Subscribe: Blog Temesis
http://blog.temesis.com/rss.php
Added By: Feedage Forager Feedage Grade B rated
Language: French
Tags:
bonnes pratiques  dans  des  est  les  nous  opquast  par  pas  pour  qualité web  qualité  qui  sur  une  vous  web 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: Blog Temesis

Blog Opquast



Qualité Web - Opquast - Temesis - le blog



Updated: 2017-02-20T04:07:45+01:00

 



Opquast certified : comment se jauger

2017-02-15T13:23:42+01:00

L'une de nos agences partenaires nous indique qu'elle a fait passer la certification Opquast à ses commerciaux Web et que ceux-ci ont été un peu déçus par leurs scores, situés entre 500 et 600 points. Pour laisser aux agences, écoles et entreprises le soin de fixer eux-mêmes les niveaux à atteindre, nous n'avons pas voulu associer le score Opquast à des profils ou des métiers spécifiques. À la demande de cette agence partenaire et aussi parce que c'est une demande assez fréquente, nous allons tout de même vous donner quelques indications.

Avant tout, quel que soit votre métier, votre profil et votre degré d'expérience, si vous êtes un professionnel du Web, vous devez viser un score Opquast certified d'au moins 500 points. Par expérience, atteindre ce score montre que vous avez la connaissance minimale nécessaire de l'outil que vous utilisez au jour le jour.

J'ai coutume de dire que le travail à fournir pour atteindre ce score de 500 points - c'est-à-dire un ou deux jours de travail- est pratiquement ridicule. Il y a parfois une inquiétude : « mais est-ce que ce n'est pas trop technique ? » . Mettez-vous cependant dans la peau d'un boulanger ou d'un tourneur-fraiseur qui refuseraient de monter en compétence sur le principe de fonctionnement de leur four ou de leur tour numérique parce que « houlala, c'est trop technique, ça ! » : leur espérance d'emploi dans le secteur et leur crédibilité seront évidemment assez faibles. La certification Opquast est, certainement, l'occasion d'une montée en compétence technique pour des profils qui n'ont au départ qu'un bagage parfois très réduit sur ces aspects : mais il ne s'agit pas pour autant de former des commerciaux-intégrateurs ou des marketeux-développeurs ! L'ambition technique s'en tient à ce qui est nécessaire pour interagir efficacement avec ces aspects, leurs enjeux qualité et leur vocabulaire : cette montée en compétence reste très mesurée, donc. Et si vous êtes un professionnel du Web, vous devriez être prêt à passer un jour ou deux sur le training Certified, à monter en compétences sur différents sujets liés à votre outil de travail quotidien, qu'ils soient d'ordre technique ou pas ;-)

Cela étant posé, au dessus de ce niveau minimal conseillé pour un professionnel du Web, le score minimum que vous devez viser dépend de votre profil et de votre métier. De manière indicative :

  • Si vous avez un profil marketing, commercial, publicité ou si vous exercez un métier de management ou de décideur, un niveau de 500 à 600 points est déjà correct.
  • Les profils rédacteurs de contenus, contributeurs, peuvent viser un minimum de 600 points.
  • Les profils chef de projet, community manager, graphistes, ergonomes, UX peuvent viser les 700 points.
  • Les profils techniques, intégrateurs, développeurs, spécialistes SEO doivent viser 800 points.
  • Les 900 points sont souvent réservés aux experts de la qualité.

Ces éléments vous sont donnés à titre indicatif, comme objectifs d'entrée dont la réussite est déjà un succès, apportant une vraie valeur ajoutée à votre profil. Mais on peut aisément viser plus haut, comme l'attestent de nombreux résultats de candidats divers : en travaillant sur les bonnes pratiques, le guide de certification et la plate-forme d'entraînement, tout le monde peut, en fait, atteindre les 800 points. L'effort est un peu plus important pour les profils non-techniciens mais il n'a rien de démesuré. Et pour tout dire, de la même manière, certains techniciens passent aussi par une nette montée en compétence sur des aspects non-techniques ;-)




Placeholder, l'attribut maudit

2017-01-31T18:07:50+01:00

Placeholder est un attribut un peu maudit…

Déjà, pour respecter le rôle qui lui est dévolu dans HTML5, il ne doit pas être utilisé à la place d'une étiquette de champ bien balisée, comme par exemple un label.

Ensuite, pour être compatible avec l'accessibilité, il ne doit véhiculer à lui seul aucune information essentielle lors de la saisie. Il ne doit servir à donner aucune information relevant de l'étiquette du champ (caractère obligatoire, format de saisie, etc.).

Plus largement, pour ne pas être agaçant lors de la saisie, il ne doit évidemment pas avoir servi à afficher quelque-chose dont, en fait, vous pourriez avoir besoin en cours de saisie.

Prenons par exemple l'indication d'un champ obligatoire et imaginons que la classique astérisque serait dans le placeholder seulement. A priori, cela semble logique : l'utilisateur commence par voir que le champ est obligatoire, puis il attaque sa saisie en connaissance de cause. Mais en fait, non : quand on m'a soumis cette idée, mon premier réflexe a été (expérience vécue et aussi constatée ailleurs) : « mais moi, je commence à saisir machinalement dans le champ et puis, après, je me demande "au fait, c'était obligatoire, ça ? Parce que ça me casse les pieds de saisir cette info, en fait… Ah, c'était indiqué où déjà ? »

Il est tout simplement très risqué de préjuger de ce qui, pour l'utilisateur, va être utile ou pas au moment de la saisie. Il est donc beaucoup plus prudent de partir du principe que l'utilisateur, qui a souvent du mal avec les formulaires, va se poser des questions en cours de route. Fatalement au moment que vous n'aviez pas anticipé… Et donc, de ne pas se reposer sur le placeholder, d'une manière générale. Ce qui est à peu près conforme à sa définition formelle : il ne sert qu'à donner un exemple de saisie, accessoire, complémentaire aux informations essentielles données par l'étiquette qui sont, elles, disponibles en permanence.

Placeholder est bien un attribut un peu maudit : à l'affichage, il a l'air d'une solution formidable. Mais pour ne pas poser de problème, il ne doit en fait servir que quand il est quasiment inutile… ;-)




Voyelle et Eclydre : nouvelles agences partenaires à Rennes et Paris

2017-01-31T14:46:05+01:00

(image) Nous accueillons deux nouvelles agences dans le réseau des partenaires Opquast. Commençons par Voyelle, société rennaise, spécialisée dans le conseil et la stratégie digitale. L'agence travaille aussi bien pour des clients publics que privés. Elle propose des prestations de conseil, de formation et de création de sites web ou mobiles, des compétences graphiques pour un design à votre image, rédactionnelles pour travailler vos contenus (écriture des textes, prise de vue photos et vidéos), maximiser votre visibilité sur le web (référencement, réseaux sociaux et achats de mots clés). Un site simple et efficace en mettant l'utilisateur au coeur de sa démarche, performant pour communiquer ou vendre (webmarketing). Voyelle est la première agence bretonne à nous rejoindre. Vous pouvez les appeler de notre part, demandez Carine Fraticola qui a pris les fonctions de responsable qualité Web.

Nous souhaitons également la bienvenue à Eclydre, agence parisienne, qui existe depuis 1993, qui travaille sur le développement digital et réalise des produits multi-supports administrables et évolutifs. Les sujets sur lesquels est positionnée Eclydre : Conseil, études, gestion de projet, conception, design interactif, assistance éditoriale, maintenance évolutive, assistance à maîtrise d’ouvrage, développement, intégration HTML / CSS. Et sur le plan des technologies : Php, Ajax, Widgets, OpenSource, Drupal, Wordpress, Typo3, Prestashop, Eclydre Web Manager (EWM), HTML5, CSS3... Contactez de notre part M. Thierry Cherpitel, qui prend le poste de responsable qualité Web.

Pour finir, sachez que nous accueillons également une nouvelle école, O'clock, qui présente la particularité de faire ses enseignements en télétravail. Bienvenue à cette école, vous pouvez contacter M. Dario Spagnolo de notre part.




Formation Devenir responsable qualité Web 2017 : réservez vos places

2017-01-26T11:12:29+01:00

Les prochaines sessions de formation Devenir responsable qualité Web approchent. Il est temps de réserver vos places. Si vous êtes intéressés par les sessions de Paris, la prochaine aura lieu les 8, 9 et 10 mars 2017. Pour Bordeaux, ce sera les 17, 18 et 19 mai. dans les deux cas, ne tardez pas, nous avons dû refuser du monde pour la dernière session de l'année 2016 à Paris.

Voici toutes les informations pratiques permettant de s'inscrire.

  • Formation "Devenir responsable qualité Web"
  • Formateurs : Elie Sloïm / Laurent Denis
  • 8, 9 et 10 mars 2017 à Paris
  • 17, 18 et 19 mai 2017 à Bordeaux
  • 14, 15 et 16 juin 2017 à Paris
  • 20, 21 et 22 septembre 2017 à Paris
  • 8, 9 et 10 novembre 2017 à Paris
  • 13, 14 et 15 décembre 2017 à Paris

Pour réserver votre place, téléchargez et renvoyez le coupon d'inscription (PDF, 205ko)




Rétrospective 2016

2017-01-11T07:57:43+01:00

15 ans de qualité Web. Stop ou encore ? Pour ceux qui ont vu la conférence que j'ai donnée à Codeurs en Seine à la fin 2016, la réponse est évidemment encore. Il reste énormément de travail, il n'y a pas d'ailleurs pas de raison que ça s'arrête. Mais avant de se lancer à corps perdu dans cette année 2017, voyons déjà ce qui s'est passé pour nous en 2016. Tout d'abord, je vais commencer par vous rappeler la prochaine séparation des structures Opquast et Temesis. Dans les tous prochains mois, vous retrouverez d'un côté la société Opquast SAS, qui s'occupe du projet Opquast dans toutes ses dimensions et de l'autre la société Temesis qui traitera l'ensemble des missions de consulting, sur l'accessibilité, mais pas seulement. La société Opquast SAS sera dirigée par mes soins, la société Temesis sera quant à elle gérée par Aurélien Levy. Les deux sociétés seront indépendantes, ce qui va permettre de simplifier et de clarifier le rôle de chacune. C'est un gros chantier, qui dure depuis plusieurs mois, et qui vient mettre en musique un mouvement assez logique et prévu de longue date. Commençons donc par Temesis. L'année a été très riche en missions, Aurélien, Eric Gateau et dans une moindre mesure Laurent Denis ont été amenés à faire de très nombreuses missions et accompagnements en matière d'accessibilité. Alors que la part de marchés publics était assez élevée, depuis quelques temps, et grâce à l'excellence du travail d'Aurélien, Temesis a mis un pied très important dans le secteur du luxe, la société ayant de plus en plus de clients dans ce domaine. Cela conduit Temesis à travailler au niveau international ; il semble que cela ne soit que le début. Il faut également noter un sérieux frémissement dans le e-commerce, secteur ô combien important. Le secteur public n'est évidemment pas en reste, nous continuons bien évidemment à accompagner de nombreux clients publics. Globalement, nous avons l'impression que le marché de l'accessibilité évolue vers la prise en compte des utilisateurs dans la globalité de leurs conditions d'usage, et moins dans le respect formel de référentiels. Les référentiels commencent à être utilisés de manière intelligente : c'est une excellente nouvelle. Du côté d'Opquast, l'année a une fois de plus donné lieu à des avancées considérables. Pour vous éviter une trop longue lecture, je vous propose une petite liste à puces : Doublement du nombre de certifiés Opquast : nous avons largement franchi le cap des 1000 certifiés, nous approchons maintenant les 1500. Un référentiel de compétences consolidé : le socle qui fonde la certification a été amélioré et validé par les professionnels du Web. De nouvelles écoles : nous en sommes à 22 écoles partenaires et nombreuses sont celles qui devraient nous rejoindre en 2017. Des jobs, encore des jobs : plus de 50 postes sont ouverts qui mentionnent la compétence Opquast. Des agences toujours fidèles : nos 15 agences partenaires sont plus que jamais à nos côtés, elles devraient prochainement être rejointes par des nouvelles arrivantes. Des badges : les badges électroniques étaient déjà en ligne, mais dans quelques jours, vous pourrez commander gratuitement votre vrai badge ainsi qu'un un autocollant. Une interface d'administration : chaque certifié peut maintenant administrer son certificat en ligne, et ce n'est que le début. Un back-office pour les partenaires : les partenaires peuvent organiser leurs sessions d'entraînement et d'examen. Un réseau de formateurs : il est encore discret mais il y a au moins une trentaine de formateurs en France qui ont commencé à enseigner les bonnes pratiques. Merci à eux, nous allons veiller à mieux vous les faire connaître en 2017. Nouvelle boutique : la boutique opquast est en ligne, et vous êtes de plus en plus nombreux à commander vos certifications et livres en ligne. Qualité[...]



Formation Devenir responsable qualité Web novembre 2016 : 100% de satisfaction

2016-12-07T12:17:13+01:00

La dernière session de formation Devenir responsable qualité Web a eu lieu en novembre. Pour la première fois depuis la création de ce stage, nous étions au complet. Nous avions également la chance d'avoir un plateau assez exceptionnel, comprenant des acteurs issus du secteur privé et public, des agences web et des personnes issus de services informatiques. Il y avait également des indépendants, des profils techniques et management, des experts accessibilité, une personne mal voyante. Bref, tout cela a donné une formation passionnante au moins pour les formateurs ;). En ce qui concerne l'avis des stagiaires, je vous laisse juge au vu des témoignages recueillis à la fin du stage ou dans les jours qui ont suivi. Ce que vous avez préféré En amont, l'accès à la plate-forme et au livre est très sympa et surtout motivant. Malgré la vastitude des sujets, vous avez su nous synthétiser l'essentiel. Le confort des sièges qui qui illustre le soin apporté aux stagiaires. L'approche pratique des différentes problématiques et son écho dans notre propre vécu professionnel Qualité de l'information et échange avec d'autres univers L'interactivité entre les formateurs et les participants, très bonne ambiance. Management, Jeux de rôle, usages sur le terrain L'ambiance globale le groupe et la diversité (privé, public, techniciens, chefs de projets marketing...) Les anecdotes qui rendent la technique nettement moins opaque. merci pour l'experte vulgarisation. La qualité des formateurs, un professionnalisme à toute épreuve La « déculpabilisation » des participants, prenant en compte les contextes dans lesquels ils évoluent et la capacité de chacun (personnelle et structurelle) au profit de l'amélioration. La présentation claire de la notion de qualité vs accessibilité. Le réel gain en matière d'intégration du référentiel sur des cas concrets, dans la vraie vie, même lorsque l'on est « familiarisé » avec les bonnes pratiques. Les échanges avec les participants (partages des contextes). Formation en binôme, enrichissement de la formation. Les points à améliorer selon vous Rien à améliorer sauf l’outil de certification mais pris en compte lors de la formation. Un peu moins cadencé, un peu plus posé Néant La partie jeux de rôle demande plus de temps et les enjeux sont vraiment importants. Il va falloir porter le sujet. L'heure d'arrivée des croissants le matin En amont : tester quelques sites. Étude de cas : perte de temps sur les travaux pratiques. J’aurais aimé travailler sur des sites à mon niveau (petit) et réaliser quelques actions concrètes (constats, plan d’action etc.). J’ai ramé du fait de mon modeste niveau…. surtout jeudi de 14 à 16h. Peut-être, alléger un peu la partie concernant le passage de la certification (pas l'examen en lui même mais sa présentation) au profit par exemple d'un panorama plus étendu des outils et des méthodes d'évaluation. Nous avons déjà beaucoup d'éléments en main avec les informations reçues par mail et la plateforme d'entraînement à la certification. Mais c'est vraiment un détail s'il faut trouver quelque chose. Au niveau des horaires, il me semble que notre attention n'était pas optimum entre 17:00 et 18:00, mais je comprends qu'il faille rallonger les 2 premières journées pour finir tôt le vendredi. J'y réfléchis et j'envoie par mail Les viennoiseries AVANT l’examen ☺ Avis général Excellent Super intéressante, très calibrée. SOutenue mais riche d'exemples. Une formation au top, digne d'Opquast. Merci Opquast TOP ! Super formation, elle m'a persuadée en tant qu'expert que l'accessibilité était parfaitement miscible dans une approche qualité. Top, à recommander ! Stimulante Une formation de très bonne qualité ! :p. Sérieusement je suis ravie, cela m'a permis de structurer certaines notions un peu floues jusqu'à lors, de répondre aux que[...]



Nouvelle école partenaire : IUT Limousin

2016-12-01T12:49:14+01:00

(image) Nous accueillons aujourd'hui une 22e école partenaire, l'Institut Universitaire de Technologies du Limousin. L'arrivée de ce nouveau partenaire concerne la toute nouvelle formation "Développeur d'Applications Web et Big Data", créée par le département Informatique et le département Métiers du Multimédia et de l'Internet de l'IUT du Limousin.

La première promotion de cette licence professionnelle compte 18 étudiants, tous pris en alternance dans des entreprises locales membres de l'Aliptic. Parmi elles, Emakina, l'un des partenaires historiques d'Opquast, mais aussi Althea, Dynadmic, Fractal Corp, Goomeo, Iconosquare, Leggett Immobilier, Proxim'it, Sanilea, Tech'in Sport.

Opquast et l'IUT du Limousin viennent de signer une convention qui prévoit un accès aux contenus de formation et d'entraînement pour les 18 étudiants ainsi que le passage de la certification Opquast.

Nous sommes actuellement en contact avec de nombreux IUT, licences professionnelles et masters qui envisagent de mettre en place ce type de partenariat. L'université du Limousin -dans laquelle j'ai enseigné la qualité Web pendant quelques années- montre le chemin. C'est tout à fait possible, et cela se cadre fort bien. Donc, n'hésitez pas à nous faire signe et à leur emboîter le pas si vous voulez utiliser nos contenus et notre certification pour professionnaliser vos étudiants.

Communique de presse de création de la licence (PDF-1,6Mo)




Devenir responsable qualité Web - Sessions 2017

2016-11-21T15:04:35+01:00

Cette semaine aura lieu à Paris la dernière formation Devenir Responsable Qualité Web de l'année 2016. Pour la première fois depuis la création de cette formation il y a déjà... un petit moment, le succès est tel que nous avons dû refuser des stagiaires. C'est très bon signe pour la qualité Web en général qui devient un sujet tangible dans les entreprises. C'est aussi une bonne raison pour réserver dès aujourd'hui votre place pour une des sessions 2017.

En 2017, nous allons organiser cinq sessions à Paris et une à Bordeaux. Toutes les formations devraient avoir lieu chez Mediasite dans le 17e à Paris, ou au Node de Bordeaux pour la session bordelaise.

Le programme prévoit trois jours intensifs de qualité Web pour former les futurs responsables de ce sujet dans les organisations. Si vous voulez savoir qui est le responsable qualité Web et ce qu'il fait dans la vie, consulter la fiche de ce poste sur le portail des métiers de l'Internet.

Il prévoit à la fois des aspects stratégiques sur la gestion d'un parc de site ou la communication autour de la qualité Web, la compréhension et la montée en compétences sur les bonnes pratiques, l'audit de site, la maîtrise des outils, etc. Ce métier est exercé en agence, chez l'annonceur ou même en assistance à maîtrise d'ouvrage.

Parmi les compétences à maîtriser, les bonnes pratiques Opquast et le vocabulaire associé font partie de la trousse à outil du responsable qualité Web en organisation. C'est pourquoi nous offrons aux stagiaires :

  • Le livre Qualité Web : la référence des professionnels du Web
  • la possibilité d'accéder à une plate-forme d'entraînement à la certification 1 mois avant la formation
  • la possibilité de passer la certification Opquast le troisième jour de la formation.

Voilà, nous espérons avoir le plaisir de vous voir sur l'une des sessions 2017, réservez rapidement votre place.

Informations pratiques

  • Formation "Devenir responsable qualité Web"
  • Formateurs : Elie Sloïm / Laurent Denis
  • 8, 9 et 10 mars 2017 à Paris
  • 17, 18 et 19 mai 2017 à Bordeaux
  • 14, 15 et 16 juin 2017 à Paris
  • 20, 21 et 22 septembre 2017 à Paris
  • 8, 9 et 10 novembre 2017 à Paris
  • 13, 14 et 15 décembre 2017 à Paris

Pour vous inscrire, n'attendez plus et téléchargez le coupon d'inscription (PDF, 205ko)




Mémento Sites Web : les bonnes pratiques - 4ᵉ édition

2016-11-18T09:21:20+01:00

Excellente nouvelle : le désormais classique mémento des bonnes pratiques de la qualité Web arrive ces jours-ci, chez Eyrolles, dans une toute nouvelle édition. Même si nous préparions cette nouvelle édition depuis longtemps, les embouteillages de la rentrée littéraire n'ont pas permis une sortie simultanée avec le livre Qualité Web. Il suffisait d'attendre un peu : revoici donc les bonnes pratiques, cette fois en version poche. Pour ceux qui ne connaissent pas la collection des mémentos, ce sont des petits aide-mémoires publiés par l'éditeur Eyrolles sur tout un tas de sujets informatiques ou liés à Internet. Il en existe sur l'ergonomie, sur CSS3, sur la performance Web, sur HTML5 ; bref, ce sont des dépliants pratiques à avoir à portée de main au quotidien sur son bureau. La check-list de bonnes pratiques Qualité Web Opquast est particulièrement adaptée à ce support : Eyrolles m'en a donc proposé l'édition dès 2007. Depuis nous avons eu 4 versions et un bon gros paquet de tirages, puisque nous approchons des 15 000 exemplaires vendus, avant même la sortie de cette nouvelle édition. A ce stade, je tiens à faire deux petites précisions : Tout d'abord, dans leur charte graphique, les mémentos Eyrolles montrent des éléphants. Dans les prochains jours, vous risquez d'être la 394ᵉ personne qui me demandera : mais pourquoi des éléphants ? Eh bien, c'est très simple. C'est à cause de la mémoire. D'éléphant. Ce sont des aide-mémoires. D'éléphant. C'est bon, vous l'avez ? Ça c'est fait. Deuxième chose : il existe un mot interdit pour désigner ce mémento. Le mot-qu'on-ne-doit-pas-prononcer est PLAQUETTE. Comme dans : "Oh c'est gentil de m'avoir offert ta plaquette commerciale". Bien. Ceci étant posé, quelles sont les nouveautés de cette nouvelle plaquette édition ? Pour commencer, nous avons revu et modernisé la partie dédiée à la qualité Web et au modèle VPTCS (Visibilité, Perception, Technique, Contenus, Services). Il est de plus en plus utilisé en tant que modèle UX/UI. Surtout il permet de comprendre les enjeux et le périmètre de la qualité Web. Ensuite, nous avons mis à jour le contenu du mémento avec les 226 bonnes pratiques de la version 3 de la check-list qualité Web (oui, oui, celle qui sert pour l'obtention de la certification Opquast, que vous connaissez forcément si vous êtes un professionnel du Web ;)). Les check-lists dédiées aux différentes phases de la production des sites ont été supprimées, car nous manquions de place et qu'il nous a semblé plus pertinent d'avoir ces contenus dans le livre qualité Web (que vous avez déjà dans votre bibliothèque, j'en suis certain). Nous avons en revanche remplacé ces check-lists par les soixante-dix recommandations pour la qualité Web, qui viennent utilement compléter les bonnes pratiques. Une dernière chose : les premiers mémentos étaient signés uniquement de mon nom. Laurent Denis est maintenant co-auteur et ce n'est que justice pour tout le travail qu'il a mené sur ces contenus. Voilà. Vous pouvez acheter le mémento sur la boutique Opquast, chez Eyrolles, chez votre libraire préféré ou encore chez Amazon. Et comme d'habitude, vos commentaires et critiques sont les bienvenus. Informations pratiques : EAN 9782212144420 Date de parution : 21 novembre 2016 Longueur 21 cm Largeur 10 cm Épaisseur 1 cm Poids 36 g Prix : 7€ [...]



Retour sur l'Opquast Day (2 - après-midi)

2016-11-17T15:59:53+01:00

La quatrième édition de l'Opquast day a eu lieu le 10 novembre. Après la première partie consacrée à la matinée partenaires, voici la deuxième partie de notre compte-rendu, consacrée à l'après-midi dédié aux clients, avec le bilan de l'année et les très attendues statistiques de la certification. Qualité web, livre et mémento Comme le matin, nous avons démarré par un rapide tour de salle et bien nous en a pris, car les agences et écoles partenaires avaient invité beaucoup de leurs clients : ceux-ci ont eu l'occasion de se présenter, ce qui était important. Ensuite, traditionnellement, je présente rapidement ce qu'est la qualité Web. Si vous voulez voir ce que ça a donné l'année précédente, la vidéo est en ligne (elle dure à peine 5 minutes). Nous avons eu la chance de recevoir Alexandre Habian, des éditions Eyrolles, qui est venu nous parler du livre qualité Web (presque 1000 exemplaires vendus en deux mois), qui nous a apporté le seul et unique exemplaire en sa possession de la toute nouvelle édition du Mémento Sites Web : les bonnes pratiques. Celui-ci sort en effet ces jours-ci en librairie. Nous allons vous en reparler très bientôt. Labellisation ARSLA Nous avons demandé à Audrey Vittecoq Laporte, de la société Ecedi, de nous présenter la démarche de labellisation Opquast menée sur le site de l'Arsla. Audrey et Viviane Montagne, responsable du site ARSLA, nous ont expliqué comment s'était déroulée la labellisation Opquast de ce site, ce que le travail avait permis comme progrès en termes de compétences ainsi que sur le site lui-même. Je vous conseille de découvrir le site de l'ARSLA. Les chiffres de la certification Nous avons ensuite démarré une séquence fort attendue : la présentation et les statistiques annuelles de la certification Opquast. Voici quelques chiffres : 1035 passages dont 233 professionnels Moyenne globale : 622 Moyenne des professionnels : 782 Moyenne des étudiants : 564 Ecoles en volume : Webforce3 ESCEN Web School Factory Et également SupdeWeb, coding School, Hetic… Partenaires Opquast en volume : Emakina Clever-age V-Technologies Et également ekino, Wonderful… Annonceurs en volume : Leroy-Merlin - Atecna JeChange.fr CIC Et également Happy-Technologies, Région Île-de-France, SQLI. Le nombre de certifiés double à peu près chaque année depuis fin 2014. Nous en sommes à 634 certifiés en 2016, contre 332 en 2015. Le nombre de personnes qui s'entraînent augmente également très régulièrement. Le top des pros : Bertrand Binois (Pas de Calais) - 975 Nicolas Hoffmann (Agence - Suisse) - 950 Vincent Valentin (Clever Age) - 950 Emmanuel Pelletier (V-technologies) - 945 Marie Hanotte (Acti) - 945 Alexandre Jardin (Emakina) - 940 Armand Renaudet (Ekino) - 940 Julien Breton (V-technologies) - 940 Chloé Sarda (Kaliop) - 940 Le top des étudiants : Najib Tsouria-Belaïd (Webforce3) 910 Marianne Laurent (L’école Multimédia) 905 Adrien Rousselet (Webforce3) 900 Guylaine Michelet (ESCEN) 895 David Courtaigne (Webforce3 880 Charlee Da Tos (ESCEN) 875 Sebastien Blet (Webforce3) 875 Luke Martin (Coding school) 870 Sophie La (Web School factory) 870 Camille Vuaille (Hetic) 865 Bravo et merci à tous ! Certification chez l'annonceur Après une pause dédiée aux échanges informels, nous avons repris avec un débat collectif sur l'intérêt de la certification à la fois chez les prestataires et les annonceurs. De mon point de vue, les annonceurs doivent passer la certification Opquast pour maîtriser la culture nécessaire aux échanges avec les prestataires. J'aurais volontiers aiguillé le débat en vue de la confirmation de cette hypothèse, et pourtant, ce n'est pas tout à fait ce qui s'est passé. Tout d'abord, plusieurs des annonceurs p[...]



Retour sur l'Opquast Day (1 - matinée)

2016-11-15T12:05:15+01:00

La quatrième édition de l'Opquast day a eu lieu jeudi 10 novembre chez Mozilla Paris. D'après les premiers retours, ce fut une excellente journée, aussi bien pour les intervenants que pour le public. Voici en guise de première partie, un petit résumé de la matinée. La matinée était en théorie réservée aux partenaires. Presque toutes les agences partenaires étaient d'ailleurs présentes ainsi qu'une bonne partie des écoles partenaires. Cela dit, en pratique, plusieurs membres d'entités pas encore partenaires sont elles aussi venues nous rendre visite dès l'ouverture. Après l'accueil, nous avons directement attaqué la journée avec un tour de salle puis une rétrospective 2016. Nous avons bien entendu parlé de la sortie du livre Qualité Web, mais aussi des conférences, articles et avancées effectuées en 2016. Nous avons abordé les différents partenariats passés en cours d'année. Il est toujours passionnant de faire la synthèse d'une année de travail sur un projet comme Opquast. Mis à part les avancées normales du projet, la principale annonce de la matinée concernait tout de même la séparation d'Opquast et Temesis en deux structures séparées. Je reviendrai en détail ici-même très bientôt sur cette opération, mais très prochainement, vous pourrez retrouver d'une part la société Opquast SAS que je continuerai à diriger, et de l'autre côté Temesis, qui sera dirigée par Aurélien Levy. Opquast va continuer à se concentrer sur la qualité Web, surtout sur les formations et certifications ainsi que le travail sur les chartes et référentiels. Temesis va, quant à elle, s'occuper des missions liées à l'audit et au conseil, sur l'accessibilité mais pas seulement. Je savais dès l'arrivée d'Aurélien qu'il monterait sa société un jour ou l'autre. Je n'avais pas forcément prévu qu'il serait celui qui allait reprendre Temesis, le bébé que j'avais fait naître en 2000, mais en tous cas, lui comme moi sommes ravis de cette décision qui devrait permettre aux deux projets de s'épanouir plus clairement, chacun de son côté. La matinée s'est poursuivie avec la présentation de projets des étudiants de la Web School Factory. Ils vont travailler autour de l'insertion des étudiants handicapés. Nous nous sommes dit qu'il serait intéressant pour eux de présenter leur projet et de rencontrer des professionnels déjà impliqués sur le sujet. Nous avons enchaîné avec les retours sur la certification Opquast en agence. J'ai donc demandé à Delphine Malassingne (ekino), Olivier Porrachia (Alienor.net), Olivier Keul (Clever-age), David Lafon (emakina), Yann Olive (V-technologies), rejoints par Amanda Martinez (Wonderful), de nous faire part de leur expérience. Pour rappel, ils sont responsables qualité Web en agence, et ils ont été amenés à faire passer la certification à leurs équipes. Le record est détenu par Emakina, avec plus de trente certifiés, mais les autres agences se défendent très bien aussi. Franchement, le tableau de la certification en agence est très enthousiasmant, aussi bien du point de vue de l'émulation, de la formation ou de la reconnaissance. Mais surtout, surtout, les responsables qualité Web ont témoigné de quelque chose que nous attendions depuis longtemps : de l'avis unanime, dans toutes les agences concernées, le niveau des productions a monté. Et ça c'est essentiel, car cela justifie les check-lists, le livre, les outils et la certification. À l'issue de cette présentation, nous avons enchaîné sur les développements à venir et sur les attentes des partenaires par rapport au programme Opquast. Une grande partie de l'Opquast day a pour objectif les échanges entre écoles, partenaires agences, et autres acteurs de la qualité Web. Le dé[...]



Accessibilité numérique, optimisme et devoir d’exigence

2016-10-31T12:34:47+01:00

Suite à la publication de mon dernier billet sur l’article 106 de la loi numérique, j’ai eu quelques échos que cet article était quelquefois trop critique et qu’il fallait voir le bon plutôt que le mauvais.

Je souhaiterais donc aujourd'hui éclaircir ma position.

Je suis très enthousiaste des évolutions actuelles qui mettent la prise en compte de l’accessibilité numérique sur la bonne voie.

Il y a de plus en plus de gens qui s’approprient le sujet, de plus en plus d’événements autour de ce sujet, c’est très bien, allez-y.

On peut être certain que lorsque des acteurs comme Apple ou Microsoft mettent en avant la prise en compte de l’accessibilité dans leurs produits, comme cela a été le cas lors de leurs dernières conférences, cela va susciter des prises de consciences chez bien des DSI, designers, développeurs, marqueteurs, etc. On peut également être certain que les évolutions législatives et les évènements actuels autour de l’accessibilité numériques sont d’excellentes nouvelles.

Néanmoins, en tant que professionnel de l’accessibilité numérique je pense qu’il de mon devoir d’être exigeant sur le fond comme sur la forme.

Je pense qu’il est de mon devoir d’expliquer la situation tel qu’elle est sans l’enjoliver pour faire plaisir à des communicants. La situation actuelle est de nature à faire naître de nombreux espoirs, mais je sais par expérience qu’elle comporte également des risques.

Alors réjouissons-nous que les choses bougent mais surtout aidons-les à bouger dans le bon sens. Faisons en sorte que les bonnes intentions actuelles se transforment en actions efficaces et à effets rapides.




Article 106, loi numérique, vers un web plus accessible ?

2016-10-28T16:03:46+02:00

Si vous n’avez pas suivi les précédents numéros, la loi numérique a récemment été promulguée par le Président de la République et a été publiée au journal officiel le 7 octobre. Comme nous vous l’avions annoncé lors de précédents billets de blog, cette loi contient un article 106 qui a mis à jour le fameux article 47 de la loi du 11 Février 2005 pour l’égalité des droits et de chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Nous allons donc voir dans ce billet ce qu’apporte ou supprime cette nouvelle version de l’article 47. Décryptage et lecture entre les lignes… Une extension de la liste des structures concernées par la loi Doivent également être accessibles aux personnes handicapées les services de communication au public en ligne des organismes délégataires d'une mission de service public et des entreprises dont le chiffre d'affaires excède un seuil défini par le décret en Conseil d'Etat mentionné au IV. En plus des services de l'Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent, sont désormais concernés : Les organismes délégataires d'une mission de service public, Les entreprises dont le chiffre d'affaires excède un seuil qui sera défini par décret. On ne peut que se féliciter des ces évolutions. Eau, gaz, électricité, transport, courrier, banque, assurance, télécom, etc. ce sont des services indispensables qui devront désormais se conformer à la loi et être accessibles. Pour les entreprises concernées, le seuil de chiffre d’affaires reste certes à définir mais le rapporteur de la loi, Luc Belot, a suggéré en commission mixte paritaire le chiffre de 150 millions d’euros (selon lui, c'est environ 250 entreprises qui sont concernées). Ce chiffre peut malheureusement sembler bien trop peu élevé, surtout quand par ailleurs une commune de 5000 habitants aura les mêmes obligations. Mais c’est tout de même une évolution d’importance qui pourrait impacter la vie quotidienne de nombreuses personnes en situation de handicap. Il faudra cependant encore attendre le décret pour avoir le chiffre final et définitif. Reste tout de même la problématique du référentiel à appliquer à ces acteurs. Je doute que les obligations franco-françaises spécifiques au RGAA allant au delà des exigences WCAG (Web Content Accessibility Guidelines - standards internationaux) soient très bien accueillies (respect des design patterns ARIA, obligation d’avoir liens d’accès rapides + landmarks + headings par exemple). Ils pourraient logiquement être perçus comme un coût supplémentaire et donc une baisse de compétitivité. Le document d’accompagnement officiel du RGAA indique en effet qu'il est important de comprendre que si le RGAA est entièrement compatible avec les WCAG 2.0, l’inverse n’est pas forcément vrai. L'évolution du périmètre des technologies et moyens de diffusion concernés L'accessibilité des services de communication au public en ligne concerne l'accès à tout type d'information sous forme numérique, quels que soient le moyen d'accès, les contenus et le mode de consultation Premier changement à noter, le remplacement du terme services de communication public en ligne par le terme services de communication au public en ligne ce qui couvre plus clairement le cas des intranet / extranet puisque le public n’est pas forcément restreint au grand public. et concerne notamment les sites internet, intranet, extranet, les applications mobiles, les progiciels et le mobilier urbain numérique. Cette partie et particulièrement l’usage du terme notamment suppose donc qu’il est possible que d’autres choses soie[...]



Formation Opquast, 9 décembre à Paris, avec Clever Institut

2016-10-25T09:27:00+02:00

(image) Vous voulez passer la certification Opquast et vous avez besoin d'une formation présentielle pour démarrer du bon pied ? Je vous propose de vous inscrire à la formation organisée le 9 décembre à Paris par notre partenaire Clever-Institut. La formation va durer une journée. Il s'agit ici d'un programme dédié à des personnes qui souhaitent progresser rapidement sur la qualité Web, découvrir les bonnes pratiques, savoir rapidement faire de meilleurs sites et obtenir rapidement la certification Opquast.

En pratique, nous allons tout d'abord travailler sur la qualité Web et sur le mode de conception des bonnes pratiques Opquast. Nous présenterons les principes qui sous-tendent la certification Opquast. Nous traiterons ensuite la maîtrise des risques en projet Web, et l'utilisation des bonnes pratiques tout au long du processus de conception. Pour finir, nous découvrirons la plate forme d'entraînement.

Vous aurez ensuite le loisir de vous entraîner et un mois après la formation, vous pourrez vous présenter à l'examen de certification, soit dans les locaux de Clever-Institut, soit à distance depuis chez vous sous surveillance d'une personne mandatée par Opquast.

Voilà, nous espérons vous voir nombreux le 9 décembre. Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site de Clever Institut.

Informations pratiques :

  • Formation Qualité web - certification Opquast Réf : OPQ-1
  • Faites reconnaître vos compétences web et celles de vos équipes avec la certification Opquast Certified®.
  • Formateur : Elie Sloim
  • Durée : 1 jour
  • Lieu : Paris



Opquast : 226 mini-user stories

2016-10-26T17:46:46+02:00

Wikipédia indique que dans les méthodes agiles, un récit utilisateur ou user story est une phrase simple dans le langage de tous les jours permettant de décrire avec suffisamment de précision le contenu d'une fonctionnalité à développer. Pendant le dernier cycle de conférences ParisWeb, je n'ai pu assister à la conférence de Thomas Gasc, alias @Methylbro sur Twitter. Heureusement, les conférences sont enregistrées et il est également intéressant de consulter le flux twitter dédié à #ParisWeb qui permet de savoir ce qu'on a raté dans l'autre salle. Ce jour là, un tweet de Gilles Roustan a attiré mon attention, qui affirmait que le livre Qualité Web regroupait des user stories (ou récits utilisateurs) déjà écrites. Cette analyse du contenu du livre Qualité Web est l'une des plus pertinentes et des plus utiles que j'ai pu identifier au cours des dernières années. Voici pourquoi. Depuis plusieurs années, nous rédigeons des bonnes pratiques vérifiables, réalistes, qui font consensus, et surtout, qui présentent une valeur ajoutée pour les utilisateurs finaux. Pour nous assurer de cette valeur ajoutée, nous rédigeons systématiquement les objectifs de chaque bonne pratique. Leur détection et leur expression sont l'épreuve ultime d'une bonne pratique : si sa valeur ajoutée n'est pas exprimable, c'est qu'il y a un os, et nous l'oublions. Le livre comporte donc 226 bonnes pratiques et par voie de conséquence, 226 sections objectifs. Chacune de ces sections comporte elle-même plusieurs objectifs. Autant que pertinent, au cas par cas. Voici l'exemple d'une bonne pratique qui comporte quatre objectifs : La bonne pratique  : en cas de rejet des données saisies dans un formulaire, toutes les données saisies peuvent être modifiées par l’utilisateur. Les objectifs : Laisser la main à l’utilisateur sur la totalité des informations qu’il donne. Faciliter la correction des erreurs commises par l’utilisateur. Permettre à l’utilisateur de modifier des informations sur lesquelles il voudrait revenir. Éviter que l’utilisateur ne quitte le formulaire avant validation définitive. À un moment, nous nous sommes rendus compte que le fait d'identifier les objectifs nous permettait également d'identifier les risques. Nous avons appliqué cette approche pour créer Opquast Certified, notre système de certification de compétences pour les écoles du Web, les professionnels et les entreprises. Nous savons qu'Opquast est très puissant pour l'amélioration de la culture Web. Mais la notion de user stories ou récit utilisateur nous mène beaucoup plus loin. Chaque objectif énoncé dans chaque objectif de bonnes pratiques correspond à quelque-chose qui peut arriver à un utilisateur. Lorsque la bonne pratique n'est pas appliquée, la mini user story se passe mal ou ne se passe pas. Vous perdez en qualité. Le risque envisagé est avéré. Ce que nous indiquent les user stories contenues dans les objectifs des bonnes pratiques, ce sont les contextes réels de consultation du Web. Et ces contextes, vous devez les connaître. Ce sont eux qui vont vous permettre de prendre conscience de la diversité et de la réalité de ce que vivent vos utilisateurs Web. C'est cela qui génère de l'empathie. Les user stories cachées dans les bonnes pratiques Opquast sont l'une des nombreuses raisons pour garder ce livre à portée de main. Elles sont aussi l'une des raisons pour lesquelles la certification Opquast est aussi pertinente pour les professionnels du Web. Pour finir, je voudrais remercier Gilles Roustan et Thomas Gasc pour cet éclair de génie. Soyez certa[...]



Opquast day 2016 - 4e édition - le 10 novembre chez Mozilla

2016-09-27T09:41:05+02:00

Chaque année, nous organisons l'Opquast day, une journée de rencontres et d'échanges destinées à ses agences partenaires, ses écoles et ses soutiens. Cette année, ce sera la quatrième édition de cet événement. Pour la quatrième fois, ce sera Mozilla Paris qui nous accueillera dans ses magnifiques locaux. Comme les années précédentes, la journée se divisera en deux parties. La matinée est réservée aux partenaires. L'après-midi est quant à lui ouvert à d'autres publics et notamment aux clients de ces mêmes partenaires. Voici le programme et les informations pratiques.

Le programme

La journée prévoit plusieurs séquences de présentation ou de tour de table mais nous avons surtout conservé beaucoup de temps de pauses pour que nos agences et écoles puissent se rencontrer et échanger. Voici le programme prévisionnel.

Matinée (dédiée aux partenaires - agences et écoles)

  • 9h30 accueil : croissants /café
  • 10h00-10h30 : ouverture / tour de salle
  • 10h30 - 11h00 : rétrospective 2016
    • Opquast version 3, bilan
    • Le Livre : accueil et état des lieux
    • Opquast Website : nouveaux sites
  • La certification :
    • Le référentiel de compétences Opquast
    • Évolutions du training
    • Le guide de certification
    • Statistiques
  • 11h00 - 11h45 : retour d’expérience de partenaires et échanges avec la salle
  • 11h45 Objectifs et priorités 2017, annonces, discussion libre, avec attentes des partenaires sur le programme

12h30 à 14h00 Déjeuner / Rencontres / réseautage

Après-midi (ouvert aux clients et partenaires, sur invitation)

  • 14h00 - 14h30 : introduction et présentation, tour rapide
  • 14h30 - 15h00 : Opquast, état des lieux et perspectives
    • Le Livre
    • Certified : statistiques :
      • Écoles / partenaires
      • Certifiés pro / étudiants
    • Apports du training
    • Autres avancées : inventaire des certifications
  • 15h00-15h30 Table ronde clients : bonnes pratiques et certification chez l’annonceur
  • 15h30 - 16h00 : pause
  • 16h00 - 16h45 : la certification Opquast, un outil de maîtrise des risques
  • 16h45 - 17h15 : focus sur les recommandations
  • 17h15 - 17h30 : programme 2017, évolutions des référentiels, clôture

L'accès à la manifestation se fait sur inscription. Si vous êtes une agence ou une école partenaire, vous allez recevoir un accès au formulaire d'inscription dans votre newsletter dédiée.

Nous allons garder un certain nombre de places pour nos clients et pour des soutiens historiques, qui pourront venir nous rejoindre tout l'après-midi. D'autre part, si vous n'êtes pas partenaire mais que vous souhaitez venir, indiquez-le nous dans ce formulaire : nous ne pouvons pas vous garantir une place, mais nous vous contacterons dès que possible pour vous indiquer s'il reste des places disponibles.




Opquast et Temesis, sponsors Paris Web

2016-09-26T08:50:00+02:00

(image) Cette année encore, Opquast et Temesis seront présents à ParisWeb. Nous avons décidé de sponsoriser la vélotypie, qui consiste à restranscrire sous forme textuelle l'ensemble des propos tenus au cours des conférences. Cette petite brique est essentielle à plusieurs titres. Elle permet à des personnes sourdes et malentendantes d'accéder aux contenus soit sur place soit en ligne en consultant le flux vidéo de l'évenement. Elle vous permet également de lire ce qui se dit en direct sans mettre le son dans votre open Space. Elle ouvre la porte à la traduction humaine ou automatique des contenus. Elle ouvre la porte ultérieure à la recherche de propos énoncés pendant la conférence. Bref, c'est important, la vélotypie. Et ce n'est qu'une brique parmi d'autres, car c'est aussi ça Paris Web, un souci permanent de l'accessibilité, de la qualité et de l'universalité. C'est peu de choses, et c'est énorme, car cela porte des valeurs que nous aimons chez Temesis et Opquast.

Voilà aussi pourquoi nous sommes présents depuis 10 ans, très exactement depuis le 21 et le 22 septembre 2006, où Eric Daspet, Stéphane Deschamps et Adrien Leygues - co-fondateurs de l'association Paris Web - ont invité quelques-uns d'entre nous pour parler de notre intérêt, voire de notre amour du Web bien fait.

Depuis, nous n'avons raté aucune édition. Aurélien Levy s'est investi périodiquement dans l'équipe d'organisation. Il est intervenu à de nombreuses reprises, et pour ma part, je serai présent pour la 11e fois consécutive, comme Daniel Glazman et quelques autres. ParisWeb a souvent été l'occasion de rassembler toutes les équipes d'Opquast et Temesis, ce n'est plus le cas aujourd'hui, et nous ne serons que 4 présents cette année : Laurent Denis, Aurélien Levy, Eric Gateau et moi-même.

Si vous nous voyez là-bas, et que vous nous reconnaissez, venez nous voir. Si nous ne vous parlons pas directement et sommes quelquefois collés à nos vieux potes, c'est parce que nous ne les voyons pas beaucoup dans l'année et aussi que nous n'osons pas forcément vous aborder.

L'an dernier, j'ai eu l'impression que je ne connaissais plus grand monde, et une fois de plus, quelques jours plus tard, j'ai échangé avec des gens qui m'ont dit qu'ils n'avaient pas osé me déranger. Rencontrons-nous, nous sortons peu de nos tanières, et nous serons vraiment heureux de vous voir. De mon côté, je vais sans doute traîner du côté du stand Eyrolles et faire quelques dédicaces du livre qualité Web. Je serai aussi l'esclave de Nicolas Hoffmann au cours de la session de Lignthing Talks du vendredi après-midi.

Les équipes d'organisation ont changé, le public a changé, mais les valeurs ne bougent pas. Et c'est que pour ça que nous soutenons Paris Web, et que nous y serons ce jeudi matin à Montrouge. Venez.




Short list - Opquast certified pour le recrutement

2016-09-23T10:09:25+02:00

La semaine dernière, nous avons été appelés par NaturaBuy, une société qui est sur le point de recruter un nouveau membre pour son équipe Web. Cette société m'a indiqué qu'elle souhaitait faire passer l'examen Opquast certified à ses deux derniers candidats (ceux qui sont en short-list, comme on dit). J'ai donc indiqué la marche à suivre à la personne responsable du recrutement, en l'occurence, acheter deux packs de certification demandeurs d'emploi sur la boutique Opquast et nous faire parvenir les noms, prénoms et e-mail des candidats. De notre côté, nous avons envoyé le guide de certification, lancé les invitations sur la plate-forme d'entraînement, et programmé l'examen avec le recruteur. Les deux candidats ont été invités la semaine dernière, ils ont commencé directement à s'entraîner en ligne. Ils ont finalement passé l'examen ce mercredi matin. Le recruteur a assisté à l'examen qui a eu lieu dans les locaux de naturabuy. Laurent Denis a joué le rôle d'examinateur et a surveillé l'examen à distance. Dès la fin de l'examen, les candidats ont reçu leur score. De notre côté, nous avons envoyé une copie des statistiques de la plate-forme d'entrainement au recruteur. Dans l'image ci-dessus, l'un des candidats s'est entraîné pendant 4h, l'autre un peu plus de 8h. Je ne sais pas dans quelle mesure cette différence est intéressante lorsque l'on dépasse 3 ou 4 heures. En revanche, si un candidat a passé 10 minutes à se préparer, c'est à coup sûr une info intéressante ;) Des statistiques détaillées sont également disponibles pour chaque activité du parcours de formation. Elles indiquent en particulier le temps consacré aux différents quiz autocorrectifs qui concluent chaque étape et que le candidat peut rejouer autant qu'il le souhaite pour améliorer son score : Ci-dessus, l'exemple de quelqu'un qui s'est manifestement attaché à valider totalement chaque étape, quitte à consacrer plus de temps à celle qui lui a apparemment posé plus de difficulté. On a donc une idée assez précise du degré d'investissement et du rythme de progression d'un candidat. Pour finir, j'ai demandé son retour d'expérience à ce recruteur. Voici ce qu'il m'a indiqué : Nous sommes content de l’examen, de la manière dont cela s’est déroulé. Et des ressentis de nos candidats. Ils ont d’ailleurs fait des retours en direct. Les différences de scores nous donnent un élément pour départager mais je dirais aussi la manière d’aborder cette certification et leur remarque à chacun m’en a aussi appris sur eux et leurs différences. Du coup, Je me sens en confiance pour cette embauche.
 Pour le candidat, qu'il soit retenu ou pas, c'est certes un travail à fournir, mais c'est aussi un bonus, car en tant que demandeur d'emploi, il bénéficie d'une formation et d'une certification payées par l'entreprise qui envisage de le recruter. Le coût est relativement limité dans ce cas précis, puisque la certification est vendue 90€ H.T. par personne (pour les demandeurs d'emploi seulement, sinon, c'est 175€HT). C'est donc une façon simple de fournir un service au candidat et de le remercier de son intérêt pour l'entreprise. Bien évidemment, il n'est peut-être pas systématiquement intéressant de faire passer ça à des milliers de candidats mais pour des groupes de 2 à 20 ou 30 candidats, cela semble tout de même assez rusé. Lorsque l'on compare les budgets assez limités pour qualifier les candidats avec une telle certification et les montants qui sont investis généralement en recrut[...]



Octobre 2016 : Formation Qualité Web à Québec

2016-09-21T17:10:00+02:00

Les 12 et 13 octobre, je donnerai une formation de deux jours au Québec sur la qualité Web. Cette formation -la première sur le continent américain- sera co-animée avec Jean-Michel Lacroix de UX-CO et elle aura lieu au Cercle, à Québec. Elle donnera bien évidemment lieu à une certification Opquast pour chacun des participants. Vous aurez également droit à un livre qualité Web offert avec votre participation. Demandez le programme et réservez vos places. Objectifs pédagogiques Connaître les notions clefs liées aux sites et services Web ; Connaître le champ de la qualité et la notion de prévention des risques ; Connaître les bonnes pratiques qualité Web ; Connaître le processus de production et ses enjeux qualité ; Préparer et obtenir la certification Opquast bonnes pratiques qualité Web. Jour 1 : sensibilisation à la qualité Web 9h00 Présentation de l’intervenant et tour de table (objectifs et déroulement) 9h30 Présentation de la certification Opquast 10h30 Atelier qualité Web Recherche collaborative de critères de qualité 11h00 Pause 11h15 Atelier qualité Web Recherche collaborative de critères de qualité 12h30 Pause déjeuner 14h00 Modèle Qualité Web Une approche transversale et multidisciplinaire Visibilité, perception, technique, contenus et services L’expérience utilisateur au cœur de la qualité, de l’amont à l’aval de la visite Des acteurs multiples, des savoirs faire informels : un référentiel commun 15h00 Accessibilité et contextes utilisateurs Déficiences et handicap Standards WCAG, Accessiweb, RGAA Des contextes et des agents utilisateurs multiples (mobile, desktop, responsive design, robots, indexation, aides techniques) 15h30 Pause 15h45 Bonnes pratiques Qualité Définir des bonnes pratiques qualité Expliciter des attentes implicites Des bonnes pratiques utiles, vérifiables, réalistes, consensuelles, universelles L’outillage des bonnes pratiques : objectifs, solutions techniques, moyens de contrôles Les check-lists et référentiels Des bonnes pratiques générales – Livre qualité Web Des bonnes pratiques performances (Opquast Webperf), référencement (Opquast SEO), mobile (Opquast Web mobile) Appropriation de la démarche et référentiels personnalisés 16h30 Présentation de la plate-forme d'examen et de l’examen de certification 17h00 Conclusion Présentation de la plate-forme et des activités d’entraînements Bilan de journée 17h30 Fin de la journée Jour 2 : déploiement opérationnel de la qualité Web 9h00 Retour et analyse des acquis de la première journée 9h30 Panorama des méthodes d'évaluation 10h00 Audit qualité et suivi de production Audit de sites Outils d'évaluation et d'audit Opquast desktop, Opquast reporting, Capian… Mini-audit qualité Web 10h30 Pause 10h45 Suite atelier audit de sites La vie du site : amélioration continue et monitoring Pilotage de parc de sites 11h30 Processus de production des contenus et des services Web Les étapes du processus de conception Définition des besoins et des attentes, cahier des charges Prototypage et maquettage Intégration et développement , exploitation 12h00 Qualité et accessibilité Web 12h30 Pause déjeuner 14h00 Les acteurs de la conception et de la gestion d’un site Les acteurs internes : DSI, service communication, etc. Les acteurs externes : agences Web, SEO, etc. Les services tiers : intégration de contenus, transactions en ligne, etc. 14h30 La prévention des risques qualité Les coûts de non qualité Détection et la prévention d[...]



Retrouvez-nous à Accessibilité Québec le 11 octobre 2016

2016-09-19T19:15:00+02:00

Si vous êtes au Québec aux alentours du 11 octobre 2016, je serais ravi de vous retrouver à l'occasion de la conférence accessibilité Québec. J'étais déjà intervenu en 2013, et je garde un excellent souvenir des rencontres et des conférences auxquelles j'avais assisté. Je me chargerai d'ouvrir la journée en tant que conférencier vedette (j'espère que mon sujet ne sera pas trop bateau) et c'est Stéphanie Levasseur, de Desjardins, qui se chargera quant à elle de fermer la journée. Par ailleurs, j'aurai également le plaisir d'animer une conférence avec Jean-Michel Lacroix, spécialiste UX et principal concepteur de l'outil Capian. Voici les deux conférences, j'espère que les sujets vous intéresseront. Il y a également un superbe plateau d'intervenants qui interviendront tout au long de la journée, avec notamment George Joeckel, de Wave, Mike Gifford, sur Drupal 8, ainsi que François Vachon et Jean-Marie D'amour, parmi les meilleurs spécialistes québecois de l'accessibilité. Vers l’accessibilité et au-delà (conférence d'ouverture) L'amélioration de l'accessibilité des sites Internet est une priorité sociale, technique, juridique et financière. Pour la mener à bien, les professionnels du Web ont depuis plusieurs années à leur disposition de nombreux standards, méthodes, techniques et outils. L'approche la plus fréquemment pratiquée repose bien évidemment sur le fait ne pas discriminer les personnes handicapées. Pour ceci, les créateurs de sites visent la conformité aux standards internationaux qui les conduisent à proposer le même accès à tous, quelle que soit la qualité intrinsèque des contenus et services. Cette approche est certes utile et salutaire, mais elle n’est pas suffisante pour rendre le Web vraiment universel. Chaque utilisateur peut rencontrer des difficultés à accéder aux contenus et services Web, qu'il soit handicapé ou pas, et les standards internationaux d’accessibilité ne sont pas suffisants pour atteindre l’universalité du Web. Afin d’améliorer l’expérience utilisateur au-delà des seules interfaces, il est temps de se pencher sur le processus global d’accès aux contenus et services et de nous engager pleinement sur le chemin de la qualité du Web. Pour ceci, nous allons devoir faire évoluer nos modes d'intervention : nous verrons comment procéder. Méthodes d’évaluation UX et accessibilité Par Elie Sloïm & Jean-Michel Lacroix Avec la maturation des sites et applications et les méthodes de conception, la technologie est arrivée à un point de maturité intéressant. Les nouveaux développements d'importance sont moins fréquents et les refontes et itérations deviennent monnaie courante. Cette emphase sur l'évolution des produits et services numériques amène un besoin grandissant de méthodes d'évaluation de l'existant. Heureusement, plusieurs méthodes s'offrent aux professionnels pour évaluer des produits et services numériques d'un point de vue de l’expérience utilisateur et de l’accessibilité : tests automatisés, check-lists, évaluations expertes, tests utilisateurs, etc. Tous ont leurs particularités, leurs forces et leurs faiblesses et la plupart sont complémentaires. De plus, de nombreux outils s’offrent aux professionnels pour leur faciliter la vie dans ces évaluations. Cet ensemble de méthodes peut conduire à la mise en place d’un système complet d’amélioration continue, mais la vraie finalité reste l’amélioration des produits et services numériques pou[...]