Subscribe: Commentaires sur : Les cybercarnets (weblogs) et webzines : création de nouveaux genres ?
http://www.internetactu.net/2004/04/26/les-cybercarnets-weblogs-et-webzines-cration-de-nouveaux-genres/feed/
Added By: Feedage Forager Feedage Grade B rated
Language: French
Tags:
cinéma  dans  des  est pas  est  grandes voix  les grandes  les  nous  pas  pour  qui  son  tout  une autre  une  voix 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: Commentaires sur : Les cybercarnets (weblogs) et webzines : création de nouveaux genres ?

Commentaires sur : Les cybercarnets (weblogs) et webzines : création de nouveaux genres ?



Pour comprendre ce que notre rapport à la technologie transforme



Last Build Date: Tue, 12 Dec 2017 21:43:06 +0000

 



Par : Serge ULESKi

Thu, 02 Jul 2009 17:59:51 +0000

Transmission sur Internet : y découvrir une œuvre. Un auteur c'est une voix. Il y aura toujours des voix qui se feront entendre, et force est de constater que ces voix choisiront dans un proche avenir, d'autres médias, d'autres supports que le livre et le papier. On parle de tablettes de lecture numérique aussi confortables que le support papier ; nul doute que la lecture sur écran concernera une autre lecture pour une autre littérature, le contenu étant indissociable de son support. *** Son et image : quand tout n'est pas perdu. Pensons un instant à ce que le cinéma apporte à l'œuvre de Shakespeare. Le cinéma est un fabuleux moyen de nous faire entendre la parole de cet auteur, dans sa langue et au plus près de l'acteur. Nul doute : le cinéma rend justice au soliloque shakespearien ; l'acteur n’a plus besoin de hurler pour se faire entendre. Et ça tombe plutôt bien : ce qu’il a à nous confier, ne s’y prête pas. En ce qui concerne Shakespeare, voilà que c'est le cinéma qui nous restitue la parole, la voix de cet auteur ! On peut aussi mentionner Proust dans le film de Raoul Ruiz "Le temps retrouvé" et l'édition DVD de ce film. Là, maintenant, je pense à Bergman qui est tout simplement un des hommes les plus intelligents de la seconde moitié du XXe siècle. Que le cinéma ait pu rallier à lui un tel esprit, c'est tout à son honneur. Et n'oublions pas la peinture et le multimédia pour une meilleure représentation et une meilleure compréhension des oeuvres. *** Héritage. La transmission, c'est encore par les livres qu'elle doit se faire puisque c'est dans les livres que l'on trouve les plus grandes voix de ce siècle et des siècles passés. Et si ces voix sont ignorées, à partir de quoi, de qui, de quelle œuvre, on raisonne, on crée, on fait entendre une autre voix ? A quoi ressembleront les grandes voix de demain, lesquelles auront superbement ignoré les grandes voix d'hier ? Est-il possible d'être à la hauteur d'un héritage dont on ne soupçonne pas l'existence ? Peut-on hériter à son issu ? Ou alors, une pensée spontanée, une voix, une œuvre ... partie de rien ou bien, de si peu, mais... pour quel résultat ? Il n'est pas dit que les besoins de demain soient identiques à ceux d'hier. De quelles voix les générations à venir, de quel espace de réflexion, de quelle conscience de soi, des autres, de la réalité auront-elles besoin ? Jusqu'où l'espèce humaine aura-t-elle besoin qu'on l'élève, qu'on la porte ? Quelle ascension pour elle ? Le mont Ventoux, l'Everest ? Il n'est pas certain que cette humanité de demain ait besoin qu'on l'élève si haut que ça. *** Il faut bien se résoudre à la conclusion suivante : si aujourd'hui on rencontre des problèmes de transmission d'héritage, Internet, le son et l'image n'y sont pour rien, et la télé non plus. La société, c'est de la C(c)ulture, de l'économie et de la politique. D’aucuns, alarmistes, se précipitent pour nous pour dire qu'avant, c'était mieux, bien mieux, beaucoup mieux même. Comprenez : "Avant, la transmission avait lieu". A tous ces Cassandre, on leur conseillera de regarder du côté de l'économie et de la politique et de cesser de confondre les effets avec les causes, même si cela demandera toujours plus de courage de s'adresser aux causes plutôt qu'aux effets. Qui peut douter que seul nous est donné à consommer ce qui est distribué ou diffusé ? Les forces de production, qui sont bien évidemment des forces de diffusion, ne raisonnant qu'en terme de consommation ; aussi, nous donne t-on ou pas de la littérature, des auteurs, des oeuvres à consommer... et quelle littérature, quels auteurs et quelles oeuvres ? Qui décide de ce qui sera donné à consommer ? On ne peut pas tout conso[...]



Par : Hubert Guillaud

Tue, 27 May 2008 08:33:45 +0000

Non, pas tant que ça Yann, puisqu'il parvient plutôt à endiguer très bien le Spam, même s'il prend parfois certains commentaires dans ses filets, comme ça a été le cas de plusieurs des votres.



Par : yann

Sat, 24 May 2008 18:33:18 +0000

votre système de commentaires déconne complètement.