir négocié en amont une identité numérique. J'avais essayé de lister quelques exemples ici, pour le domaine des bibliothèques publiques : http://www.bibliobsession.net/2009/...

A mon avis la question de l'Identité numérique d'une institution est le préalable à toute intervention sur le web , qui plus est en temps réel...




La dictature du réseau - Christian BENSI

2009-05-12T00:01:34+02:00

Merci pour ces précisions mais la question n'est pas là. Ceux qui ont inventés les "twitter snobs" pensent que vous devez suivre ceux qui vous suivent, qu'il ne saurait y avoir d'exception à cette règle. Ils ont même imaginer que vous deviez vérifier que ceux qui vous suivent lisent bien ce que vous écrivez, sinon suppression de la liste de ceux que vous suivez. Le lien que j'ai donné dans le billet donne des précisions.
Une forme de dictature... De la relation obligatoire !

J'ai une mauvaise nouvelle pour vous : ce que vous dites fait de vous, à leurs yeux, un "twitter snob" (image)




La dictature du réseau - davidolib

2009-05-11T11:47:07+02:00

Petite précision sur twitter, on peut tout à fait bloquer des followers, et on peut également passer en mode privé pour que les seuls followers autorisés reçoivent les messages ("protect my updates")




La dictature du réseau - Christian Bensi

2009-05-11T07:21:10+02:00

Merci pour ta contribution. (image)




La dictature du réseau - loichay

2009-05-10T22:04:34+02:00

la normalisation des usages de twitter et autres facebook par quelques spécialistes du marketing produit en effet quelques fausses bonnes idées (image) pour illustrer avec humour la transposition dans la vie réelle des soi-disant relations tissées sur les réseaux sociaux : voici une vidéo http://www.youtube.com/watch?v=nrlS... et une image http://blog.hubspot.com/Portals/249... ... c'est bon je sors (image)




De l’illettrisme à l’illectronisme - rémy dreano

2008-10-17T16:05:05+02:00

Source d'exclusion pour les personnes qui n'ont pas accès aux subtilités du langage




Le Réseau Insertion Jeunes est né - Christian Bensi

2008-10-02T00:26:59+02:00

A moi de reprendre vos propos : "il importe de s’accorder sur cette définition… sauf de quoi nous irons en ordre dispersé face à un système, lui parfaitement organisé."

Tout à fait en accord avec cela même si à certains moments nous ne partagerons pas la même position. Mais nous échangerons sur notre conception des choses et nous accorderons sur l'essentiel, tout "piou-piou" que nous sommes.




Le Réseau Insertion Jeunes est né - Labbé

2008-10-01T13:40:47+02:00

Bonjour
Je ne sais pas si mon « état » est celui de sociologue. C’est tout juste une compétence, peut-être pas encore, après 30 ans d’exercice, un métier. A vrai dire, « piou-piou » me conviendrait mieux… c’est ainsi qu’affectueusement j’identifie celles et ceux que, quotidiennement, je côtoie – avec beaucoup de bonheur – dans les associations, structures et services multiples, tous intéressés par « les jeunes ».
Quoique me faisant l’écho d’une seule sous-perspective dans l’immense dimension qu’est le social, je ne suis ni ne souhaite être le « chevalier blanc » des missions locales. Ici et là, avec les foyers de jeunes travailleurs ou les centres sociaux… les CIO aussi qu’il m’arrive d’avoir représentés en de multiples circonstances, je ressens grosso modo la même empathie. Elle est fondée sur une conception de faire évoluer la société, l’éducation populaire. Celle-ci, explicite ou implicite, me paraît être une bonne matrice, un bon dénominateur commun.
Il se trouve, effectivement, que je connais bien les missions locales (près de la moitié, soit environ 200, physiquement : j’y ai mis les pieds). Et Bertrand Schwartz qui m’a fait l’honneur d’un prologue sur mon premier livre. Et leurs instances multiples : ANDML, UNML, CNML, syndicats… Elles se débattent, bien sûr plus ou moins selon les sites, selon les présidences et les directions… et l’on peut trouver le pire. Je l’ai rencontré.
Mon jugement sur le RIJ, expliqué sur mon blog, est l’hypothèse fondatrice de la complexité : relier. A presque 56 ans, après une vie d’engagements multiples et pour certains très radicaux (qui auraient dû m’épargner le médiocre soupçon d’une quête de « grande mission nationale), je ne me fais guère d’illusion sur les suites – inévitables – d’une telle reliance : jeux de pouvoir, vanités, etc. Pour autant, ma position de « penseur » (vraiment modeste) et d’acteur, qui ne dissimule pas dans un langage soft une radicalité à la hauteur de l’injustice subie par beaucoup dont la jeunesse (figurez-vous que, comme certainement plusieurs d’entre vous, j’ai une fille de 24 ans stagiaire avec un master 2 de sociologie mention « bien »), m’incite à parier… parce qu’il n’y a rien d’autre à faire. Pascalien ? sans doute.
Christian BENSI écrit « Il faut que l'on définisse la mission fondamentale de chacun » et « Le réseau Information Jeunesse ne fait pas du "conseil en orientation ». Il a raison… d’autant plus que l’orientation demeure un point assez aveugle dans les missions locales (au point que certaines régions avaient rayé le « O » de orientation de ce qui était attendu des missions locales, lors de l’Acte 2 de la décentralisation alors que l’État s’apprêtait à se désengager). Reste que, afin que nul ne soit grugé, il importe de s’accorder sur cette définition… sauf de quoi nous irons en ordre dispersé face à un système, lui parfaitement organisé.
Je reste somme toute naïf, considérant que le pire serait d’être cynique. Je vous invite donc à, plus que regarder, envisager les conditions de votre adhésion à ce RIJ. Avec une posture que vous avez certainement face à chaque jeune : regarder ses chances de réussite plutôt que ses difficultés. Je procède de la même façon : corriger des copies, c’est mieux de regarder celles qui n’ont pas de fautes que l’inverse. Déjà en termes de confort personnel, c’est un gain. Bien sûr, je peux vous aider – « intermédiation » dit-on – pour avancer sur cette hypothèse.
Bien à vous.
Philippe Labbé




Le Réseau Insertion Jeunes est né - é-cop-on

2008-09-27T23:37:52+02:00

Bon ce qu'il convient en tout cas de dire...c'est qu'il y a peut être... et dès le début..."Malaise ?! (quand aussi on commence son post ainsi...)
Bon, tant pis, il faudra un peu att..."
Désolé mais on se sent tout contrit... excusez-moi-de-vous-déranger-dans-votre-discours-policé... très à la mode aujourd'hui (!) et qui nie tout autre point de vue qui viendrait rappeler que ce n'est pas si simple-iste !!!
Mais voilà il y a des blogs où on a envie de s'exprimer et des blogs qui connaissent disons "des problèmes de paramétrages"...




Le Réseau Insertion Jeunes est né - Christian Bensi

2008-09-27T18:29:58+02:00

Chacun en son âme et conscience doit savoir ce qu'il convient de faire.

Pour ma part, j'ai répondu et cela m'étonnerait que Philippe Labbé ne soit pas venu ici ou n'est pas lu ces lignes dans son agrégateur. (image)




Le Réseau Insertion Jeunes est né - é-cop-on

2008-09-27T13:38:05+02:00

Nous sommes bien sûr d'accord et nous attendons en fait ici une réponse de notre sociologue (de son état), Philippe Labbé, qui est invité -me semble-t-il- dans plusieurs ML... à réfléchir sur leur ad-venir ...
Aussi reprendre le flambeau du vénérable Bertrand Schwartz <http://innovationinsertion.hautetfo... lui semble opportun et salutaire ...et il doit sans doute attendre des réactions de nos milieux professionnels plutôt sur son blog qu'ici ?! Son post nous invitant à y aller le laisserait supposer !




Le Réseau Insertion Jeunes est né - Christian Bensi

2008-09-27T10:38:07+02:00

J'avais vu ton papier sur le forum. (image)

Loin de moi l'envie de mésestimer la mission essentielle des ML envers les jeunes les plus en difficultés. Ils sont incontournables sur cette question.

Mais il faut que l'on définisse la mission fondamentale de chacun. Sinon il y aura immanquablement des superpositions.

Le réseau Information Jeunesse ne fait pas du "conseil en orientation", les missions locales ne sont pas le coordonnateur des structures s'adressant à TOUS les jeunes même quand ceux-ci ont terminé avec succès leur formation pour accéder à la vie active.




Le Réseau Insertion Jeunes est né - é-cop-on

2008-09-26T18:49:11+02:00

Bonjour,
j'ai relayé cette importante information sur OVLC...
Il est grand temps en effet, Christian, d'en parler avant que les jeunes soient laissés tout bonnement et uniquement à leur responsabilité quant à leur éventuelle désinsertion s'ils s'obstinent dans l'erreur-l'errance ?!
Mais ne tombons pas non plus à bras raccourcis sur le réseau des ML qui font aussi pour la plupart d'entre elles "autre chose" que de l'insertion par l'économique...Ceci étant dit, les ML sous financées de façon chronique, seront peut-être amenées là, à travers ce RIJ, à manger la carotte par les 2 bouts pour ne pas licencier ceux qui se préoccupent plus globalement du jeune, de sa santé, de son insertion sociale... ceux qui aussi sont le moins "instrumentalisés par un rendement" façon ANPE...ceux qui donc sont perçus comme les moins "immédiatement efficaces" dans leur logiciel "Parcours 3" qui comptabilise les CIVIS et les contrats d'autonomie...qui ne sont pas encore sous traités par le privé...
><http://ou-vont-les-cops.org/phorum/...




Le Réseau Insertion Jeunes est né - Christian Bensi

2008-09-22T23:39:24+02:00

Bonjour,

Vous trouverez également ma réponse sous forme de billet sur mon site.

Bien cordialement.




Le Réseau Insertion Jeunes est né - Labbé

2008-09-22T09:39:03+02:00

Bonjour
Vous trouverez une réponse à cette contribution sur mon site.
Bien cordialement
Philippe Labbé