Subscribe: Commentaires sur : Catherine Fieschi, Demos : “Changer la façon dont les gens vivent la démocratie”
http://www.internetactu.net/2008/05/29/catherine-fieschi-demos-changer-la-facon-dont-les-gens-vivent-la-democratie/feed/
Added By: Feedage Forager Feedage Grade B rated
Language: French
Tags:
citoyens  consultant  dans les  dans  des  décrets  est  les gens  les  leur  par  par   pas  politique  pour  qui  sur  une 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: Commentaires sur : Catherine Fieschi, Demos : “Changer la façon dont les gens vivent la démocratie”

Commentaires sur : Catherine Fieschi, Demos : « Changer la façon dont les gens vivent la démocratie »



Pour comprendre ce que notre rapport à la technologie transforme



Last Build Date: Sun, 26 Nov 2017 17:14:59 +0000

 



Par : design numérique

Sun, 01 Jun 2008 19:27:59 +0000

manual trackback from: http://www.design-numerique.info/2008/06/01/une-experience-qu-on-peut-designer/ Parler de coproduction n’est pas coproduire. Coproduire, c’est aussi dissoudre son propre statut dans une indécision reconstructrice, traverser la destruction pour accompagner l’innovation. L’innovation , la transformation du réel, est un phénomène naturel. Ce que nous nommons culturellement innovation est en pratique l’acceptation de cette transformation, qui s’oppose généralement aux désirs culturels de stagnations du réel, de maintenance des statuts.



Par : florence meichel

Fri, 30 May 2008 06:36:27 +0000

Et le consultant ne devient PAS consultant parce qu'on le consulte !...il manquait un mot...l'émotion sans doute de voir ce métier qui me tient à coeur discrédité par une personne qui en parle si mal !



Par : florence meichel

Thu, 29 May 2008 14:22:38 +0000

Intéressant ! J'aurais deux remarques : D'abord Madame Fieshi a une représentation inexacte de la fonction du consultant : par essence c'est une personne qui traite du singulier et le consultant ne devient consultant parce qu'on le consulte...a titre indicatif, une formation universitaire de formateur-consultant valide ces compétences ! :-) Le titre du billet me choque : Ce n'est pas changer la façon dont les gens vivent la démocratie qui importe...c'est changer la démocratie en fonction de ce que vivent les gens...La nuance est fondamentale parce que la formulation proposée est décalée par rapport au contenu de l'interview : ou est la congruence ?



Par : Olivier D. alias ze kat

Thu, 29 May 2008 13:02:37 +0000

Aprés la révolution (technologique) dans les affaires économiques, sociales, et militaires, il serait grand temps de songer à la "Révolution dans les Affaires Citoyennes et Politiques". Je ne réclame pas un retour du modèle de démocratie directe de la grece antique, mais plûtot une approche différente de celle actuelle où l'on sollicite les citoyens uniquement pour élire des représentants... Et, le système des référendum ne marche plus car il est perçu comme un moyen d'exprimer son mécontentement envers la caste au pouvoir. Si j'avais des prétentions en politique, mon projet serait que l'on expérimente dans les trés petites municipalités un modèle participatif soutenu par la technologie ; chacun pourrait proposer des décrets qui seraient soumis anonymement aux votes des citoyens sur une période longue (plusieurs semaines). Ils seraient adoptés "immédiatement" dés qu'ils obtiennent une majorité "faible" de 40% des électeurs et refusés dés qu'une minorité de blocage "faible" de plus de 20% des électeurs s'exprime. Et surtout, prendre en compte les votes blancs et les abstentionnistes pour les décomptes. L'idée est que l'anonymat des décrets tordrait le cou aux votes contestataires fondés sur des choix identitaires (ou d'affinité politique). Tandis que le principe de majorité/minorité "faible" encouragerait la participation en démontrant que notre vote a un impact direct sur les actions politiques. On pourrait garder le principe des représentants élus, mais leur rôle serait réduit à la mission de mettre en application les décrets acceptés par les citoyens avec éventuellement un droit de veto. Finalement on voterait pour les Hommes qui auraient les meilleurs compétences pour appliquer nos souhaits, et non plus pour ceux qui font les meilleurs promesses (avec de plus en plus souvent des contradictions abbérantes) pour séduire une - majorité de pacotille - qui ne soutiendra pas leur programme post-électoral. Mais dans un tel contexte, les partis devraient profondément changer leur appréhension du monde, remettre en question leurs devoirs et missions, et peut-être... Envisager à long terme leur disparition :o| .oO(sic) Autant dire que l'homme, ou la femme, qui voudra promouvoir ce concept sera confronté à une difficile bataille politique contre ceux qui ne voudront pas - lâcher leurs privilèges - au profit de la base citoyenne.