Subscribe: Les (més)aventures d'Annie
http://aventuresdannie.blogspot.com/feeds/posts/default
Added By: Feedage Forager Feedage Grade B rated
Language: French
Tags:
avec  dans  des  est  faire  fait  les  mais  mes  moi  mon  pas  pour  qui  suis  sur  tout  une  ça  être 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: Les (més)aventures d'Annie

Les (més)aventures d'Annie



"When it comes to relationships, maybe we're all in glass houses, and shouldn't throw stones. Because you can never really know. Some people are settling down, some are settling and some people refuse to settle for anything less... than butterflies." Carr



Updated: 2018-03-06T04:26:05.720-05:00

 



Quand on a eu un blogue...

2009-03-06T16:38:06.956-05:00

... et qu'on a accroché son clavier, au départ, on continue d'écrire dans sa tête tous les jours. On trouve des sujets et on se narre un post. Et on se rappelle qu'on a arrêté de bloguer, donc ça ne sert à rien. Six mois plus tard, on n'écrit plus dans sa tête, même qu'on n'écrit plus du tout. Pourtant, l'envie de bloguer est toujours là. On pense souvent à recommencer. Sous le même nom ou sous un autre. Avec un tout autre sujet, voir peut-être même de la fiction. On y pense beaucoup... Oseras, oseras pas...



The end

2008-08-18T20:25:38.304-04:00

(image) Que vous dire? Que je n'ai plus le temps? Plutôt vrai. Que je n'ai plus le goût et que ça ne me manque pas? Ça dépend des jours ou des semaines.

C'est que tout s'est déroulé comme je l'avais prévu: l'offre, la démission, la nouvelle job. Depuis aujourd'hui, je suis une fonctionnaire qui prend le métro pour aller travailler dans une tour à bureaux du centre-ville. C'est très différent de la scientifique qui sautait dans son auto pour rouler vers son lab au technoparc de Ville St-Laurent. C'est 100 petites choses qui ont changé d'un coup.

Mes amours vous endormiraient fort probablement car les gens heureux n'ont pas d'histoire. S.G. et moi avons eu des vacances pluvieuses mais heureuses. Je ne l'ai jamais franchement écrit, mais quand je l'ai connu celui-là, je cherchais quelqu'un pour m'étourdir, pour faire un tour de manège sans obligations. Pourtant, dès la première conversation, on a su tous les deux qu'on serait cons de se limiter et qu'il y avait matière à développer. Trois mois plus tard, notre potentiel pour le long terme se confirme. Enfin du respect, de la communication et de la folie saine! Je suis heureuse. Et je me tape plein de livres sur les familles reconstituées et l'éducation des enfants pour tenter de ne pas me mériter le titre de monstrueuse belle-mère trop vite.

Alors par manque de temps et d'inspiration, je vais mettre un terme à cette lente agonie. Je vais arrêter de me leurrer que je vais reprendre le rythme bientôt, je ne pense pas que ce soit possible. Les (més)aventures d'Annie, ça se voulait les chroniques d'une célibataire à qui il arrivait toujours quelque chose, de cocasse ou de sombre; cela n'a plus raison d'être maintenant. Alors je me dis que si la piqûre du blog me reprend, c'est sous un autre nom et sous une nouvelle enseigne que vous me retrouverez. Merci d'avoir suivi mes (més)aventures et d'y avoir ajouté vos commentaires!



Juillet en accéléré

2008-07-28T14:25:42.069-04:00

(image) Voici grosso-modo ce qui s'est passé ce mois-ci:
  • suis partie en week-end d'amoureux avec S.G.: ce fût parfait

  • ai constaté que ma job m'ennuyait et que mes possibilités d'avancement étaient nulles

  • me suis mise à avoir le vertige et des étourdissements, comme j'avais déjà eu il y a deux ans

  • manqué beaucoup de jours de travail parce que les déplacements étaient impossibles: trop étourdie

  • ai dû me rendre à l'évidence que ça va prendre du temps pour que le fils de mon chum et moi trouvions nos places respectives dans la vie du papa

  • une partie de mes fonctions au travail m'ont été retirées en raison des risques que mes vertiges peuvent entraîner: job encore plus plate!

  • suis allée au mariage d'un collègue où un bon ami à moi m'a parlé d'un poste affiché où il travaille: j'ai appliqué sur le poste

  • ai acheté ma robe pour aller au mariage de mes amis à Cuba en janvier

  • ai vu le médecin qui a diagnostiqué une otite et m'a donné des antibiotiques

  • me suis levée couverte de plaques rouges après 7 jours avec mes pilules d'ampicilline: allergie!

  • ai reçu l'appel des ressources humaines pour passer une entrevue le lendemain

  • passé l'entrevue AVEC les plaques rouges!!!

  • revu le médecin et un ORL pour mes vertiges qui se poursuivent: on ne me trouve rien, pas certains que l'otite ait été la cause

  • suis redevenue normale après 3 jours de Benadryl

  • réservé des terrains de camping et des Bed & Breakfast au Nouveau-Brunswick pour nos vacances

  • ai reçu un deuxième appel pour passer une seconde entrevue

  • ai vu Leloup pour une histoire de courrier : son pelage ne change pas d'un poil

  • ai remarqué que je ne pourrais peut-être pas aller au mariage de mes amis en janvier dans le Sud si j'ai la job: grave déception

Reste à faire d'ici la fin de la semaine:
  • survivre à une autre journée plate au boulot

  • passer la dernière entrevue (demain!)

  • continuer de mentir à mes collègues sur mon emploi du temps

  • commencer à classer mes dossiers en cas d'éventuel départ

  • avoir la job et accepter leur offre (d'ici vendredi)

  • démissionner (vendredi)

  • paqueter la valise de l'auto et aller au lit tôt (vendredi)

  • partir en vacances avec mon amoureux et tout oublier (samedi jusqu'au 10 août)



Dix jours

2008-07-07T18:18:15.289-04:00

(image) Dix jours sans bloguer, dix jours de réflexion, dix jours à rire de voir les stats dégringoler. Certains jours, l'écriture me manque; d'autres, je n'ai pas ni le temps ni la volonté de mettre l'ordi en marche. Vos commentaires me sont acheminés directement par courriel, difficile de les ignorer; certains m'ont donné envie de tirer la plogue, d'autres alimentent encore ma réflexion. Les grandes questions demeurent pourtant sans réponses: "pourquoi je bloguais? pourquoi je continuerais? dois-je changer de sujet?".

D'ici là, je répond à certains points soulevés en commentaires ou extrapolés de ceux-ci:
  • Je n'ai jamais été aussi sensible aux commentaires que ces temps-ci. Je crois que je tente de protéger mon bonheur de ce que je perçois comme des insultes. Choisir de raconter mes (més)aventures amoureuses allait tellement de soit au départ, car ça semblait intéresser mon entourage depuis longtemps. Mais ce que je vis actuellement, j'aimerais le mettre en mots sans que ce soit terni.
  • Ce n'est pas moi qui ait dit les mots "je t'aime" en premier. Mais quand il l'a fait, sûrement trop rapidement aux yeux de tous, j'ai répondu "moi aussi". Je ne vis pas seule sur ce nuage. Depuis le début, nous arborons tous deux les lunettes magiques qui font voir la vie en rose. On est sur la même longueur d'ondes sur tout. Votre menton rejoindrait vos genoux de savoir tous les projets dont on parle... D'y penser, moi ça me fait rire!
  • Il a lu tous les textes du blogue qui le concernait en ma présence. Il n'est pas parti en courant, même si je lui ai dit de se sentir à l'aise de quitter s'il trouvait le tout démesuré. Finalement, il m'a fougueusement embrassée et m'a dit que j'écrivais bien.
  • Mon horloge biologique se porte très bien, merci. Si je n'ai pas d'enfants aujourd'hui, c'est par choix. Je n'ai pas le désir d'en avoir coûte que coûte, j'en veux avec la bonne personne. Bien sûr, j'y ai rêvé quelques fois avec certains dans le passé, mais pour beaucoup, j'ai changé d'idée bien rapidement, c'est qu'on ne fait pas d'enfants avec un gamin. Donc, je n'en ai toujours pas. J'en veux encore, mais même si je vieillis, je n'ai pas envie de forcer quoi que ce soit. Faut faire confiance à la vie, que sera sera!
  • Est-ce que je désire me caser? Oui et non. Oui, avec la bonne personne. Définitivement non pour les autres. Les offres de type "raisonnable" n'ont pas manqué dans ma vie et si une maison dans le 450 avec 1,3 enfant, deux autos, une piscine et un chalet avait été tout ce que je désirais, bordel que je me serais éviter de la peine en acceptant une de ces propositions! Le problème avec moi, voyez-vous, c'est le refus de me "contenter" d'un gars gentil que j'affectionnerais sans l'aimer réellement. Je n'ai jamais cru aux compromis sur les sentiments.
  • J'ai toujours su que mon intensité faisait peur. Intense, je le suis parfois trop. Aujourd'hui, j'ai dans ma vie quelqu'un dont l'intensité correspond à la mienne. C'est la passion du début, ça peut s'effriter, je ne le sais que trop bien. Toutefois, j'ai le sentiment que ce ne sera pas le cas de sitôt.
  • Blogicide? Fatalement, tout blogueur tue son blogue. Souvent par manque de temps d'après les décès récents. Je ne sais pas si j'en suis là. Je ne le sais toujours pas.



Indécise (édité)

2008-06-28T11:34:31.817-04:00

(image) Je n'ai pas eu une super journée aujourd'hui. Je suis irritable et les commentaires les plus inoffensifs m'atteignent. Et je viens de tomber sur ce texte du Voyou qui me laisse un goût amer en bouche et le goût de fermer ce blogue.

Je n'aime pas la critique de façon générale, ça c'est un problème avec lequel je dois "dealer" régulièrement. Si quelqu'un s'était mis en tête de critiquer mon blogue pour son style (ou son absence de), pour la qualité de mon français ou la redondance du thème, la pilule passerait mieux. Mais ces temps-ci, ce que je lis, ce sont des critiques sur ma vie et mes choix personnels. D'accord, peut-être que vous avez appris à m'apprécier au point de vous inquiéter de ma santé mentale et que vous ne voulez que mon bien, je vous en remercie. En attendant, chaque commentaire mi-figue mi-raisin est un clou de plus dans le cercueil de ce blogue.

Ça servirait à quoi que je continue à vous raconter que je suis heureuse et amoureuse quand vous n'attendez que la chute? Quand certains sont convaincus que je suis dysfonctionnelle au point que ce n'est qu'une question de temps avant la prochaine rupture? Pourquoi je devrais écrire mes aventures et ensuite vous les justifier? Non, seulement je n'ai pas à faire ça, mais ça me tente de moins en moins.

Je prend une pause pour un temps indéterminé.

Pour être plus claire, ce n'est pas seulement la question des critiques qui me fait remettre en cause l'existence du blogue. Il y a aussi le manque d'inspiration et le manque de temps. Tant qu'à écrire des inepties, autant arrêter.



Amoureuse

2008-06-15T20:31:13.096-04:00

(image) Je sais que la plupart d'entre vous ne comprenez rien. Qu'est-ce qui distingue S.G. des autres? N'est-il pas qu'un pseudo de plus dans ces (més)aventures qui ne semblent jamais vouloir s'arrêter? Je dirai ceci: Leloup, à mes yeux et même souvent à ceux de mon entourage, c'était l'Homme de ma vie avec un grand H. Depuis lui, personne n'avait su me comprendre, m'accepter et m'aimer comme je le désirais. Et j'ai cherché beaucoup quelqu'un qui m'inspirerait des sentiments aussi forts et avec qui la connexion serait aussi bonne qu'entre lui et moi. Depuis janvier 2006, personne n'a été à la hauteur. Et puis S.G. a croisé mon chemin. C'est tout nouveau, mais c'est ce que j'ai vécu de plus fort et de plus vrai depuis Leloup. Et aujourd'hui, entre les deux, je n'aurais aucune difficulté à choisir: S.G. est mon homme à moi. C'est un cadeau de la Vie que j'accepte. Les mots semblent trop petits pour la grandeur de ce qui se passe...

*****
Tout ce que je voudrais écrire n'est pas permis. On ne peut pas annoncer certaines choses de but en blanc. On ne peut que les souhaiter...

Je souhaite que tu me regardes toujours ainsi.
Je souhaite que nous vivions ces deux années de passion folle que je promets.
Je souhaite que jamais rien de mal ne t'arrive et que tu ne meures jamais.
Je souhaite que ton fils m'aime assez pour un jour me considérer comme un membre de sa famille.
Je souhaite me réveiller à tes côtés tous les jours où c'est possible.
Je souhaite que tu rencontres mes amis, ma famille et tout mon entourage pour qu'ils voient à quel point tu me rend heureuse.
Je souhaite te rendre heureux et être là pour partager avec toi le rose et le sombre.
Je souhaite choisir les couleurs de nos murs un jour prochain.
Je souhaite, un peu follement, porter une robe blanche pour te rejoindre au bout d'une allée, entourés de ceux qu'on aime, si le cœur nous en dit.
Je souhaite te faire les plus beaux enfants du monde.
Je souhaite que tu lises ce blogue, parce que tu l'as mérité par ta patience et ta confiance, parce que je t'aime.



L'avenir se dessine en rose

2008-06-12T08:08:05.381-04:00

(image)
Au détour d'un chemin tortueux, retrouver ses vingt ans. Les yeux qui brillent, les cœurs palpitant et les corps qui s'enflamment encore et encore. Rien ne peut plus être comme avant. De par ses yeux, ses mains, sa voix, le monde a changé. Les ombres ont disparu et le doute ne fait plus partie du quotidien. La peur, vieille compagne de jadis, est désormais un souvenir. L'envol est permis, plus besoin de filet.

Il n'était pas là, puis il y était; imprévisible et incontournable. Plus qu'une oasis dans mon désert, beaucoup plus qu'un prénom sur une trop longue liste, plus que ce que le Destin avait dévoilé avant. Et enfin à ses côtés, hier n'est qu'un chemin vers lui, le présent file trop vite et l'avenir se dessine en rose.



Bonne Fête blog!

2008-06-12T08:08:34.299-04:00

(image) Tu as un an aujourd'hui. Et étrangement, ton existence me pèse comme jamais en ce vendredi. Ce n'est pas si facile de te faire vivre. Je m'étais fixé comme objectif de le faire pour 12 mois et je suis contente d'y être parvenue. Je n'avais jamais cru qu'autant de gens viendraient te lire et s'intéresseraient à ce que tu racontes. Je n'avais pas pu imaginer que parmi tes lecteurs, il y aurait également les acteurs de mes (més)aventures. Et qu'à cause d'eux, tu changerais.

C'est que tu ne dis pas tout, cher blog, tu en caches tellement que les gens ne comprennent pas bien. La censure et le sens des convenances t'ont souvent baîlloné, il a fallu dissimuler et camoufler sans que ça se voit trop. Si nous n'avons jamais menti, on a déguisé la vérité quelques fois, on a régulièrement fait les coins rond, et on s'est fermé la plume plus fréquemment qu'on aurait voulu.

Tu as fait croire aux gens que Marc et Steff étaient deux personnes différentes, quand en fait, on parle du même gars. À sa demande, tu as tenté de brouiller les cartes pour protéger sa vie privée. C'est, à ce jour, ton plus gros mensonge. Tu n'as pas dit à quel point L'Épistolier t'avait inspiré des sentiments forts la première fois que vous vous êtes fréquentés; et tu as encore moins parlé du fait que seule la Raison était impliquée lors de votre deuxième ronde de fréquentations.

Mais si je t'en veux aujourd'hui, c'est à cause de Messire. Avec lui, tu n'as jamais révélé les doutes du Coeur et tu n'as pas parlé quand les Sens se sont mis à faillir. Je sais que tu ne pouvais le faire, car le principal intéressé était un fervent lecteur, habile à lire entre les lignes ce qui ne s'y trouvait même pas. Tu as raconté une belle histoire où j'ai eu l'air de faire des projets et de vivre le parfait bonheur, alors qu'en fait, les plans d'avenir était l'oeuvre de Messire et que le bonheur n'a pas duré au-delà des premières semaines. Toutes les disputes et la bisbille ont été tenues secrètes. Il le fallait, au cas où tout se tasserait, pour éviter des regrets d'une plume trop impulsive. Je crois que tu n'as pas assez parlé du fait que la plus grande blessure de cette histoire fût de réaliser que je m'étais trompée et leurrée sur mes sentiments, que j'ai, une fois de plus, tenté de faire marcher un truc impossible.

Tout n'est pas ta faute, blog, c'est la mienne aussi. Depuis un an, d'aventure en mésaventure, j'ai oublié de relire ton entête et je me suis retrouvée à oublier les papillons. J'ai fini par ne plus savoir ce que c'était que l'amour, à force de m'impliquer dans des relations purement inspirées par la Raison. I was settling, almost settling down. I won't let it happen again.

J'aime bien ce que tu racontes ces jours-ci. On peut dire que c'est vite, voir trop vite. On peut dire que je m'emballe pour un rien et passe d'un à l'autre comme d'autres changent de sous-vêtements. On peut dire que je suis dépendante affective, désespérée, folle, etc. Mais tu peux l'écrire haut et fort: les papillons que je croyais s'être envolés pour de bon il y a longtemps, je les ai retrouvés.



Pour lui...

2008-06-05T12:04:22.102-04:00

... j'ai entendu cette chanson dans mon auto, le soir de notre première date. Je ne savais pas trop ce qui m'attendait, mais j'espérais. Depuis, j'ai pu l'entendre régulièrement et à chaque fois, je pense à lui en la chantonnant... La liste, par RoseAller à un concertRepeindre ma chambre en vertBoire de la vodkaAller chez IkeaMettre un décolletéLouer un meubléEt puis tout massacrerPleurer pour un rienAcheter un chienFaire semblant d'avoir malEt mettre les voilesFumer beaucoup tropPrendre le métroEt te prendre en photoRefrain:Jeter tout par les fenêtresT'aimer de tout mon êtreJe ne suis bonne qu'à çaEst ce que ça te déçoit ?J'ai rien trouvé de mieux à faireEt ça peut paraître bien ordinaireEt c'est la liste des choses que je veux faire avec toiTe faire mourir de rireAspirer tes soupirsM'enfermer tout le jourEcrire des mots d'amourBoire mon café noirMe lever en retardPleurer sur un trottoirMe serrer sur ton coeurPardonner tes erreursJouer de la guitareDanser sur un comptoirRemplir un caddieAvoir une petite filleEt passer mon permisRefrainha haha yaha yaha haJe sais je suis trop naïveDe dresser la liste non exhaustiveDe toutes ces choses que je voudrais faire avec toiT'embrasser partoutS'aimer quand on est saoulsRegarder les infosEt fumer toujours tropEveiller tes soupçonsTe demander pardonEt te traiter de conAvoir un peu de spleenEcouter Janis JoplinTe regarder dormirMe regarder guérirFaire du vélo à deuxSe dire qu'on est heureuxEmmerder les envieux. [...]



Yulblog, ticket, détails, etc.

2008-06-04T23:57:45.810-04:00

(image) J'arrive du Yulblog où j'ai fait un saut très bref, histoire de voir qui s'y trouvait et de fixer les détails avec Daniel pour notre soirée théâtre de vendredi. Petite sortie qui m'a coûté cher compte-tenu que je me suis stationnée devant une borne fontaine sans le réaliser; j'ai très bien réalisé que j'avais un beau ticket de 52$ sur mon pare-brise en sortant par contre. *grrr*

Enfin, ça ne réussira pas à me rendre malheureuse, j'ai un sourire permanent dans la tête. Le Destin m'a joué un bon tour. Je m'étais dit qu'un mois complet serait nécessaire pour oublier la dernière mésaventure. Et je n'avais pas l'intention de chercher à rencontrer d'ici là. Sauf que, pour espionner Messire sur internet, j'ai dû me créer une fiche et quoique peu complète, cette fiche a fini par engendrer des échanges via msn avec un charmant inconnu. Ces échanges ont engendré des conversations téléphoniques de plusieurs heures. Ces conversations ont mené à un souper dimanche soir, qui a en a entraîné un autre lundi soir pour finir par une soirée chez lui hier soir. Trois jours, trois dates avec ce Sexy Gentleman (Ah! ah! finalement, trouvé un pseudo!).

Totalement imprévu, totalement parfait. Sexy Gentleman, a.k.a S.G., a 34 ans, un bon boulot, une maison à Laval. Il est éduqué, cultivé, adore voyager et partage ma passion pour le vin et la bonne bouffe. Il est intense avec une touche de romantisme et je sens vraiment que nous sommes sur la même longueur d'ondes. J'ai l'impression de toujours l'avoir connu et que je peux lui raconter n'importe quoi. J'ai des papillons quand je sais que je vais le voir, je vérifie la présence de texto sur mon cellulaire 15 fois par jour, et ce soir, je suis rentrée du Yulblog tôt parce que je voulais lui parler avant d'aller dormir (il est en voyage d'affaires, d'où que la 4ième date est pour vendredi). Je m'ennuie dès qu'on se quitte et je pense à lui pratiquement non-stop. Et ce qui est bien, c'est que lui aussi. Je le sais, car on se le dit, sans jouer de game ou tenter de cacher ce qu'on ressent. Je ne me rappelais pas que la passion avait ce goût-là; depuis Leloup, personne ne m'a inspirée des sentiments du genre...

Pas encore de red flags à l'horizon. Juste une nouveauté pour moi: il a un fils de 5 ans. Je n'ai jamais fréquenté de "papa". Et étrangement, ça ne me dérange pas du tout. Faut dire qu'il aimerait avoir d'autres petits un jour alors on a ça en commun. "Miroir, miroir, dis-moi qui sera belle-mère et si le Petit la trouvera cool ou marâtre?"

C'est très étrange tout ça. C'est rapide, toutefois la peine que j'ai eue pour mon histoire avec Messire a été aiguë et brève, je m'en suis remise beaucoup plus vite que je ne croyais. Je ne sens pas que S.G. est un rebound ou un palliatif. Je crois que j'avais besoin de rencontrer Messire pour me permettre de croiser la route de S.G ., que c'était comme un passage obligé. Je reste prudente, mais je me laisse aller.



Imprévu

2008-06-03T18:45:52.297-04:00

On dit que quand la Vie ferme une porte, elle ouvre une fenêtre... je suis d'accord. On est mardi, je m'en vais à ma troisième date en trois jours... on est incapables de s'en empêcher, on dirait. C'est fou. Fou, mais tellement bon. Je vous en reparle dès que je lui trouve un pseudo. Des suggestions?



Annie and the City

2008-05-31T15:22:29.446-04:00

(image) Mon superviseur m'a complimentée sur mon look quand je suis arrivée au bureau, je l'ai regardé et j'ai dit:"je vais voir Sex and the City ce soir". Il a sourit et dit: "Well, you look the part". S'en suivit une journée de fou à préparer ma présentation pour D.C., tout en sachant que je devrais la retravailler encore ce week-end. Note mentale: il faudrait d'ailleurs s'y mettre au lieu de bloguer.

Dix-huit heure! Je quitte le boulot direction le Marché Central où mon ami Marco m'attend, billets en main. La salle de cinéma est remplie de femmes qui, elles aussi, "look the part", et quelques spécimens mâles perdus dans cet océan d'œstrogène. Je ne révélerai pas le contenu du film, je ne vous ferais pas cela. Moi, j'ai beaucoup aimé. C'est parfois un tantinet long et moins "punché" que la série, mais de retrouver tous les personnages que je croyais ne jamais voir revivre de nouvelles aventures fût un pur délice pour moi. Alors j'attends maintenant la sortie du DVD pour pouvoir le revoir encore et encore!

Sortie du cinéma, la deuxième partie de la soirée pouvait commencer: alcool, danse et flirt avec un ou des inconnus! Marco, ma copine Frédérique et moi nous sommes rejoint chez France pour prendre un verre de vin avant de se rendre à Taverna. France a téléphoné à V. qu'elle avait croisé la semaine précédente afin de lui demander s'il serait là (si vous ne vous rappelez pas de lui, j'en parle ici, ici et ici). Donc une fois au bar, ce ne fût pas une surprise de tomber sur lui. Hum, peut-être que l'inconnu serait connu finalement! J'ai d'abord pris le parti de l'observer de loin sans un mot, surtout lorsque France m'a appris qu'il m'en voulait un peu. Mais l'alcool aidant, je n'ai pu résister et me suis approcher...

Ouf! le moins que l'on puisse dire c'est que la chimie physique passe entre lui et moi. Il a confessé que je lui avais fait de la peine l'été dernier avec mes indécisions, qu'il avait espéré. Avant de quitter le bar vers 3h, il m'a dit de l'appeler, n'importe quand, pour n'importe quoi, qu'il en serait content. Je ne comprends pas ce que je lui ai fait à celui-là que toutes ses intentions à mon endroit soient si sérieuses. Et je ne comprends pas non plus pourquoi je refuse de lui laisser sa chance...

... faut dire que je vous ai caché quelque chose: j'ai fort probablement une date avec quelqu'un d'autre dimanche soir. À suivre!



Tag! à la cuisine!

2008-05-27T22:32:08.448-04:00

Les amis veulent toujours jouer avec moi! C'est pourquoi Daniel Paillé m'a taguée!
  1. Mettre le lien de qui m'a taguée
  2. Mettre le règlement sur mon blog
  3. Répondre aux 6 questions suivantes
  4. Taguer 6 personnes à la fin du billet en mettant leur lien
  5. Avertir directement sur leur blog les personnes taguées

Question 1 : Un
aliment ou produit que je n'aime pas du tout.

Le foie! Beurk! ainsi que les rognons, coeurs, et autres organes que j'aurais pu disséquer jadis pendant mon bac. J'aime le foie gras par contre.

Question 2 : Mes trois aliments favoris.

Les petits fruits (fraises, framboises, bleuets), le fromage sous toutes ses formes et saveurs, et la crème brûlée.

Question 3 : Ma recette favorite.

Je fais des petites boulettes de viande sauce barbecue que j'aime beaucoup et aussi des pâtes aux champignons sauce béchamel.

Question 4 : Ma boisson favorite.

Vin rouge! Shiraz pour être précise.

Question 5 : Le plat que je rêve de réaliser et que je n'ai toujours pas fait.

J'aimerais pouvoir faire le ragoût de boulettes de ma grand-mère, mais je pense que la recette s'est perdue quand elle nous a quitté.

Question 6 : Mon meilleur souvenir culinaire.

J'ai de nouveaux souvenirs culinaires à tous les mois grâce à mon amie Brigitte qui nous organise ce qu'on appelle une "activité gourmande" mensuellement. Elle nous donne un thème et chacun apporte un plat selon ce thème. Vous dire tout ce qu'on peut se faire comme cochoncetés!

Je tague: Véronique, Le lapin blanc, Panique, Sara, David, La Souris.




Méthode anti-stress

2008-05-26T21:01:23.170-04:00

  1. S'habiller confortablement mais garder les pieds nus.
  2. Faire de la place dans le salon.
  3. Mettre la chanson suivante:(object) (embed)

  4. Monter le volume jusqu'à la limite tolérée par les voisins.
  5. Chanter à tue-tête et danser comme si vous aviez 5 ans!



Les lilas sont en fleur

2008-05-25T16:11:16.181-04:00

(image)
Vendredi, je me suis levée et mon envie de mordre dans la vie était revenue. J'ai réalisé que de repousser toute pensée tournée vers Messire et vers le passé aidait beaucoup. Alors je tente de me tenir à cette résolution depuis: y penser le moins possible. Mon taux de réussite varie mais se maintient au-dessus de 85%.

Ce qui a aidé mon humeur, c'est la nouvelle que j'allais à Washington début juin pour le boulot afin d'y présenter les résultats de mon projet. Côté carrière, c'est intéressant et ça pourrait peut-être aider mon avenir dans la compagnie. Côté perso, je ne suis jamais allée dans la Capitale de nos voisins du sud, alors je me suis organisée pour avoir un peu de temps pour jouer la touriste et essayer d'avoir un peu le feeling de la ville. Et le gros plus: ce petit voyage justifiera l'achat de nouveaux vêtements *insérez ici une Annie avec un sourire montrant toutes ses dents*.

Hier soir, j'ai accompagnée mon ami Marco à un mariage. Ce fût l'occasion de me faire jolie et de mettre une toute nouvelle robe, ce qui fait toujours du bien au moral. Les nouveaux mariés étaient très sympathiques ainsi que les gens de notre tablée. La musique était excellente et j'ai fini par laisser de côté mes talons roses Miss Sixty pour pouvoir mieux sauter et tourner à souhait. Que j'aime danser sans me soucier de ce qu'on pense de moi! Que ça fait du bien à l'âme de bouger librement! Que ça fait du bien à l'ego de revenir avec la carte d'affaire d'un des rares célibataires de la place dans son sac à main...!

Il fait beau, les lilas sont en fleur et embaument l'air. Nous avons un lilas blanc dans la cour et tout à l'heure j'irai l'handicaper de quelques-uns de ses rameaux afin d'en avoir sous les yeux dans ma cuisine. Afin de me rappeler que c'est le printemps et que la vie est belle, malgré tout.



Déboussolée

2008-05-21T19:12:03.392-04:00

Je suis vraiment mêlée. Mes émotions vont du haut au bas dans un cycle anarchique incompréhensible. Hier, je suis allée travailler; aujourd'hui, je n'en avais ni la force ni le courage. Je sais que ça ne m'aide pas de rester seule chez moi, mais c'est tout de même ce que j'ai fait. J'ai regardé la télé tout en magasinant les voyages, les condos, les chaussures et les sous-vêtements sur internet. Je n'ai rien acheté. Je sais que je veux dépenser pour me consoler et me soigner par magasinothérapie.Je n'ai pas le goût de grand chose. J'ai repoussé l'escalade jusqu'à vendredi. Je n'ai pas fait de lessive depuis plus d'une semaine et je ne saurai pas quoi porter demain si je ne pars pas une brassée. J'oublie de manger et quand mon estomac se plaint, je mange des cochonneries. Faut dire qu'il y a quelque chose qui est train de pourrir dans le frigo qui en rend l'ouverture peu appétissante. Si j'avais de l'argent cash, je pourrais me "caller" du chinois, mais je n'en ai pas et le guichet est loin. Mes cahiers d'école me lancent des regards d'enfants délaissés et même si je sais que je devrais mettre les bouchées doubles si je veux arriver à finir mon cours, je n'arrive pas ouvrir un livre. Je dois m'acheter un soutien-gorge pour aller avec ma nouvelle robe d'ici samedi, car j'accompagne un ami à un mariage, mais ça me semble une tâche impossible que de sortir et me rendre au centre d'achats.J'essaie de focuser sur des trucs futiles qui me tentent: la finale de Grey's Anatomy demain soir, celle de Lost la semaine prochaine, les noces de mon collègue en juin, mon prochain voyage avec mes amis prévu pour janvier, le concert que je vais voir en août avec ma famille, la sortie du film Sex and the City dans 9 jours. Je me fais la liste des choses que j'aime: mon lit, mon chat super affectueux (très pratique actuellement), mon quartier, mes nouvelles lunettes de soleil, mon pyjama avec le petit lion sur la camisole, mon vibrateur rose (chocking hein?! ben oui, j'ai une libido!), ma poivrière Peugeot, mes gros bols rouges pour manger de la soupe ou du gruau, mon barbecue et ma table sur le balcon. Je me fais ensuite la liste des gens que j'aime et qui me supportent, ça c'est tout de même une trop longue liste pour que je l'écrive ici, mais c'est le plus important. Je ne sais pas où j'en serais sans mes amis. Probablement au troisième sous-sol côté moral. Et je me rappelle de tous les mots d'encouragement que j'ai reçu via ce blogue, via msn, via courriel. C'est assez extraordinaire de voir que des gens que je ne connais pas ou si peu se soucient de mon bien-être.Ma peine actuelle commence à tourner moins autour de Messire. Je vois bien que nous étions incompatibles malgré les apparences au départ. Ça n'empêche pas le fait qu'il me manque encore. Mais la raison de ma déprime actuelle, c'est de ne plus trop savoir où je vais et qui je suis. Cette relation a réveillé de vieilles insécurités que je croyais derrière moi. Je me sens comme si je n'avais plus rien à offrir à un partenaire potentiel, comme si j'étais vide et inintéressante. Et par conséquent, je me demande si je vais finir ma vie seule. Seule avec trois chats affectueux.[...]



Essayer de se relever

2008-06-05T12:04:52.110-04:00

(image) Hier est venu le coup fatal. J'ai cette habitude de me faire une fiche bidon sur Réseau-Contact quand je suis en peine d'amour afin d'aller voir si certains hommes partagent réellement mes valeurs. C'est ce qui m'aide à ne pas devenir amère, je crois. Après avoir constaté qu'il y avait nombreux candidats qui semblent chercher la même chose que moi, j'étais soulagée. Je ne sais pourquoi, c'est sans doutes le démon lui-même qui m'a inspirée, mais j'ai tapé l'ancien pseudo de Messire... et son profil est apparu.

Le même pseudo. Le numéro de membre indiquait qu'il y était bien avant moi. La même fiche cherchant la même chose, pas même une virgule changée. Abonné privilège qui plus est. Et en ligne.

J'ai eu une crise de larmes incroyable: je n'avais pas compté pour lui! Le gars qui voulait me faire des enfants se cherchait déjà un nouvel utérus! Une petite relation de deux mois ne mérite même pas plus de 48h de deuil! Je voulais l'appeler pour l'insulter, mais à la place j'ai appelé une amie. Elle est venue chez moi, m'écouter, conseiller, consoler. On a passé l'après-midi ensemble, on a été souper au resto et elle est repartie en soirée. Merci Julie, merci du fond du cœur.

Ce matin, je me réveille et je n'ai plus de larmes. Il ne peut plus me faire de mal, il a déjà fait le pire. J'ai l'ego au ras du sol. Je n'ai pas très envie de travailler demain, mais je sais que c'est nécessaire de m'occuper, quitte à ne pas être aussi efficace que d'habitude. C'est le temps de reprendre pieds, de me relever et d'essayer d'avancer. Je vais retrouver mon équilibre et me reconstruire une nouvelle vie.



Liste des choses à faire

2008-06-04T09:09:41.920-04:00

Changer mon statut sur le blogue: fait hier matinChanger mon statut sur Facebook: fait hier soirL'effacer de mes amis Facebook et de mes contacts msn: fait hier matinBoire trop de vin avec les copines: fait hier soirVentiler, bitcher, laisser sortir le fiel: fait hier soir avec les copinesAvoir la gueule de bois parce que bu trop de vin: fait ce matinÉtirer la jambe à la recherche de la jambe virile qui s'y trouvait il y a si peu: fait hier dans la nuitPleurer en découvrant que cette jambe n'y sera plus: fait hier dans la nuitSe rappeler le premier baiser au restaurant et pleurer: fait hier dans la nuitSe souvenir de vos premiers "je t'aime" et pleurer: fait hier dans la nuitDébattre avec soi-même ce qui aurait dû/pu être: fait hier dans la nuitEffacer son nom du carton d'invitation au mariage de mon collègue: à faire dès que j'en aurai la force, mais d'ici mardiLaver les draps pour effacer toute trace de lui: à faire ce matinRépondre à son énième e-mail en pleurant: fait maintes foisSerrer "son" oreiller en pleurant avant de le laver, faute de réelle rupture physique que la technologie moderne nous a "épargnée": probablement ce matinSe rappeler cette face craquante si drôle qu'il faisait: fait juste là, à l'instantPleurer parce qu'il te manque: en coursPleurer sur ses mains habiles qui ne parcourront plus jamais tes courbes: en coursAccepter de ne pas le revoir jamais: en cours sans grand succèsTe maudire et te traiter de tous les noms: fait à chaque deux-trois heuresFaire fondre sa crème glacée à la saveur étrange que je ne mangerai pas: à faire aujourd'huiSe laver, se mettre belle et aller faire les courses pour le souper de ce soir: à faire cet après-midiTe retrouver en boule sur ton lit en train de pleurer: sera fait régulièrement ce week-endRésister à l'envie folle de le revoir: continuellementAller souper chez mes amis et me faire consoler: à faire ce soirAller grimper: dimanche et/ou lundiPeindre mon appartement: à faire au cours du moisRéfléchir longtemps avant de peindre ma chambre en rose: en coursAller danser, me saouler et flirter avec tous les inconnus: à faire samedi prochainRescaper le cours que tu allais abandonner par faute de temps: d'ici les deux prochains moisTenter de faire survivre l'orchidée qu'il m'a donnée: à faire pendant les prochains moisEssayer de respirer à travers la douleur: en coursPleurer de savoir que quelque part pas très loin, il souffre aussi et vouloir effacer sa douleur: régulièrementMettre de la crème sur tes yeux bouffis: tous les jours cette semaineOublier l'image de sa main sur un éventuel bedon arrondi dans une maison dans le 450: sérieux? ça aussi? svp, donnez-moi une couple de semaines, peut-être l'été pour celle-làPleurer: en coursMon Dieu, la très grande Édith Piaf[...]



Vendredi moche

2008-05-17T09:52:16.177-04:00

"Vendredi moche" est le titre du courriel que j'ai lu ce matin en arrivant au boulot vers 9h15. Messire me l'avait envoyé à 7h47. Il va comme suit:Allô Annie,J'ai pris le temps de réfléchir hier soir. Je ne dois pas passer par quatre chemins : nous ne sommes pas compatibles, bien que je le veuille.Je ne voulais pas casser avec toi par courriel, surtout pas un vendredi matin quand je sais que tu vas me reprocher de ne pas être productive de la journée et que tu vas être endolorie au travail. Je voulais te le dire en face à face, mais quand ? Ce soir, tu viendrais chez moi et tu retournerais directement chez toi ? Après le party ? Dimanche ? Ce serait bien trop hypocrite. J'espère donc que tu sauras me pardonner. Annie, mes proches m'ont vu aller depuis quelques années, à chercher la Bonne. Ils connaissent tous mes critères : celle qui saura me dompter et celle qui saura m'endurer. Je suis brusque. Je suis franc. Il me faut quelqu'un à la couenne PARTICULIÈREMENT dure. Depuis un certain temps la "sale petite peureuse" s'est interposée entre nous et je ne suis pas armé pour "dealer" avec elle. Je ne suis pas capable de me servir de subtilité pour tenter de désamorcer des situations difficiles. Je croyais le pouvoir, mais j'ai échoué. Tu es magnifique. Complètement désirable et brillante. J'étais fier de sortir à tes côtés et de t'avoir comme petite blonde à moi. Maintenant, je me dois de couper pour que nous puissions tous les deux passer outre et trouver nos atomes recourbés. Je t'adore, et ça m'arrache le cœur. Bises, MessireLe lire et le relire ne change ni le message ni la blessure. Et peu importe les excuses, je viens de me faire "flushée" par courriel. That is an all time low. Je ne comptais pas assez pour qu'on daigne me parler face à face, ou du moins au téléphone. L'idée que ça aurait pu être pire (un texto sur mon cell? tant qu'à y être!) est une maigre consolation. Ensuite, on me demandera pourquoi je n'ai pas confiance en moi et en mes relations? Sérieusement?La journée fût des plus pénibles. Beaucoup trop de collègues m'ont vu m'effondrer aujourd'hui. Pas tout à fait l'image de la professionnelle que j'aimerais donner. Mais j'ai fait la journée. J'ai fait l'expérience prévue. Même le cœur brisé, le moral à zéro et le cerveau confus, j'ai réussi à faire ce que je devais faire.Je ne vais pas très bien à l'heure tardive où j'écris ces lignes. Je ne suis pas à jeun, certainement vous me le pardonnerez. Et il me manque déjà. Terriblement. J'ai tellement cru à cette histoire. Jusqu'à très récemment, je pensais avoir enfin être arrivée au port. J'ai frôlé bien des rêves du bout des doigts avec lui. Mais les remous du passé ont eu raison de tout. Même si j'ai essayé si fort d'être la Bonne... de tous ceux rencontrer cette année, Dieu seul sait qu'il l'aurait mérité amplement.[...]



Kill me now...

2008-05-16T11:02:25.880-04:00

... svp, abattez-moi que ça arrête de faire mal. Pourquoi le bonheur m'échappe toujours? Pourquoi j'y crois à chaque fois? Pourquoi je m'investis autant?

Je suis célibataire...



To blog or not to blog

2008-05-12T20:50:30.755-04:00

Mon blogue est plate. Depuis que j'ai rencontré Messire, nulle mésaventure à raconter. Et je me censure. Je me censure comme jamais. La preuve, depuis hier soir, j'ai mis deux textes en ligne que j'ai dû retirer pour éviter de faire trop de remous dans une situation déjà bien assez compliquée. Pourtant ce blogue c'est ma zone perso, mon moyen de ventiler et de faire de l'introspection. Ma façon de créer, de finalement écrire régulièrement, de me gagner un lectorat. Ça ne se veut pas un moyen d'attaquer et de faire suer qui que ce soit. Même si c'est arrivé quelques fois.

Quand j'ai commencé à bloguer, je m'étais donné comme défi de tenir un an. L'année s'achève bientôt, le 6 juin pour être précise. Et le dilemme est grand à savoir si je serai encore là. Je suis plutôt fière de ce que j'ai fait avec ces pages roses, le côté thérapeutique de l'écriture ne m'a pas échappé et de pouvoir délier mon imagination me fait du bien. Mais la censure me tue. De ne pas pouvoir tout dire exactement comme je le perçois, comme je le sens, comme j'ai envie, ça me coupe les ailes. Alors pourquoi continuer? Je réfléchis.



Grand malaise

2008-05-17T03:18:36.326-04:00

(image) Ce matin je suis allée déjeuner avec Messire et deux de ses copines. L'une est son ex et l'autre devait servir de paratonnerre dans cette rencontre délicate entre le passé et le présent. Ce fût difficile et peu agréable pour tous.

Je n’ai pas créé la situation, je suis juste tombée dedans. Je ne savais pas la nature exacte de leurs relations quand j’ai rencontré Messire. Je ne savais pas qu'il avait une amie moderne qui prenait beaucoup de place dans sa vie. Si je l’avais su, je ne l’aurais pas revu. Car je suis de celles qui n’aiment pas marcher dans les platebandes des autres. Je n'aime pas le flou non plus. Je ne savais pas.

Des disputes sur le sujet, on en a eu notre lot. J'ai cru que cette rencontre pourrait calmer les choses. Mais il semble que c'est moi la méchante de l'histoire peu importe ce que je fais. Ben vous savez quoi? C'est pas vrai! Je ne suis pas méchante. Ni victime. Ni folle. Je suis juste une fille mal à l'aise dans la situation où elle se trouve. Le malaise est grand parce que j'ai déjà joué tous les rôles de ce genre de comédie pathétique. Et j'en ai ma claque aujourd'hui. Royalement marre! Je suis très loin d'être parfaite, j'ai un sale caractère et suis intransigeante sur bien des points. Pourtant, j'ai réussi à passer par-dessus mes démons intérieurs pour me rendre à cette rencontre et tenter un rapprochement. Ceux qui me connaissent bien sauront ce que ça m'a coûté. Et ça me fait suer de me faire encore reprocher des choses sur le *&%$#! de sujet malgré tout!



Mieux vaut prévenir

2008-05-10T13:58:42.250-04:00

(image) On a tous nos petites manies. Les choses qui nous distinguent mais qui en même temps peuvent agacer, voir carrément tomber sur le système. En vieillissant, on a de plus en plus de ces petites habitudes; surtout quand on a vécu seul un certain temps.

Messire fait des trucs qui le caractérisent qui me font tantôt sourire tantôt grincer des dents... il ronfle, très fort quand il a bu. Il a une mémoire sélective qui se rappelle du nom des joueurs de foot sans problème mais oublie les sorties prévues pour le week-end. Il sort de la baignoire tout mouillé et se sèche en inondant le tapis de la salle de bain (qui deviendra tout froid et humide à un point tel qu'aller aux toilettes en trouvant un endroit sec pour y poser le pied se révélera un défi impossible). Il est très à l'aise avec son corps et peut se présenter entièrement nu pour déjeuner, voire souper. Il est le plus mauvais passager de l'histoire, critiquant et commentant toutes les manœuvres de la conductrice exaspérée.

Si Messire a ses manies, il faudrait peut-être le prévenir au sujet des miennes... j'arrive toujours à bloquer le tube de pâte à dents, peu importe le modèle du tube. En plus, je laisse toujours de la pâte à dents dans le lavabo après m'être brossé les dents, sans même savoir comment j'y arrive. Je laisse la vaisselle sale traîner des jours dans l'évier avant de me décider à vider le lave-vaisselle, qui lui contient de la vaisselle propre. Je fais la lessive, mais j'oublie souvent de plier les vêtements. J'aime que ma bouffe ne se mélange pas dans mon assiette et mettre de la sauce sur mes patates pilées est considéré comme un crime. M'ébouriffer les cheveux quand je vais sortir ou qu'on est en public peut être passible de mort.

Je sais qu'il découvre lentement mes intransigeances et je crois que ça ne l'horrifie pas trop car depuis hier, j'ai deux nouvelles clés à mon trousseau... Apparemment, un gars prêt à s'engager vous achète une brosse à dents à laisser chez lui après un mois, et vous offre les clés de son appartement au bout de deux. Je suis "flabbergastée". La célibataire que j'étais avait fini par croire que les gars s'engagent seulement quand ils n'ont plus d'autres choix et qu'ils sont mis au pied du mur. Hum! ça regarde mal pour le condo et les trois chats finalement!



Ça passe...

2008-05-04T14:49:10.735-04:00

... après une nuit agitée et un réveil confus, Messire et moi avons discuté. Première chicane derrière nous. Serons-nous de ceux qui peuvent braver les tempêtes et rejoindre le port? Je ne peux que l'espérer.



Ouch!

2008-05-03T01:08:43.858-04:00

(image) Ce soir, M. Communication a appelé un taxi et est parti de chez moi en laissant son auto devant ma porte. Je suis championne pour les faire fuir. Je ne sais trop comment je m'y prends, si je le savais je me prendrais un brevet. Fatalement, Messire a préféré la porte plutôt que de rester discuter du malentendu survenu de nulle part. Alors vendredi soir, minuit, je pleure sur mon sofa en me maudissant. Pas certaine de qui ou quoi blâmer en fait. Et la vilaine petite voix impertinente murmure qu'on pourrait s'acheter un condo pour y élever 3 chats en vieille fille endurcie et haïssable, au lieu de s'acheter une maison à deux et de fonder une famille.

Je ne sais pas grand chose, mais je sais que je déteste me sentir comme ça. Que je suis allergique aux yeux bouffis d'avoir trop pleuré, aux cernes de ne plus dormir, aux joues creuses de la perte d'appétit. Je ne veux plus de ça. Plus jamais. Alors si ce conflit ne se règle pas... il n'y aura pas de suivant. Je ne souhaite plus me rendre vulnérable. Je ne veux plus souffrir ainsi. La Vie apporte assez de petites misères sans que le Cœur me fende continuellement pour un regard sombre. Sérieusement, je n'en peux plus. Je comprends mal pourquoi je suis où je suis, mais c'est assez. J'ai fait/dit/donné tout ce que j'ai pu et cela ne semble jamais assez, jamais ce qu'il faut, jamais ce qu'on cherche. Pourquoi s'obstiner?

Messire est fâché, je suis déçue. La confiance a pris un sérieux coup. Première chicane. Les couples faits pour être ensemble y survivent, les autres crèvent. Alea jacta est.

Et pourtant, même après avoir écrit ça, ça fait toujours aussi mal.
Crissement mal.
Au secours!