Subscribe: InternetActu.net
http://www.internetactu.net/author/jfmarchandise/feed/
Added By: Feedage Forager Feedage Grade A rated
Language: French
Tags:
aujourd hui  aux  ces  dans  des  développement  est  ils  internet  les  leurs  nous  par  pas  pour  qui  sont  sur  une 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: InternetActu.net

Jacques-François Marchandise – InternetActu.net



Pour comprendre ce que notre rapport à la technologie transforme



Last Build Date: Wed, 13 Dec 2017 08:33:10 +0000

 



Transitions : ce que le numérique fait aux transformations du monde…

Tue, 28 Apr 2015 05:35:05 +0000

A l’occasion de la parution du 5e Cahier d’enjeux et de prospective de la Fing, nous reprenons ici la réflexion qui le parcours sur le rôle du numérique dans les transitions auxquelles nous sommes confrontés. Comment le numérique impacte-t-il les transformations du monde ? Quelle action spécifique le numérique a-t-il sur (...)



Les Prénumériques

Thu, 15 Jan 2009 08:52:58 +0000

Les prénumériques regardent l’heure sur une montre, ils trouvent leur chemin sur une carte pliée en accordéon, ils lisent le journal, ils écrivent au stylo. Ils utilisent les cabines téléphoniques publiques, connaissent l’heure des levées quand ils doivent envoyer un courrier important. Ils écoutent la météo sur leur poste de (...)



Plus longue la vie

Thu, 31 Jan 2008 16:27:20 +0000

Que nous réserve l’avenir ? Nous savons déjà que nous vivrons plus longtemps, et dans un monde bien plus connecté. Il n’est pas certain que nous ayons encore vraiment réfléchi à toutes les interférences entre ces deux tendances. Nous savons aujourd’hui beaucoup de choses sur deux questions : « quelles sont les pratiques (...)



Observer les changements ordinaires

Mon, 01 Oct 2007 10:09:33 +0000

Le développement numérique est prétexte, depuis des décennies, à tous les superlatifs enthousiastes ou inquiets. Nous sommes prodigues en grands mots : révolution, bouleversements, changement de civilisation, changement d’ère, avec un fond de vérité (il est sans doute fondé de considérer ces changements à l’égal de ceux que provoqua l’imprimerie), beaucoup (...)



Le défi numérique des territoires : les questions numériques sont-elles politiques ?

Thu, 19 Apr 2007 12:08:10 +0000

Ces dix dernières années, les politiques publiques en faveur des TIC ont-elles eu un impact sur l'adoption massive de l'internet ? A l'inverse, l'internet a-t-il transformé l'action publique ou seulement modifié l'espace politique et social, sans forcément que l'acteur public y soit présent ? Comment réinventer l'action publique ? c'est la question à laquelle tente de répondre Le Défi numérique des territoires.



Apprentis sorciers ?

Fri, 20 Oct 2006 07:42:58 +0000

En engageant un cycle de réflexion et d’échanges entre acteurs et chercheurs sur la thématique des Apprentis sorciers, la Fing souhaite poser des bases pour comprendre, ensemble, sur quoi nous avons prise. Avec quels risques la société doit composer ?



UPFing06 : explorons l’Entrenet

Fri, 05 May 2006 10:05:54 +0000

Pour la 4e année consécutive, la Fing s’apprête à tenir son Université de printemps à Aix en Provence, les 7, 8 et 9 juin. La thématique de ce printemps 2006, l’Entrenet, prolonge les précédentes et couronne le chemin des trois premières éditions.



Sciences, techniques et société : des solutions trop simples

Fri, 10 Mar 2006 12:37:10 +0000

"En voulant répondre par un arsenal de solutions techniques à des questions de société, les scientifiques qui formulent ces propositions et les politiques qui les reprennent à leur compte semblent manifester à l’égard des sciences et techniques une confiance qui mérite d’être mise en question, au-delà du "fichage des bébés"."



La société est-elle encore partie prenante de l’internet ?

Fri, 07 Oct 2005 07:58:40 +0000

La société de l’information est l’objet, en novembre 2005 à Tunis, de son deuxième Sommet mondial, sous l’égide de l’ONU. Au cœur des préoccupations des participants, la gouvernance du réseau et son caractère multilatéral, solidaire et ouvert sont d’autant plus importants que l’internet est devenu le système nerveux de nos (...)



Chercheurs en sciences humaines et collectivités territoriales : un échange nécessaire et fertile

Thu, 19 May 2005 10:51:03 +0000

Les travaux de la recherche publique peuvent-ils être utiles aux politiques publiques TIC ? Les acteurs territoriaux ont-ils un rôle à jouer dans la stimulation et l’amélioration des conditions de ces travaux ? Comment surmonter les différences et inventer les modalités d’échange entre savoirs d’expérience et savoirs d’expertise ? Ces questions sont au (...)



Nouvelles proximités publiques : lutter contre les fractures administratives

Fri, 08 Apr 2005 09:14:21 +0000

Quel lien y a-t-il entre le développement des services publics en ligne et l’idée de proximité ? On associe souvent l’arrivée du numérique et de la dématérialisation à l’abolition de la distance (déterritorialisation), permettant d’accéder aux services sans bouger de chez soi, et à la disparition des guichets et des intermédiaires (...)



Territoires : le développement numérique à l’heure de la maîtrise collective

Thu, 17 Mar 2005 10:11:10 +0000

Territoire et internet sont-ils antinomiques ? Parmi les promesses de la société de l’information, celle de l’abolition de la distance était certainement l’une des plus folles, avec le « zéro papier ». Il est vain d’espérer ou de redouter la création d’un cybermonde affranchi des contraintes du territoire : ce qui se (...)



Faut-il développer les usages ?

Thu, 18 Nov 2004 16:12:57 +0000

Pour les promoteurs de la société de l’information, la cause semble entendue  : une fois réglées les histoires de réseau, il faut s’occuper plus que jamais des « usages », c’est-à-dire de tout le reste. D’un côté, un univers de technologies et de grands travaux, l’affaire des spécialistes (de télécoms, d’informatique, de droit, (...)



Les projets alternatifs des territoires  : enjeux de la consolidation

Wed, 23 Jun 2004 00:00:00 +0000

La rencontre, consacrée aux projets alternatifs des territoires, qui se déroule le 25 juin 2004 à Paris, à l'initiative de la Fing et sous le parrainage du ministère délégué à la Recherche, de la Datar et de la Caisse des dépôts et consignations, est sans doute une étape importante de notre maturation collective en matière de projets territoriaux. Plusieurs centaines d'acteurs s'y sont inscrits, pour échanger leurs expériences, rencontrer leurs fournisseurs ou leurs clients de demain, mûrir leurs choix d'investissements. Nous atteignons le moment où les projets "technologies alternatives" s'intègrent aux projets de réseaux "classiques" et sont à considérer, au-delà de l'innovation expérimentale, sous l'angle de la pertinence territoriale et de la consolidation. Les collectivités territoriales, pour les plus avancées, se posent la question de la pérennité économique et technologique de leurs projets, et des perspectives d'usages et de services qui s'offrent à elles ; celles qui abordent ces projets cherchent à bénéficier de l'expérience des premières et à affiner leurs critères de décision. Toutes partagent une énergie, une volonté d'avancer et de ne pas attendre que leurs réseaux se fassent sans elles, et toutes sont confrontées à des interrogations légitimes, qui sont parfois autant de freins. Les acteurs technologiques attendent de voir leurs paris se concrétiser et leurs offres se déployer, trouvant parfois le temps long et la compétition rude ; mais en deux ans, la maturation des technologies sans fil, des courants porteurs en ligne, des offres satellitaires et de tout ce que l'on a appelé "technologies alternatives" est considérable, tant pour la collecte que pour la desserte de proximité. Les opérateurs de télécommunications et de services, quant à eux, ont vu changer à grande vitesse la donne de la concurrence, avec un opérateur historique à la pugnacité retrouvée, une autonomie de mouvement grandissante des territoires, mais aussi un enrichissement des contours de l'offre sur les réseaux à haut débit, avec l'arrivée de la téléphonie IP, de la télévision, bref, le surgissement du triple play . Avec ces possibilités nouvelles et les assouplissements réglementaires, les questions se sont enrichies et les projets territoriaux méritent plus que jamais la confrontation d'idées et le partage d'expériences. Cette maturation de la relation entre territoires et offreurs n'en est encore qu'à ses débuts. Pour beaucoup, l'usage des technologies alternatives est aujourd'hui le recours contre l'absence de desserte Adsl : une solution de survie avant d'être une solution de développement. La problématique à laquelle sont confrontés ces territoires n'est donc pas seulement celle de leur périmètre direct, de ce qu'ils peuvent faire pour et à l'intérieur de leur "premier kilomètre" (http://www.fing.org/index.php?num=3006,2), ni du simple "accès à l'internet" de leurs consommateurs. C'est aussi celle de leur relation aux réseaux de collecte intermédiaire et leur accès à des réseaux métropolitains, départementaux et régionaux dont ils sont aujourd'hui coupés et qui deviennent de vrais espaces de services numériques. Les réseaux neutres de collecte, quand ils e[...]



Le Bien commun à la croisée des enjeux sociétaux, économiques et technologiques

Wed, 12 May 2004 00:00:00 +0000

Deux jours de travaux de l'Université de printemps de la Fing permettent d'enrichir notre compréhension du sujet que nous nous étions assigné ; mais certainement pas de l'épuiser. Revenons, pour commencer, sur cet exercice collectif (dont chacun peut consulter les traces en vidéo et les premières productions textuelles). La première difficulté, stimulante, en est la nécessité de confronter les spécialités, de se prêter aux approches les plus abstraites, voire les plus érudites, comme aux illustrations les plus concrètes, de manier des notions juridiques, des théories économiques, tout en parlant de politiques publiques, d'appropriation sociale, d'investissements en recherche et développement ou en infrastructures, mais aussi de consortiums de standards, de communautés de développement libre, de copublication sur wiki, et sans que rien de tout cela puisse être mis à l'écart. Ce travail de déspécialisation, d'universalité, est au cœur de notre sujet : un exercice d'intégrité, c'est-à-dire d'entièreté, s'impose, si l'on considère qu'aucun des champs abordés n'est dissociable des autres, et que la segmentation de ces domaines en dilue le sens. Ainsi les questions de vocabulaire sont-elles particulièrement présentes dans ces travaux, à commencer par la différence établie entre "le" Bien (commun, public, collectif), horizon convergent des sociétés humaines, et "les" biens (publics, publics mondiaux, privés, collectifs), partageables, vendables, ou "impayables", inaliénables. Concrètement, au-delà des idées générales, voire généreuses, que peuvent retenir de ces travaux les acteurs économiques, technologiques et collectifs ? Au-delà de l'échange d'idées, nous sommes confrontés à quelques questions urgentes, et qui viennent précisément du terrain, des praticiens : celle de la dynamique économique, celle de l'innovation technologique, celle de l'appropriation sociale, celle de la gouvernance du réseau. Les innovateurs, par exemple, ne travaillent pas seulement pour repousser les limites de la technique, ni pour faire du neuf, mais du "meilleur", et pour cela ils ont besoin d'avoir un meilleur accès à la recherche, à l'investissement et au marché. Des passerelles, un langage commun, un terreau fertile, c'est de cela qu'il s'agit. Les standards ouverts et l'interopérabilité encouragent leurs efforts. Les menaces sur la cohésion de l'internet, les freins à son appropriation, les manœuvres pour établir ou rétablir l'emprise d'acteurs dominants ou d'oligopoles sur les réseaux, les applications, les œuvres de l'esprit ou les outils d'échange, tout cela va à rebours de la communauté de développement qui fait aujourd'hui ses preuves dans les standards et le logiciels et qui semble inspirer un modèle de coproduction de notre avenir commun. Prises au piège du court terme, de la financiarisation et de la publication trimestrielle des résultats, nombreuses sont les entreprises (SSII, opérateurs, entreprises de services, industriels,…) qui n'ont pas les moyens de l'avenir, qui brûlent leurs vaisseaux pour assurer le présent immédiat ; en peu d'années, la casse est considérable, et l'absorption des acteurs les plus fertiles et les plus dynamiques par les plus puissants n'est pas toujours fructueuse : le passage de l'opportunisme au long terme apparaît de plus en plus comme une nécessité économique et sociale. Confrontées à l'effet de polarisation des réseaux vers les grands centres urbains, les collectivités territoriales engagent, non sans inquiétude, un effort d'investissement dans leurs infrastructures de boucle locale et leur raccordement aux grandes dorsales. A mi[...]



Bien commun : moteur du développement pérenne de l’internet

Wed, 21 Apr 2004 00:00:00 +0000

Construction mondiale unique, rassemblant des acteurs hétérogènes en taille et en nature, sans réel cadre institutionnel, l'internet des pionniers change de nature dès lors qu'il se généralise et devient l'infrastructure générique des communications. Outre les données, produites et consommées, ce sont maintenant le téléphone et la télévision qui sont transportés, et au-delà, un ensemble de télécommunications domestiques ou industrielles qui n'entrent pas dans les radars de Google et ne poseront pas de problèmes de droits d'auteur. Ce changement rapide d'échelle et d'enjeux attise les rapports de forces qui ont toujours été à l'œuvre ; et dans une vision pessimiste, on peut craindre que les intérêts qui convergent aujourd'hui pour rendre l'internet possible s'affrontent demain. Amorcée dans l'ombre, à la faveur de la libéralisation des télécoms, la course à la maîtrise des infrastructures bat son plein, redistribuant les rôles entre opérateurs classiques et alternatifs et acteurs publics. Dans le champ de la connaissance et de la création, les modèles économiques s'affrontent sur fond de mutation rapide des industries du divertissement et de l'information. La course au haut débit, qui tire la croissance du réseau, mêle à plaisir les arguments consuméristes et ceux de l'aménagement du territoire. Parmi les mille et une promesses de l'internet (société de l'information, société des citoyens en réseaux, plateforme commerciale mondiale, …), la continuité des dispositifs techniques sur la base des standards ouverts est probablement la plus héroïque et la plus concrète par les possibilités offertes à tous. Aujourd'hui il faut une vigilance de tous les instants pour que les standards ouverts ne soient pas supplantés par les standards de fait de tel ou tel acteur dominant, pour que la fertilité logicielle ne soit pas confisquée par la brevetabilité, pour que la version 6 du protocole internet (IPv6) permette une large distribution des adresses malgré les freins géopolitiques et industriels à sa mise en place, pour que les passerelles établies avec les opérateurs mobiles et d'autres propriétaires de réseaux et de données ne transforment pas la continuité du Net en une multitude de jardins clos que l'on traverserait de péages en octrois. Au-delà du consensus technique, les visions utopiques ont été le carburant du développement du réseau, construction politique étonnante fondée sans les Etats, lieu de la réinvention de nombreuses formes collectives (des "communautés" aux forums ou aux projets collaboratifs) et de nouvelles contractualisations sociales. Sa place devient exorbitante, il est maintenant un fait de civilisation, ancré dans les pratiques, et qui fait défaut à ceux qui ne peuvent en être ; il accueille en son sein les places de marché, en même temps qu'il définit un "espace public" ; il est, parfois abusivement, le cadre et le levier de toutes les innovations, celles du commerce, de l'administration, de l'éducation ou du développement territorial. Pour qu'il devienne un facteur de civilisation, il nous faut aujourd'hui prendre explicitement en compte le Bien commun, c'est-à-dire la vision de l'intérêt général qui sublime les intérêts particuliers. C'est cette notion qui fait de la Toile une maison commune pour les collectifs informels, les entreprises commerciales, les esprits libres et les acteurs publics. Parce que nous sommes tour à tour citoyen, consommateur, éducateur, administré ou travailleur ; cette vision partagée du Bien commun est probablement le moteur du développement pérenne de l'internet. Jacque[...]



Le satellite, une étape nécessaire

Tue, 04 Feb 2003 00:00:00 +0000

Le satellite a tout contre lui. Ressource rare contrôlée par un petit nombre d’acteurs dominants, adaptée à des usages profondément asymétriques comme la distribution de la télévision, il semble aux antipodes d’un « internet nouvelle génération » fondé sur l’appropriation par les acteurs d’infrastructures ouvertes, sur les dynamiques de « premier kilomètre » et (...)



Libérer le "premier kilomètre"

Mon, 24 Jun 2002 00:00:00 +0000

Zones blanches, zones grises, zones noires : ces cartes géographiques, qui indiquent les territoires auxquels l’espoir d’un raccordement à haut débit est plus ou moins permis, nous deviennent familières. Les petites communes enclavées sont mal parties face aux quartiers d’affaires, et les opérateurs téméraires qui ont cru, à grands renforts de (...)



Libérez Wi-Fi !

Wed, 22 May 2002 00:00:00 +0000

Wi-Fi se développe comme une traînée de poudre : inconnu en France avant la mi-2001, sauf sous la forme du réseau Airport lancé par Apple en 1999, il est aujourd’hui une composante incontournable de l’offre de tous les fournisseurs de réseaux, de micro-ordinateurs, et même d’assistants personnels. La diffusion des cartes (...)



Castres-Mazamet : Episode II.

Mon, 14 May 2001 00:00:00 +0000

Par Cécile Plet et Jacques-François Marchandise Suite de notre voyage au coeur du Tarn, dans le district de Castres-Mazamet. Après l’histoire de la construction du réseau métropolitain qui fait la spécificité de ce territoire et la position de France Télécom face à ce type de développement dans les régions, il (...)



Castres-Mazamet : l’optique réseaux

Thu, 26 Apr 2001 00:00:00 +0000

Par Cécile Plet et Jacques-François Marchandise Castres-Mazamet, une agglomération de 90 000 habitants à une heure de route de Toulouse. Au coeur du Tarn, ce territoire est un paradoxe économique : d’un côté un tissu de PME dense et un grand groupe pharmaceutique international, le groupe Pierre-Fabre, créé par un pharmacien (...)



« Internet 24/24, comment ne pas y laisser sa vie ? »

Thu, 19 Apr 2001 00:00:00 +0000

Cécile Plet et Jacques François Marchandise. C’est autour de ce thème alléchant que Witbe a choisi d’inaugurer ses nouveaux locaux à Puteaux. Il y a bien sûr été question de la mesure de la qualité de service, mais surtout de ce qu’elle implique. Pourquoi un tel thème de débat pour (...)



Inventer l’administration de demain

Thu, 12 Apr 2001 00:00:00 +0000

Le rapport Carcenac, qui vient de paraître, propose au Premier ministre et à l'administration française des pistes de travail audacieuses.



Le livre aura-t-il sa révolution MP3 ?

Tue, 17 Oct 2000 00:00:00 +0000

Le développement du livre électronique, sous divers formats et divers appareils, comme celui de l’édition en ligne et des bibliothèques numériques, peuvent le laisser croire. Les initiatives d’auteurs souhaitant s’affranchir de leurs éditeurs, comme Stephen King, ou publiant sous forme de feuilleton en ligne sur le site de leur éditeur, (...)



Les jeux préfigurent les usages

Sun, 01 Oct 2000 00:00:00 +0000

Terminaux innovants, contenus créatifs, exploitation intensive du graphisme, du mouvement, du son, développement de la culture de réseau, diversification des publics : l’appropriation de l’internet et du mobile par les jeux a beaucoup à nous apprendre sur l’internet du futur et ses usages. Le niveau d’exigence des joueurs est élevé, leur (...)