Subscribe: Justice au singulier
http://www.philippebilger.com/blog/atom.xml
Added By: Feedage Forager Feedage Grade A rated
Language: French
Tags:
cette  comme  dans  elle  est  faire  les  lui  mais  nous  pas  pour  président  qui  son  sur  toutes les  une  était 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: Justice au singulier

Justice au Singulier



Le blog de Philippe Bilger - Magistrat honoraire - Président de l'Institut de la Parole



Updated: 2017-12-11T09:58:13+01:00

 



Vive le tristement correct !

2017-12-11T17:27:06+01:00

Mais il convenait tout de même que le tristement correct frappât. Contre l'universalité, l'absence de discrimination que Johnny auraient méritées.



Entretien avec Roselyne Bachelot

2017-12-11T08:27:35+01:00


width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/vZmvHOl0Leg" frameborder="0" gesture="media" allow="encrypted-media" allowfullscreen>





J'y suis allé !

2017-12-09T18:38:58+01:00

Je renâcle, j'ai mauvaise conscience. Mais mon épouse me stimule et me rappelle ma promesse. Et j'y vais avec elle.



Macron l'enchanteur ?

2017-12-08T00:07:11+01:00

Un président qui enchante encore, un adversaire qui proteste que le roi est nu ? Magnifique débat pour la France et pour demain.



La France orpheline : son idole est morte

2017-12-06T14:18:58+01:00

J'ai l'impression d'un abandon. Johnny, reviens !



Ainsi il n'était pas immortel !

2017-12-05T11:35:18+01:00

Dans toutes les émotions, ce saisissement : ainsi Jean d'Ormesson n'était pas immortel

Du vivant d'une personnalité illustre et à peu près célébrée par tous, on a le droit de dire ce qu'on pense d'elle. On a le devoir, entre ombres et lumières, de faire le tri, de formuler des réserves ou de s'enthousiasmer comme on l'entend sans suivre forcément l'opinion commune. On a peut-être tort mais peu importe. Je ne renie aucun de mes billets à son sujet mais quelle acidité infinitésimale dans un océan de gloire et d'intelligence, quand il était là, présent, disponible, heureux sur tous les fronts !

Ainsi il n'était pas immortel !

Comme il l'a si lucidement déclaré un jour à Frédéric Beigbeder, "à sa mort on pourra juger son oeuvre" parce qu'elle sera en quelque sorte débarrassée de son auteur (France Culture, Le Figaro). J'aime qu'il ait toujours eu cette assurance sans morgue, cette ironie tendre et spirituelle sur les choses de la vie, sur les privilèges de sa classe, sur les grandeurs et les ridicules de cette aristocratie qui lui allait si bien, si mal... Il me semble qu'il ne surestimait pas ses livres - ce qui est le meilleur moyen pour en sauver de l'oubli ou de l'indifférence - mais portait au plus haut la littérature dont il est toujours parvenu à nous démontrer qu'elle était une merveilleuse grille de lecture du monde, à toutes les époques et sous toutes ses facettes.

(image)

Partisan mais tolérant, jamais coupable de sérieux mais ayant le sens du tragique, caustique mais aimable, léger mais profond, omniprésent mais pudique, volubile sur soi mais empli d'estime et d'admiration sincères pour ceux qui le dépassaient, agaçant peut-être mais incroyablement divers, échappant au jeunisme mais si royalement, authentiquement jeune, curieux, vif - j'ose aujourd'hui cet adjectif -, admis partout, à l'aise avec tous, accordé à tous les milieux parce que n'ayant de mépris pour personne, il étincelait, éblouissait, rayonnait et gardait pour lui les démons que son extrême intelligence et sa sensibilité ne devaient pas manquer de faire surgir dans ses tréfonds. Doué pour le bonheur certes mais n'ignorant pas, j'en suis sûr, à partir de lui, que la condition humaine était, selon sa belle expression, "une fête en larmes", drôle à pleurer.

Jean d'Ormesson a eu une existence tellement intense, riche, immense, désinvolte et grave, si éclatante et en définitive si respectée qu'on pourrait souhaiter, pour rendre hommage à ce qu'elle a été, à ce qu'il fut, par contraste, le silence, le recueillement, la simple mémoire nue.

C'est déjà l'inverse. Evidemment.

Dans toutes les émotions, ce saisissement : ainsi Jean d'Ormesson n'était pas immortel...




Je suis un parasite !

2017-12-03T09:51:49+01:00

On a le droit de rêver. Je remercie Karl Lagerfeld de l'avoir permis au parasite intermittent que je suis.



Le président Macron a-t-il été raciste ?

2017-12-02T09:45:41+01:00

Comme une controverse cependant a surgi au prétexte qu'Emmanuel Macron aurait été condescendant et raciste à l'égard de ce président africain et dans ce pays que je connais bien et que j'apprécie, il convient de s'attacher à sa réplique qui est convaincante mais surtout stimulante : elle laisse entendre qu'il y a un racisme paradoxal qui ne vient pas du mépris ou de l'arrogance mais d'une affectation de gentillesse systématique et compassionnelle.



Les fulgurantes évidences de Michel Houellebecq...

2017-11-28T16:56:42+01:00

MH est sûr que les médias français ne lui pardonneront "sans doute jamais le péché du désespoir". En tout cas c'est principalement chez lui qu'il convient d'aller chercher la vérité dure et crue sur notre monde, sur cette société qui a pris pour parti de ressembler de plus en plus à la perception de ce génie désenchanté, de ce "pessimiste héroïque" qui l'a anticipée et si bien comprise.



Entretien avec Stéphane Courtois

2017-11-28T08:10:21+01:00


width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/q-naIODnM4o" frameborder="0" allowfullscreen>





Emmanuel Macron ne dévie pas d'un pouce de lui !

2017-11-26T11:29:30+01:00

Emmanuel Macron est un président qui ne dévie pas d'un pouce de soi.



Le Brio : pourrait en avoir plus !

2017-11-26T00:28:41+01:00

Je vais faire part d'un rêve pour terminer. Si d'aucuns partageant la même ambition m'aidaient à le réaliser, j'en serais heureux. Je voudrais ouvrir à tous, sans aucune exception, une compétition qui à son issue permettrait de désigner le meilleur dans les conditions suivantes. Un seul sujet est proposé, on le prépare mentalement durant une demi-heure et chacun s'exprime dans un discours d'une durée de dix minutes. Egalité parfaite de la préparation et de la compétition. Il sera aisé alors d'appréhender l'intelligence dans sa pureté, le verbe dans sa qualité et le talent dans son authenticité.



Le nazisme : le triomphe de l'absolu !

2017-11-24T00:04:58+01:00

Je me demande si ce qui obsède n'est pas lié à la certitude qu'on est confronté, pour le nazisme et tout ce qui en découlait, pour toutes les faiblesses dont il a bénéficié, toutes les résistances qui ont eu en définitive raison de lui, à une série d'absolus qui représentent ce que l'Histoire et le futur, heureusement, ne nous feront plus jamais connaître, aussi indécente que soit la hiérarchie des tragédies collectives et singulières.



Les invisibles défaites sont les pires !

2017-11-23T18:20:29+01:00

Les invisibles défaites sont les pires qui, éloignés de nos yeux, ne nous agitent pas l'âme ni ne nous secouent l'esprit. Ou qui nous crèvent les yeux mais, ne nous faisant pas de mal immédiatement, douloureusement, nous permettent de faire comme si elles n'existaient pas.



Emmanuel Macron : une main de fer, une main trop douce...

2017-11-20T18:10:18+01:00

Une main de fer, une main trop douce... Que le président me le pardonne mais je persiste : la passion ensemble mais le pouvoir à part !



Jean-Jacques Goldman : juste un homme...

2017-11-18T20:46:59+01:00

JJG : juste un homme, oui, mais quel homme !



Eric Dupond-Moretti n'est pas Abdelkader Merah !

2017-11-17T08:05:57+01:00

BHL aurait pu être un exceptionnel et lucide commentateur de la récente effervescence judiciaire mais, pour l'affaire Merah, son intelligence ne lui a servi à rien. Parce qu'il commet une grave erreur, partagée par beaucoup. Je révèle cette information élémentaire et basique mais qui change tout : Eric Dupond-Moretti n'est pas Abdelkader Merah.



L'union des droites, une aspiration criminelle ?

2017-11-14T15:18:22+01:00

Ce futur inconcevable ou encore lointain, s'il ne constitue pas une aspiration criminelle mais le droit qu'a toute famille de réfléchir à son élargissement, demeurera lettre morte si son évocation vise à substituer à la profondeur et à la richesse du fond les ignominies de la forme. On ne traite pas le président Macron comme Laurent Wauquiez a osé le faire récemment. Mais l'union des droites n'est pas un gros mot.



Karim Benzema : une victime ?

2017-11-13T14:57:44+01:00

Peut-être faut-il convenir que KB, en dépit de tout ce qui pourrait lui donner une autre image (par exemple il a décidé d'être totalement assujetti à la fiscalité française), reste "un bad boy" à cause notamment d' un environnement et de fidélités amicales discutés. Comme il est devenu très difficile en public de faire part de cette perception négative diffuse et instinctive, on préfère se taire. Et c'est pire.



Un premier acte de résistance à Clichy-la-Garenne ?

2017-11-11T19:50:57+01:00

On peut analyser cette démarche des élus comme un premier acte de résistance contre non pas une "invasion" mais une occupation urbaine illicite mais aussi pour l'amorce d'un engrenage qui pourrait à terme devenir si intense, antagoniste et violent qu'il serait susceptible de déboucher sur une guerre civile multipliée. Renaud Camus a tort mais qu'on continue à se voiler les yeux et à faire preuve de faiblesse démagogique, et je crains qu'un jour on ne lui donne tristement raison.



Pourquoi les ministres demeurent-ils inconnus ?

2017-11-11T11:13:18+01:00

Je constate que le temps sera encore long pour que le président de la République, son équipe, son gouvernement et ses réussites ancrent, dans l'esprit public, ce que celui-ci aurait dû connaître d'emblée et dont l'absence mérite réflexion et suscite de l'inquiétude. Que ces inconnus deviennent le plus vite possible illustres !



L'absurdité est-elle "inclusive" ?

2017-11-09T00:00:00+01:00

S'il convient de choisir, je n'hésite pas. Je me rangerai du côté de l'orthographe et de la grammaire pour les défendre. Je ne serai pas le seul.



Après nous, les massacres !

2017-11-06T18:15:38+01:00

Pour eux, le rêve d'une apocalypse frénétique et de toute-puissance. Pour tant de famille, un cauchemar absolu. Après nous, les massacres ! On songe à ces victimes parce qu'on les craint ailleurs.



Frédéric Taddéï : une affinité médiatique et élective...

2017-11-05T16:04:56+01:00

Quel bonheur, en effet, de pouvoir se détourner de l'acrimonie au sujet des médias pour pouvoir se féliciter que Frédéric Taddéï soit pour moi, dans ce domaine, une affinité élective !



De nouvelles règles pour la Légion d'honneur : l'aurais-je eue ?

2017-11-04T08:17:19+01:00

Peut-être y a-t-il moins d'orgueil dans son acceptation que dans son dédain ? En tout cas, prosaïquement, je l'ai et je la garde.