Subscribe: Informer autrement - Actualité
http://www.informer-autrement.fr/feed/category/Actualite/atom
Added By: Feedage Forager Feedage Grade B rated
Language: French
Tags:
ces  cette  dans  des  est  facebook  les  leur  mais  nous  par  pas  pour  qui  réseau  sont  sur  une  été 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: Informer autrement - Actualité

Informer autrement - Actualité



L'information est un droit, le web est son vecteur.



Updated: 2018-01-08T17:07:05+01:00

 



Informer-autrement : 8 ans déjà

2014-02-06T20:15:00+01:00

(image) Le 6 février 2006, le blog Informer-autrement voyait le jour. 45 % d’internautes en France à l’époque. On était en pleine période Skyblog mais depuis le milieu de l’année 2005 des blogs professionnels ouvraient de plus en plus régulièrement. On commençait à parler du Web 2.0.

Je fus très vite convaincu que ce blog me permettrait de développer mes questionnements et de proposer des réponses à tous ceux qui s’intéressaient aux questions de diffusion de l’information et aux usages numériques des jeunes.

Des blogueurs de cette époque, un grand nombre ont disparu ou fortement diminué leur activité. Etre présent sur les seuls réseaux sociaux demande moins d’énergie, certains ont fait ce choix.

Informer-autrement, c’était au début trois articles hebdomadaires sauf en été, soit 35 heures de travail chaque semaine pour réunir les éléments et pour rédiger les articles. J'écrivais aussi pour Agoravox et Le Post (Huffington Post aujourd'hui). En 2008, le blog dépassait les 80 000 visiteurs uniques par an et progressait rapidement. Mais à partir de l’année 2009, des difficultés professionnelles m’ont contraint à réduire la cadence de publication…

J’ai longtemps souhaité attiré d’autres rédacteurs ici mais seuls deux ou trois articles de ce blog n’ont pas été écrits par moi au final.

Un sous-titre figure depuis le départ sous le titre du blog : L’information est un droit, le Web est son vecteur. Amusant de voir à quel point cela s’est confirmé dans un délai, finalement très court.

Ce blog m’a aussi permis de rencontrer dans la vraie vie de nombreux professionnels passionnants et passionnés. Ce fut et cela reste exaltant.

Ce billet est le 751ème de ce blog.

A très bientôt.




Heureuse année 2014

2014-01-04T17:34:00+01:00

(image) Bonne et heureuse année à toutes et à tous avec plein de projets, de joies et de réussites ! Et aussi un grand merci aux lecteurs de ce blog pour leur fidélité.

Une résolution pour moi en 2014 : une plus grande régularité d’écriture. Les premières années de ce blog (date de création de ce blog : 6 février 2006), j’écrivais 150 articles par an. J’en ai écrit 38 en 2013. Peut mieux faire. A suivre…




Ce blog prend des congés

2013-07-31T10:43:00+02:00

(image) A partir d'aujourd'hui et jusqu'au dimanche 1er septembre, je ne publierai plus de billet.

Comme chaque année, l’actualité sur le Web est peu développée en cette période. Les opportunités de faire de bons articles se font rares.

Durant cette période de calme, vous pourrez, comme d’ordinaire, consulter les billets déjà publiés mais je ferme les commentaires. Peut-être trouverez-vous sur Twitter (christianbensi) ou sur ma page Facebook informer.autrement quelques reprises de l’actualité mais je ne vous garantis rien.



A ceux qui vont partir, je souhaite d’excellentes vacances. A tous, je dis : à très bientôt. (image)




Heureuse année 2013

2013-01-03T14:53:00+01:00

(image)

Bonne et heureuse année à toutes et à tous avec plein de projets, de joies et de réussites ! Et aussi un grand merci aux lecteurs de ce blog pour leur fidélité.






Mode pause

2012-07-30T10:43:00+02:00

(image) A partir de cette semaine et jusqu'au dimanche 2 septembre, je ne publierai plus de billet.

L’actualité sur le Web est peu développée en cette période. Certains rédacteurs montent en exergue des non-évènements pour continuer à faire de l’audience. Bref, les opportunités de faire de bons articles se font rares.

Durant cette période de calme, vous pourrez, comme d’ordinaire, consulter les billets déjà publiés mais je fermerai les commentaires. Peut-être trouverez-vous sur Twitter (christianbensi) ou sur ma page Facebook informer.autrement quelques reprises de l’actualité mais je ne vous garantis rien.



A ceux qui vont partir, je souhaite d’excellentes vacances. A tous, je dis : à très bientôt. (image)




Animer un réseau de contributeurs Web

2012-02-06T11:05:00+01:00

(image) Lorsqu’un site Internet ou un Intranet veut se faire l’écho de l’activité d’une collectivité, les difficultés sont multiples. Pour que l’ensemble de l’activité soit appréhendé, il est souvent fait appel à des interlocuteurs, dispersés dans différents services, que l’on appelle contributeurs. Pour donner de la cohérence à l’ensemble de ces contributions, certaines précautions doivent être prises. J’ai demandé à Dominique Genuer de nous parler des réseaux de contributeurs.

Dominique Genuer est documentaliste de formation. Elle est consultante en information numérique et spécialisée sur le web d’information et la veille. Elle vient d’écrire un livre pour Territorial Editions : « Constituer et animer un réseau de contributeurs de site Internet/ Intranet. » Ce guide est une boite à outil qui traite la question de façon extrêmement détaillée. Le livre s’adresse aux collectivités territoriales mais les questions abordées sont transposables dans certaines grosses associations et sans doute aussi dans les entreprises.

Christian Bensi : Quelles sont les plus grosses difficultés que l’on rencontre quand on anime un réseau de contributeurs ?

Dominique Genuer : Un réseau est constitué pour soutenir l’activité des contributeurs. Le réseau va permettre de valoriser leur travail, de donner une visibilité à leur activité. Cette reconnaissance leur permettra de disposer d’un temps de travail suffisant, de moyens pour exécuter leurs missions. Le pire qui puisse arriver c’est que le réseau ne soit pas animé. Chaque contributeur se trouve alors isolé dans son service et ne bénéficie pas du soutien du groupe.

Du coup, s’il n’y a pas de réseau, le site manquera de cohérence.

Avec un intranet ou avec Internet de manière générale, on touche à des aspects très techniques. Le réseau apporte la dimension humaine. C’est cette dimension qui donne un Intranet de qualité, qui encourage la consultation de l’information diffusée.

CB : Comment peut-on favoriser l’implication des contributeurs ?

DG : Il est absolument indispensable que le système repose sur le volontariat. Il faut également une hiérarchie qui ait compris l’importance de la fonction de contributeur. Il faut enfin professionnaliser les différents acteurs.

CB : Quelles sont les qualités requises chez un coordonnateur de réseau ?

DG : Le coordonnateur doit avoir un grand sens de la communication, il faut qu’il soit patient, qu’il ait confiance dans le travail des contributeurs. Il faut qu’il soit opiniâtre afin de vaincre les obstacles. Il doit être reconnu par ses interlocuteurs.

CB : Qu’est ce qui t’a amené à écrire ce guide ?

DG : Je voulais écrire mes mémoires (rires). Durant 7 ans, j’ai moi-même coordonné un réseau de contributeur au Conseil général de l’Essonne. J’ai dû mettre en place des outils, porter remède à beaucoup de situations. J’ai beaucoup tâtonné. J’ai voulu au travers de ce guide témoigner de ma vision et de celles d’autres coordonnateurs de réseau.

Le livre de Dominique Genuer est disponible ici.




Un coffre-fort numérique pour les plus démunis

2012-01-16T10:28:00+01:00

(image) Perdre des papiers importants est une épreuve. Alors que dire si cette perte ou cette détérioration accidentelle de papiers touche un SDF, particulièrement exposé à ce risque.

La Fondation Abbé Pierre a mis en place un dispositif permettant aux plus démunis de conserver une trace numérique de leurs documents d’identité, certificats médicaux, papiers divers attestant leurs droits, photos d’êtres chers, etc.



Le système BASE (Bagagerie Administrative Sécurisée Electronique) a été inauguré à Marseille voilà un peu plus d’un mois. Il se présente sous forme d’une borne pour scanner les documents et d’un site Internet pour les stocker et les imprimer si nécessaire. Les documents peuvent être attestés conformes aux originaux par un salarié présent.

L’opération est budgétée à hauteur de 75 000 euros dont la moitié est prise en charge par la Région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur). 20 bornes devraient être implantées dans la Région en 2012 dans des lieux gérés par la Fondation et par d’autres associations. Les bornes se composent d’une tablette et d’un scanner. A ce jour, la boutique solidarité de Marseille et celle de Toulon (depuis le 13 janvier 2012) disposent d’une borne. Ces bornes sont conçues pour que des personnes presque analphabètes puissent les utiliser.

Si l’opération est une réussite, elle sera étendue sur d’autres régions. On parle d’ores-et-déjà de Lyon et Valenciennes. On peut se demander légitimement pourquoi ce dispositif n’a pas vu le jour plus tôt, tant il semble indispensable. Mais son adoption par les sans-abri nécessitera beaucoup d’accompagnement de la part des sites d’accueil. Cette population devra être convaincue de l’intérêt réel que présente cette démarche. Dans l’idéal, il me semble que la conservation des originaux par les sites d’accueil aurait été préférable. Mais il aurait fallu pour cela que ceux qui sont en charge des contrôles acceptent des documents numériques en remplacement des documents originaux. Une utopie sans doute !




Bonne et heureuse année 2012

2012-01-02T16:42:00+01:00

(image)

Bonne et heureuse année à toutes et à tous. Un grand merci aux lecteurs de ce blog pour leur fidélité.






5 octobre 2011 à Nancy : quelle complémentarité entre présence physique et outils numériques ?

2011-09-29T09:58:00+02:00

(image) On observe depuis quelques années une surenchère d’outils (e-learning, plateformes, serious game…) mis au service des usagers quel que soit leur âge pour l’information, la formation, l’orientation scolaire et professionnelle.

Pour s’interroger sur les pratiques d’accompagnement induites par ces outils dématérialisés, le Centre Régional Information Jeunesse de Lorraine propose le mercredi 5 octobre 2011, en partenariat avec InforJeunes Arlon et l'Université du Luxembourg, une conférence-débat transfrontalière intitulée « Se former, s’informer, s’orienter, proposer ses compétences : quels modèles d’accompagnement des publics avec les usages numériques ? »

M. Jean-Robert PITTE Délégué à l'information et l'orientation (DIO) auprès du premier Ministre présentera à l’occasion l’actualité du Service public de l’orientation et la nouvelle plateforme dématérialisée.

J’aurai le plaisir d’intervenir pour parler de l’appropriation des usages numériques par le grand public et des attitudes professionnelles possibles (complémentarité entre présence physique et présence numérique). M. Reginald BURTON présentera les dispositifs hybrides de formation dans l’enseignement supérieur et Mlle Pauline Thévenot parlera des serious game.

Cette manifestation se déroulera de 13h50 à 16h30, à la Maison régionale des sports, 13, rue Jean Moulin - 54510 Tomblaine, à proximité de Nancy.

Une page Facebook a été ouverte pour parler de l’évènement.

Un tag Twitter est prévu pour suivre la manifestation. Il s’agit de #confgr5

Les inscriptions sont gratuites mais doivent avoir lieu avant le 1er octobre au Centre Régional Information Jeunesse de Lorraine : Tél : 03 83 37 04 46 ou par mail à accueil@crijlorraine.org




Une incroyable innovation technologique : BOOK

2011-09-23T12:00:00+02:00

Cette découverte a de l'avenir.

Je vous laisse découvrir ce dont il s'agit dans la vidéo ci-dessous. (image)



width="560" height="315" src="http://www.youtube.com/embed/Q_uaI28LGJk?rel=0" frameborder="0" allowfullscreen>



Google+, Facebook, Twitter : où en est-on ?

2011-08-29T08:28:00+02:00

Les internautes et les mobinautes sont friands des réseaux sociaux. Les organisations et les professionnels du web s’y intéressent particulièrement pour assurer leur communication. Un des moments forts de cet été 2011 sur le web aura sans doute été le lancement du réseau social Google+. Faut-il imaginer que dans l’avenir, chaque individu sera actif sur un nombre croissant de réseaux sociaux ou faut-il anticiper la disparition de certains réseaux ? On peut légitimement se demander quelle stratégie adopter et comment répartir le temps qui est consacré aux réseaux dans les organisations. La naissance de Google+ Certains observateurs annoncent une baisse de l’activité de Facebook aux Etats-Unis, est-ce un indicateur de baisse de notoriété pour Facebook ou cela laisse-t-il entrevoir une certaine lassitude quant aux réseaux sociaux ? Comme d’ordinaire avec Google, ce sont les professionnels du web et les geeks qui se sont emparés en priorité de l’outil. En effet pour s’inscrire dans ce réseau social, il fallait au départ être invité (coopté par un utilisateur de Google+). On peut désormais s’inscrire librement en créant un compte Google ou en utilisant celui dont on dispose déjà. Google+ a réuni lors de son premier mois d’activité 25 millions d’utilisateurs. Twitter semble menacé par Google+ Twitter a longtemps permis que des services extérieurs se greffent sur son interface pour utiliser son service. On constate aujourd’hui qu’il souhaite moins de déperdition pour son audience. On peut constater la disparition des flux RSS de Twitter qui permettaient notamment de suivre des usagers du réseau social au sein d’un lecteur de flux. Le service search.twitter.com est désormais intégré au sein même de Twitter. On peut désormais insérer une photo directement dans un tweet, raccourcir une adresse web sans recourir à des services extérieurs. Malgré tous ces efforts, beaucoup d’analystes considèrent aujourd’hui que Twitter est fortement menacé par Google+. Ceux-là considèrent comme des handicaps la limitation à 140 caractères des messages, l’impossibilité de suivre une discussion au sein du fil d’actualité, le fait que le grand public se soit faiblement approprié Twitter en France (entre 2.4 et 3 millions d’abonnés selon les estimations). Et sans doute moins d’un million d’utilisateurs actifs au total ! Facebook accroit sa vigilance quant à la concurrence Globalement, l’activité de Facebook se développe : 860 millions de visiteurs uniques en juillet 2011. L’intégration de la vidéo dans la messagerie a clairement eu pour objet de contrer Google+ qui a annoncé ce service dès son ouverture. Facebook augmente ses revenus : le coût par clic des publicités a augmenté de 22 % entre le premier et le second trimestre 2011, suite à l’augmentation de la demande des entreprises. Facebook, qui se sait attaqué sur la question du respect de la vie privée, permettra prochainement de mieux gérer certains paramètres de confidentialité. Mais tout n’est pas rose : l’Allemagne a déclaré illégal le bouton « j’aime » de Facebook, avec une amende de 50 000 euros pour les sites allemands qui passeraient outre l’interdiction. Google+ a pour l’instant tiré leçon des difficultés des autres réseaux Google+ n’a toujours pas développé d’API, obligeant ainsi chaque utilisateur qui veut publier ou commenter une publication à se rendre dans Google+. On constate ainsi une réelle conversation dans le flux d’actualité de Google+. Le contenu des informations qu’on y voit s’inspire davantage de Twitter que de Facebook (plus d’informations générales que d’éléments de vie pri[...]



Pause vacances

2011-07-25T09:44:00+02:00

(image) A partir de cette semaine et jusqu'au dimanche 28 août, je ne publierai plus de billet.

Durant cette période, comme d’ordinaire, vous pourrez consulter les billets déjà publiés mais je fermerai les commentaires.

A ceux qui vont partir, je souhaite d’excellentes vacances. A tous, je dis : à très bientôt. (image)




Témoignage : « Nous avons été contraints de transformer notre profil Facebook en page »

2011-05-02T10:36:00+02:00

Perdre toute son activité Facebook, c’est ce qui aurait pu arriver à Infor Jeunes Verviers, une structure d’information pour les jeunes située dans l’arrondissement de Verviers en Belgique. Aujourd’hui la structure affiche plus de 3 500 fans sur une page dédiée. Il n’en fallait pas plus pour que je contacte Jessica Jean, l’animatrice coordinatrice de la structure. Christian Bensi : Quand avez-vous créé votre profil Facebook et comment avez-vous procédé ? Jessica Jean : Infor-Jeunes Verviers est arrivé sur Facebook fin 2008. Un outil permet de rechercher les utilisateurs sur Facebook selon leur ville d’habitation, je l’ai utilisé pour faire des demandes d’amitié. J’ai aussi été voir systématiquement les groupes qui concernent Verviers. Je parle systématiquement de notre présence sur Facebook lors des manifestations auxquelles nous participons. Au bout d’un moment, nous avons même reçu un avertissement de la part de Facebook qui trouvait que nous faisions trop de demandes d’amitié. Mais les choses sont rentrées dans l’ordre quand nous avons commencé à recevoir aussi beaucoup de demandes d’amitié de la part des utilisateurs de Facebook. CB : Pourquoi avez-vous privilégié Facebook plutôt qu’un autre support de communication ? JJ : Les jeunes recherchent beaucoup leurs informations par Internet. Il semble logique d’être présent là où sont les jeunes. Les jeunes profitent du fait d’être « amis » avec Infor Jeunes pour poser leurs questions par le biais de la messagerie instantanée. Ils apprécient beaucoup ce service parce que la réponse est immédiate. Quand je leur demande d’écrire un mail, une fois sur trois ils ne donnent pas suite. Par contre, je ne publie pas trop d’information sur le mur parce qu’au bout d’un moment on risque de les lasser. Pour la connaissance du service, cela nous a vraiment beaucoup aidés. Quand on les rencontre, les jeunes se présentent souvent à nous comme des « amis Facebook ». CB : Et puis fin février, le cauchemar ! JJ : En effet, nous n’avions plus accès à notre compte. Un message en bas de l’écran nous indiquait que nous n’étions pas une personne et que notre compte était bloqué. Nous devions fournir les coordonnées d’une personne. J’ai donné mes coordonnées et j’ai espéré que Facebook débloque notre compte puisque nous étions un service public. Pendant une semaine le profil est resté bloqué. Et puis le 8 mars, Facebook nous a envoyé un mail avec un lien pour nous proposer de débloquer notre compte provisoirement afin de nous permettre de transformer nos amis en fans et donc notre profil en page. CB : Une possibilité qui ne deviendra officielle que fin mars… JJ : Dans un premier temps, le lien n’a pas fonctionné et il a fallu attendre un deuxième mail de Facebook. Nous avons perdu les informations publiées sur notre mur, les photos que nous avions mises en ligne mais nous avons conservé nos amis… maintenant nos fans. CB : Quel bilan faites-vous de ce passage ? Cela reste intéressant d’être présent sur Facebook, mais les avantages sont moins nombreux. Nous avons perdu la possibilité d’utiliser la messagerie instantanée et la capacité d’inviter les fans aux évènements par le biais de la messagerie. Quand nous avions un profil, nous avions bien vu l’intérêt de la messagerie pour les manifestations. Lors du salon du jobiste 2011, de nombreux « amis » Facebook étaient présents suite à notre invitation. Depuis que la structure dispose d’une page, je constate moins d’interactions avec les fans. Les informations s’affichent-elles autant qu’avant[...]



Un réseau social du Service public est né

2011-03-09T12:18:00+01:00

(image) Philippe Batreau vient de lancer Canalpublic.fr, le réseau social des fonctionnaires et du Service public. Le réseau affiche déjà plus de 300 membres en quelques jours. Il est destiné à tous ceux qui œuvrent dans le Service public, fonctionnaires, salariés d’associations ou d’entreprises du secteur public, étudiants… Ce réseau social permettra à tous ceux qui le souhaitent de réfléchir sur leur quotidien professionnel.

Près de 30 groupes se sont créés dont l’un a pour nom « TIC et conduite du changement », que je me suis empressé de rejoindre. Chaque membre peut s’inscrire à un groupe ou en demander sa création. Un module permet d’inviter ses collègues de travail.

Philippe Batreau explique ici les raisons de sa création.



De nouvelles fonctionnalités sont prévues : messagerie instantanée en ligne, CV en ligne, création de votre blog sur des thématiques professionnelles…

Bien évidemment, tout n’est pas encore parfait. J’ai pour ma part regretté qu’on puisse voir l’identité des membres sans être inscrit mais le produit évoluera, c’est une certitude. Philippe est à l’écoute et ce réseau deviendra ce que les utilisateurs en feront. Souhaitons à cette initiative le succès qu’elle mérite.




Autrans 2011 : définir l’Internet de demain

2011-01-17T08:10:00+01:00

Je reviens de la quinzième édition des rencontres d’Autrans, organisée par l’association Réso. Un grand nombre de vidéos des moments importants sont disponibles en ligne. Qu’ai-je retenu de ces rencontres ? Une série d’interrogations ! La mort des ordinateurs ? Frédéric Soussin et François Bocquet ont parlé de « mobiquité » : un mot généré à partir de mobilité et d’ubiquité. Leur présentation a sans doute été un des moments forts de ces rencontres. Pour eux le PC est mort (et le Mac aussi !), le Web que l’on connait est mort également puisque ce seront les applications qui, demain, iront chercher directement les données sur le Web. A mon sens, le Web ou le PC ne sont pas morts. Ces technologies sont complémentaires. La mort maintes fois annoncée du papier ne s’est toujours pas produite ! Le monde de l’Internet transite par des applications et s’installe dans la mobilité Les applications disponibles sur les smartphones ou les tablettes facilitent l’utilisation d’Internet, permettent la géolocalisation de ce que l’on cherche ou de ce que l’on croise. Elles rendent possible la réalité augmentée qui superpose des informations à ce qu’on est en train de regarder. Avec 79 % d’internautes en France, nous sommes de plus en plus dans un Web de masse. Ce ne sont plus les pionniers et les experts qui font l’Internet mais ses utilisateurs, de plus en plus nombreux. Qui pouvait prévoir un tel engouement pour Facebook ? Qui peut déterminer ce que sera l’Internet de demain ? Mais ce nouvel Internet n’est pas forcément exploité avec tout son potentiel. Il est évident que même les plus jeunes auront besoin d’un accompagnement pour favoriser leur compréhension et leur pleine utilisation de ces outils. Les EPN : un second souffle L’accès public à Internet a été largement développé à Autrans. La question de la compétence des médiateurs-animateurs est posée mais n'est pas forcément en voie d’être résolue. Chacun a sa définition. Les missions des espaces numériques sont régulièrement redéfinies et s’adaptent à la structure employeur, à l’environnement et au territoire sur lequel il est implanté. Tout ce travail de réflexion se poursuivra au niveau national via un Google docs. L'Internet des objets : le monde sous surveillance Avec l’Internet des objets, on peut imaginer les incroyables possibilités que nous offrirons cet Internet omniprésent. Sous prétexte de croisement de nos données personnelles pour nous rendre la vie plus facile, il est de plus en plus clair que nous sommes pistés. Itrmanager.com signale une enquête récente qui révèle que sur 101 applications pour mobiles testées, 56 d’entre elles communiquent le numéro de téléphone, 47 donnent la localisation de l'utilisateur et 5 informent sur l'âge et le sexe et tout cela sans en avertir le consommateur. Le temps de travail réservé à cette question sur Autrans a su nous présenter l’intérêt mais aussi les dangers liés à cette omni surveillance. La date de la prochaine manifestation des Eté Tics a été annoncée. Celle-ci se déroulera à Rennes du 29 juin au 1er juillet. Nous aurons sans doute l’occasion d’en reparler. [...]



Bonne et heureuse année 2011

2011-01-01T17:03:00+01:00

(image)






Orientation : L’Etat décide de passer en force

2010-12-19T22:40:00+01:00

(image) Vu sur le blog de Michel Abhervé.



Le 13 décembre 2010, François Fillon a demandé aux préfets de prendre en charge la labellisation des organismes chargés du Service public de l’orientation et ce, malgré l’avis négatif du Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie (Cnfptlv). Le principe de co-labellisation Etat – Régions est donc définitivement enterré.

La tâche du Délégué à l’information et à l’orientation, Jean-Robert Pitte, et des préfets risque d’être particulièrement ardue. Rappelons que les POM (Pôles Orientation Métiers) peuvent être des lieux uniques ou de simples accords de rapprochement entre structures. En matière de lieux uniques, les Régions déjà échaudées par l’expérience des Maisons de l’emploi risquent d’être peu volontaires pour financer de nouveaux espaces qui ne tiennent pas compte de leur volonté mais qui nécessitent leur financement.

Le site localtis.info apporte aussi des précisions quant au service dématérialisé d’information. Une première version devrait fonctionner avant le 1er juillet 2011. Il y aura deux niveaux de plateforme. Le premier niveau aura pour but d’accueillir le public pour lui faire préciser ses questions afin d’orienter vers le bon interlocuteur. Le second s’appuiera sur les centres d’appels existants comme celui de l’ONISEP, le 39 49 de Pôle emploi et les plateformes mises en place par les régions. Un inventaire des plateformes existantes doit être achevé à la fin du mois de janvier 2011. Le cahier des charges pour ces plateformes doit être réalisé pour fin mars.




POM, la déconfiture

2010-12-12T21:14:00+01:00

(image) Je vous avais parlé ici des Pôles Orientation Métiers (POM) préconisés par Jean-Robert Pitte, Délégué à l'information et à l'orientation. Le décret créant le label national et le projet d’arrêté concernant le cahier des charges de ces lieux uniques étaient présentés ce 8 décembre 2010 au Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie (Cnfptlv). Les deux textes ont été rejetés à une écrasante majorité : 10 votes favorables, 13 abstentions et 21 votes défavorables.

Localtis.info explique les raisons de ce rejet. Les régions souhaitaient une co-labellisation des structures candidates par le Préfet et le Président du Conseil régional. L’Etat a refusé cette proposition, considérant que ce label relevait de sa seule compétence. La question du financement des formations de professionnalisation des personnels a également été soulevée par les régions.

Cet entêtement de l’Etat a conduit à un rejet massif, les seuls votes favorables émanant des représentants de l’Etat. Le rejet était prévisible et on s’étonne qu’aucune concertation préalable n’ait permis un accord. Le projet est donc dans l’impasse et le calendrier va subir un retard conséquent. C’est un revers pour le DIO et pour l’Etat qui espérait, semble-t-il, passer en force.

Quant à l’appellation de ces lieux uniques, un nouveau terme est apparu : Orientation pour tous - Pôle information orientation formations métiers. Le sigle est imprononçable mais la question n’est pas là. Après plusieurs nominations de Délégués, des milliers de pages de rapport, une loi, on en est encore à se demander quel fonctionnement auront ces nouvelles structures et qui les financera.

Le décret rejeté est disponible ici. L’arrêté rejeté est là.




Un an après, les POM de Jean-Robert Pitte

2010-11-28T21:17:00+01:00

(image) La loi relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie a un an. Très exactement, elle a été adoptée le24 novembre 2009. Rappelons que le Service Public de l’Orientation a été annoncé par le Président… Jacques Chirac, en juin 2006. Il donnait pour échéance à cette mise en place, la fin de l’année 2006.



Le premier DIO (Délégué interministériel à l’orientation) désigné s’appelait Pierre Lunel.



Le dernier désigné le 23 juin 2010 est Jean-Robert Pitte. Il a perdu l’interministérialité en devenant « Délégué à l’information et à l’orientation » rattaché auprès du premier ministre.



La dernière contribution de Jean-Robert Pitte, disponible sur le site du Sénat, annonce que les lieux uniques d’information tout public prévus par la loi s’appelleront des « POM » (cela ne s’invente pas !). « Les Pôles-Orientation-Métiers (POM) devront sensiblement améliorer la situation actuelle, trop confuse », dit-il.

Il faudra sans doute une vitrine sur Internet pour présenter ces lieux. A l’heure où j’écris ces lignes www.pom.fr est déjà déposé par un artiste. www.poles-orientation-metiers.fr est disponible. Les services du gouvernement déposeront-ils suffisamment tôt ce nom de domaine ?

J’ai trouvé sur le forum des conseillers d’orientation-psychologues un lien vers le projet de cahier des charges quant au label national des lieux uniques. Le texte encore en discussion devrait être publié dans sa version définitive le 8 décembre.

A la lecture de ce texte, il est difficile d’imaginer comment les conseillers d’orientation-psychologues seront intégrés dans le dispositif. Le texte envisage les regroupements physiques des structures mais n’exclut pas les « réseaux territoriaux » unis par le biais de conventions.

Certaines conditions d’accueil préconisées par le label risquent d’être difficiles à appliquer dans le cas de petites structures. Il sera intéressant d’étudier avec minutie le texte définitif lors de sa sortie officielle.




Confusion entre vie privée et vie publique

2010-11-22T10:41:00+01:00

(image) Vendredi 19 novembre, on annonçait que le tribunal des Prudhommes de Boulogne-Billancourt venait de donner raison à une entreprise pour le licenciement de trois de ses salariés. Ces salariés dénigraient la hiérarchie de l’entreprise sur leur profil Facebook.

Rien n’est définitivement tranché. Les deux salariés, ayant porté l’affaire aux Prudhommes, ont décidé de faire appel de la décision.

L’avocat Anthony Bem, dans un article du 8 novembre dernier, titrait : « Les réseaux sociaux et Facebook comme moyen de licenciement des salariés ».

La frontière entre vie privée et publique de plus en plus mince

Après avoir repris quelques-unes des affaires mettant en cause des salariés à cause de leurs écrits sur Internet, Maître Bem rappelle le principe du respect de la vie privée (article 9 du code civil et 8 de la Convention Européenne de sauvegarde des droits de l’homme). Mais est-on dans le cadre de sa vie privée quand on écrit dans Facebook ? Les « amis Facebook » ne se recrutent pas uniquement dans la sphère privée. Dans cette affaire, c’est même un « ami Facebook » qui a dénoncé les trois salariés à la direction de l’entreprise.

Maître Bem rappelle le principe de la liberté d’expression présent dans l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et dans l’article L2281-1 du code du travail.

Le devoir de réserve est une obligation

Que ce soit dans le secteur public ou dans le secteur privé, le devoir de réserve existe et peut être retenu contre ceux qui ne le respectent pas.

Dans cette affaire, deux éléments m’intéresseront lors du jugement d’appel :

  1. La preuve : une simple copie d’écran réalisée par un ami Facebook peut-elle être considérée comme une preuve irréfutable ?
  2. En quoi les propos tenus sur Facebook ont-ils causé préjudice à la société et donc justifié le renvoi des 3 salariés.

Un seul mot d'ordre : PRUDENCE !

La non-confidentialité des informations sur Facebook n’est plus à démontrer. Si je pense qu'une personne mal intentionnée pourrait utiliser mes écrits sur Internet contre moi, alors… je ne dois pas les écrire. Internet n’est pas une cours de récréation. Prendre certaines précautions relève du simple bon sens !