Subscribe: On n'fait pas de peanut sans casser sa cosse!
http://kakaouettepinup.blogspot.com/feeds/posts/default
Added By: Feedage Forager Feedage Grade B rated
Language: French
Tags:
cette  comme  dans  des  est  les  mais  mes  moi  mon  par  pas  pour  qui  sans  suis  sur  tout  une  vous 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: On n'fait pas de peanut sans casser sa cosse!

On n'fait pas de peanut sans casser sa cosse!



Cosse toujours, tu m'intéresses...



Updated: 2017-08-28T13:58:13.175+02:00

 



Coeur en jachère

2012-11-04T17:06:33.984+01:00

Comme envie d'un coup de gueule !
Je tiens les rennes de mes pamphlets la plupart du temps mais là... oui là... J'en ai ras l'arachide !
Comme une goutte d'huile qui fait déborder le flacon.
Petite on m'a appris que la communication était source de réponses. J'ai longtemps cru qu'en déversant mes inspirations, mes interrogations dans l'oreille d'un passant, j'en récolterai un fruit ou une clé des champs.
Naïve, va ! Le nœud du problème c'est qu'en comptant sur les autres pour avancer, on s'en remet à l'incertitude qu'ils vous écoutent vraiment.
Oui je suis déçue. Parce que ce sentiment n'attend pas la force de l'âge pour se manifester. Alors quoi ! D'où me vient cette amertume?
De ces quelques mails restés sans réponse? De ces bouteilles lancées à la mer qui n'ont pas trouvées de pêcheurs providentiels? De ces graines qu'on croit semer mais qui ne rencontrent qu'un sol aride et ne germeront jamais?
Je m'en veux. De me sentir lasse d’essayer d’entrer en contact, sincèrement, avec des imperméables du message.
Tant que j’étais convaincue que mes efforts n’étaient pas vains, je persévérais. Nuit et jour à tout venant, je communiquais…
Mais ma foi vacille. « Et bien ? » me répondrez-vous. Oui, je suis la seule blessée. Comment peut-il en être autrement puisque je suis celle qui attend un écho et vous, ceux qui ne me répondront jamais. Toutes ces réflexions ne changeront pas le cours de vos jours. La culpabilité, suite de vos silences, ne s’abattra pas sur vous.
Mais à quoi rime tout cet engouement autour du lien social quand au fond de ma carapace, en mal d’échanges spontanés reflétés, je me sens souvent toute seule, noyée dans mes pensées.
Je n’écris, ne parle que pour vous donner et me nourrir de cette communion. Et ma source s’assèche quand vous n’accordez aucun reflet à mes mots. Et je ne vois pas l’issue à cette impasse. Sans vous, je ne suis pas. Alors, voulez-vous vraiment faire de moi un fruit sec ?





Je m'ennuie, donc je teste...

2012-11-02T11:21:06.828+01:00

Un matin bien lunée, je me suis inscrite sur le site des Initiés http://www.theinsiders.eu

D'une annonce trouvée sur Monster pour un poste de Copywriter, ma curiosité fut piquée.
"Qu'est-ce donc que cet intitulé d'offre d'emploi venu du Texas?!" me suis-je questionnée. [Je passerai là mes états d'âme sur l’obsolescence quasi immédiate de mon lexique carrière face au néologisme fulgurant du web.]

Je comprends donc que sur ce site on m'offre la possibilité de tester des produits de grandes marques et de colporter les bruits que je veux autour de moi.
Formidable ! Voici qui pourrait bien mettre un peu d'audace dans mes jours moroses !
Après l'inscription d'usage, je découvre la campagne sur laquelle je peux me positionner : "Felix Sensations".
Ca tombe à pic, j'ai un cobaye plutôt insatiable à domicile.
Vous avez tous en tête le désormais célèbre "Simon's cat"? [pour les ignorants :http://youtu.be/w0ffwDYo00Q ]
Si Pimousse est encore respectueuse du mobilier, elle l'est moins avec ma personne lorsqu'il s'agit de me faire comprendre qu'elle a un boyau de vide.
Je l'ai donc inscrite "à l'insu de son plein gré". Et nous fûmes sélectionnées !

Je ne vais donc pas faillir à ma mission en captant les réactions en live de mon félidé perpétuellement affamé et retranscrire pour les aficionados de la pâté fraicheur, les critiques culinaires de ma Carrie BradCHAT en herbe et en poils! ;)





Il était une fois, quand j'aimais coucher des mots à tout va...

2012-11-01T19:21:49.051+01:00

A en croire les archives de mon blog, je n'ai pas remis la plume ici depuis 2009. J'en étais venue à me dire que je ne postais que pour satisfaire mon ego alors autant le faire en privé ! Cela reste vrai aujourd'hui encore. Mais ces échanges casaniers entre mon cœur et mon limbique ont fini par tourner en rond. Et si l'un et l'autre prenaient un peu l'air et revenaient au devant de cette petite scène? J'en ai des choses à vous écrire ! De la diatribe en pagaille pour qui voudra bien la lire !



"It's because we've got hair" Tunng

2008-10-29T14:39:45.822+01:00

(embed) ">









Z'auriez pas l'tel de Fairytale ?!...

2008-09-15T23:41:11.018+02:00

J’ai fait une liste des choses à raconter.Elle n’est pas bien fournie, pas véritablement trépidante mais elle va justifier mon post, ici, ce soir !Bonne lecture… Ou pas.J’ai commencé les cours de norvégien. C’est comme une petite accalmie dans un flot de bulles ininterrompu ! Jaillissent parfois dans les conversations, un brin de discernement… « snakker » (parle), « spizzer » (mange), « spille » (joue), « vann » (eau)…Mais malgré mon limbique ultra à l’affût, je ne pige toujours rien au parlé viking !Et dès le premier jour, overdose de boeullsses ! Je n’ai jamais été très friande des boissons gazeuses mais ma réaction linguistique frôla le malaise ce jour-là… J’étais à deux micro pouces de l’évanouissement quand j’abdiquai finalement 30 minutes avant la fin du cours !Premier froid norvégien ? Alerte symptomatique due au manque de ma langue maternelle ? Contaminée par les microbes des microbes que je garde ?En tout cas, ce fut bref, intense et nauséeux !Chaque jour, je parcours de long en large Oslo par les voies (non impénétrables) du bus. Enfin… Je passe ma vie entre Oslo, Stabekk (mon petit chez moi) et Sandvika (où je prends mes cours et accessoirement fais en sorte de devenir citoyenne norvégienne…).Chaque jour, je m’assois derrière le conducteur (à croire que la place est réservée…) parce qu’au commencement, il y eut l’angoisse, les trajets et moi… Et heureusement, Dieu mit sur ma route le siège derrière le chauffeur et l’itinéraire en distance réelle sur l’écran face à moi ! Chaque jour donc, je guette l’arrêt choisi et je compte ou plutôt décompte simultanément… « 650 m, 640 m, 600 m… 307 m… - j’appuie – 256 m… 50 m… 6 m, 5 m, 4 m, 3 m, 2m, 1m – stop » C’est fantastique !Et puis mes nerfs ont pris l’air et file tout doux maintenant. Alors je me laisse envahir par la quiétude et je prête un peu plus attention au paysage tout en écoutant mon i pod.Et l’autre jour, les yeux dans le vague, j’aperçois sur ma gauche, tandis que le bus ralentit pour cause de trafic dense, une masse de chair, en hauteur mais à peine plus haut que le bus, sur un balcon. J’ajuste mes yeux brumeux et… « Oh mon dieu ! Mais il tourne pas rond çui là ! »Un homme de Cro Magnon, tout égayé par ce début de journée ensoleillée, apparaît dans mon champ de vision, dans le plus simple appareil ! Et qui plus est, au vu et au su de toute la rangée d’automobilistes, jouant patiemment des pare-chocs en contrebas !Je croise le regard d’une autre passagère et nous échangeons un haussement d’épaules d’incompréhension !Avant mon grand départ, j’ai passé trois jours entiers sur un casse-tête. Celui du contenu de mes valises. Si vous n’aviez que 30 kg à emporter sur une île déserte, que prendriez-vous ?!C’est un peu absurde comme question et pas si cornélien, me direz-vous…Et bien détrompez vous puisque j’ai fait en sorte de compliquer le problème, à mon insu !Mes valises vides pèsent à elles toutes seules, réunies, 10 kg. Je dois à présent réduire mon paquetage à 20 kg. La première valise, celle qui m’accompagnera en cabine, contient un ordinateur, un foulard, une veste et un guide touristique d’Oslo. Le poids est atteint !Reste à limiter mes impulsions vestimentaires en prenant en compte les choses suivantes : 2 cadeaux par personne dont des bols bretons, des gâteaux au beurre, des peluches, livres et un jeu de quille en mousse… Je glisse mes sous-vêtements, indispensables, je tente une première pesée et… conviens qu’une paire de chaussettes en moins contre un pull-over, ne mettra pas ma demeure en péril, bien au contraire ! Je pars au pôle nord, mince !En définitive, j’ai bien dû refaire ma valise 5 fois. La cinquième fut motivée par le précieux conseil du paternel après avoir abdiqué et concl[...]



Peanut saumonée jusqu'au bout des doigts de pied !

2008-08-31T00:21:27.232+02:00

Voici plusieurs mois que je ne pense plus qu'à ça...Mon départ en Norvège.Ma lubie, ma crise post diplôme, mon voyage initiatique... Appelez ça comme vous le voulez. Tout est combiné ! J'ai opté pour Oslo fin avril après quelques paroles encourageantes et déterminantes de mon frère, rejoignant lui aussi la colonie des saumons fumés, pour un erasmus bien mérité.Jusqu'ici je n'avais pas mesuré l'ampleur de mes futures pérégrinations... ou seulement à une échelle administrative !Je tiens par ailleurs, ici, à NON remercier, mon opérateur téléphonique français, (S...R, pour ne pas le nommer), sans qui je serais peut-être partie plus sereine, moins énervée et surtout moins engagée ! De l'abonnée fière de sa participation financière (relative puisque les écus sont tirés de la poche paternelle !) à qui l'ont fait croire au bout du fil qu'on ne saurait se passer de sa pitance (soit 35euros mensuels...), je suis vite passée à la cliente hurlant dans le combiné (patience limitée à 1 mois et demi tout de même contre les 10 jours annoncés...) vociférant son extrême lassitude à se faire prendre pour la mouche du coche ! Et ce qui leur vaut ici une litanie entière à leur gloire, c'est qu'à ce jour, tandis que je coule des jours heureux chez les Vikings, cette affaire n'est toujours pas réglée et mon mobile, qu'on m'assurait parfaitement utilisable en Norvège compte tenu de ce "contre-temps", est tout juste capable de me servir de convertisseur et de réveil...Voici pour l'entrée en matière !Autre formalité, autre réjouissance, je suis à présent couverte pour 3 mois par la Sécurité française, le temps que celle de mon pays d'accueil prenne le relais. Et l'administration norvégienne n'est pas forcément moins critiquable... Pour ne citer qu'un exemple, mardi dernier j'ai été à la Politi, soit la police, pour obtenir un permis de travail. (je précise d'ailleurs que du haut de mes 24 ans, de mon diplôme de communication et de mon cv encore à l'ébauche visant l'embauche, je suis partie faire jeune fille au pair pendant 10 mois. Que celui ou celle qui n'a jamais babysitté me jette le première pierre !)Me voici donc à prendre le bus dans une cacophonie de vert où les seuls repères visuels entre les sapins et arbres en tout genre, sont les stations essence, toutes du même nom : Esso...Le trajet passé, je prends place dans la file de la Politi.J'attends donc mon tour avec mon petit ticket de charcuterie administrative. 5, 10, 15, 20... 30 minutes. " For a work permit ? Yes, you have to go on the fifth floor !"...Et rebelotte. Je monte 4 à 4 les marches mais cela n'y changera rien. Ticket number 57 et à l'écran 46...Et comme le Norvégien n'est pas avar de rebondissements, je me dois de revenir avec d'autres formulaires remplis qu'on me fournit sur le champs, parce que leur papier en-tête est plus joli que mon actuel contrat...Je rate forcément le bus qui me passe sous le nez. L'averse reprend de plus belle. Je pense à mes 30kg de vêtements qui traversent en ce moment l'Europe pour me rejoindre et je me rêve en bottes en caoutchouc !Mais je tiens néanmoins à rendre grâce à la météo, très clémente depuis mon arrivée. Je doute que la France puisse rivaliser cette année avec son minable été indien !À présent, quelques mots pour rassurer les proches…J’ai été accueillie par une très gentille famille. Le moins que l’on puisse dire c’est que les petits vikings sont plein d’entrain ! Maison en bois oblige, ma chambre au sous-sol résonne sous leurs pas lestes (!) dès 7h du matin (weekends compris !). Je viens d’acquérir une onéreuse mais indispensable boîte de boules Quies. J’ai mémorisé plusieurs trajets en voiture et en bus. Je récupère ou emmène selon, les petits à la kindergarten (équivalent de garderie). Je mange très bien car mes hôte[...]



L'aigri vous va si bien...

2008-04-14T12:13:20.692+02:00

(image)
Ah! J'en ai ras l'arachide!
"L'a ptet ben raison l'dermato!" Je fais sûrement une réaction allergique au stress suscité par l'emploi malheureux! Pourtant, j'avais le sentiment d'avoir vécu bien pire comme situation avant de devenir marchande de vent dans la fonction publique…
Alors je vous dépeins le tableau.
Ce matin, peanut sort du plume, enfarinée. Elle se dit qu'une bonne douche la remettra d'entrain… Le poil soyeux et enfin dégraissé, le sourire a tout de même du mal à poindre.
"Bon diou de savon PH neutre et de crème "sans parfum" puant l'âcreté… Maudit traitement ouais! J'ai la cosse qui pique et l'éruption facile je trouve!"
M'enfin, passons. A défaut de morts, je semble voir des problèmes partout… Je rattrape de justesse ma lentille droite qui se faisait la malle dans une serviette humide. Et je m'y prends comme un pied pour atteindre le dit œil qui finit par déclarer une belle hémorragie lacrymale!
Arrive l'étape tant appréhendée de l'accessoirisation de Mlle Kakaouette (comprendre ici que je me la joue Mr Patate). Même pain quotidien : je défais la totalité de ma penderie pour atteindre une compilation cotonneuse mettant en valeur mon moi fourbu (je démarre toujours ma journée avec une envie vestimentaire). Je fais forcément chou blanc et prends le premier jeans boudinant et haut estival (rien de mieux en cette saison de giboulées!). Je fourre tout "bourré-balle" dans mon meuble foireux Ikea (je tiens à saluer l'auteur de cette expression, Choupi, sans qui mon laïus n'aurait pas le même apanage!)
J'arrive enfin à la pointeuse. Un regard endormi sur mes mails et mon thermomètre passe au rouge!
"Maaaaaaaaaaaiiiiiis c'est pas vraaaaaaaaaaaiiiiiiiiii!!!!!!!!"
Rapide flash back introspectif.
Je me sens soudainement telle Pénélope filant laborieusement son drap, que cette fois, d'autres improductifs tisserands s'évertuent à dépiquer…
J'ai passé deux #%$§!? semaines à patienter, relancer, anticiper, (m'ennuyer) pour qu'à la dead line d'avant avant-hier, on (les improductifs tisserands) m'envoie de précieuses données très utiles à la progression de ma mission...
Et… Rien! Voici réduites à néant mes perspectives utopiques d'activité libératrice! Retour à la case "patience" deux semaines supplémentaires, parce que mon très cher interlocuteur, oeuvrant pour la très noble inspection académique, a réglé ses congés sur la pas du scolaire!
Moralité : rien ne sert de travailler… Mieux vaut se brosser! (Hein Martine!)



Tout Pour Les Femmes

2008-04-03T17:36:47.310+02:00

Voici quelques mois, j'ai associé ma petite personne à un grand projet...
Disons que j'ai plutôt ressenti un effet positif du vieil adage que je pensais désormais vain bénéfiquement parlant "Semez et vous récolterez"...
Un précieux contact m'a donc mise en relation avec une personne ambitieuse et pas seulement rêveuse. Et c'est avec un grand plaisir et une pointe de fierté que je vous annonce (êtes-vous seulement plusieur à me lire?!) la mise en ligne d'un tout nouveau portail féminin.

http://www.toutpourlesfemmes.com

Ce site est avant tout dédié, comme l'indique son titre, aux femmes et aux femmes d'âge mûr. Mais il regorge également de sujets divers et variés qui satisferont la curiosité de tous.
Toutefois, si en définitive, vous ne vous sentez pas le moins du monde concernés, jetez seulement un oeil, découvrez mon unique (mais pas la dernière!) contribution et illuminez ma journée d'un commentaire enjoué!






J'veux qu'on m'appuie sur l'M de Merveilleux...

2008-03-26T15:54:26.020+01:00

Je veux une vie en forme d'arête

Je veux une vie en forme d'arête
Sur une assiette bleue
Je veux une vie en forme de chose
Au fond d'un machin tout seul
Je veux une vie en forme de sable dans des mains
En forme de pain vert ou de cruche
En forme de savate molle
En forme de faridondaine
De ramoneur ou de lilas
De terre pleine de cailloux
De coiffeur sauvage ou d'édredon fou
Je veux une vie en forme de toi
Et je l'ai, mais ça ne me suffit pas encore
Je ne suis jamais contente

(Boris Vian me l'a soufflé)



Y'a une mouch' dans ma soup'!

2008-03-06T16:25:06.837+01:00

Bonjour Monsieur Mouch.Première interrogation et pas des moindres, qui es-tu Monsieur Mouch? De quelle planète viens-tu? De quoi te nourris-tu? Ton caryotype est-il issu d'un mélange chromosomique magique?Bzz bzz. Même si j’ai un nom de diptère, je suis un bipède de la pire espèce. Celle dont vous êtes aussi, un mec comme les autres quoi ! Je viens de chez moi, et si je suis un peu essoufflé, c’est qu’il a fallu pédaler entre les gouttes. Qu’est-ce que je mange ?! Et bien, je prendrai la même chose que vous, merci.Raison pertinente de cette interview : le slam et son rôle adoucissant face aux dérives d'une société en proie à la pénurie de bling bling dans les sacoches des ménagères et à la disparition des bêtes à bon dieu (C'est vrai ça! Depuis combien de temps n'as-tu pas serré la pince à une coccinelle toi?!)…Mais c'est quoi le slam? D'où cela peut-il venir? (Séquence macrobiotique génétique…)Le slam, c’est un des derniers endroits où tu peux venir ouvrir ta gueule sans risquer de finir en cellule de dégrisement pour folie ostentatoire. Le public t’y attend, comme il s’attend aussi, puisque n’importe qui, à n’importe quel moment, peut avoir l’envie subite de monter sur scène, déclamer un poème, un conte, une lettre de motivation, une petite annonce, un rap ou même pousser la chansonnette. Bzz bzz.Monsieur Mouch revendique son statut de conteur bio… Je fais un peu l'ignorante pour le plaisir de la fable mais, dis-moi, un conteur bio, ça marine dans quelle sauce? Heu… ça veut dire quoi?Garanti sans Mot-GM. Si mes histoires ont une sale gueule, elles ont du goût. Ça fait pleurer, ça fait marrer, mais je vous garantis une sortie de salle avec l’envie pour les uns et les autres d’être des gens bons, pas des cochons.Et pour faire du slam, il faut forcément un nom d'emprunt?… Parce qu'entre nous… Monsieur Mouch, c'est un bien étrange patronyme! (me risquerai-je à te demander la raison de cette appellation "contrôlée"?!)Alors là, je ne vois pas ?! Et toi, tu le trouves normal ton nom ? Bon, ok, je me calme. Chacun fait comme il veut. Si tu t’appelles Jean-Jacques Martin, par exemple, que t’es petit et alcoolique, t’as le choix : soit tu te fais appeler Jean-Jacques, soit Jean-Jacques Martin, et puis si tu veux rester incognito, tu choisiras qu’on t’appelles Petit Corps Bourré. Perso, j’ai gardé le nom que mes copains d’enfance m’ont donné. Eux aussi je les ai gardés !Alors si je comprends bien, nuit et jour à tout venant, tu contes bio aux honnêtes gens! Et c'est payant?! Considères–tu avoir atteint les sommets de la gloire? As-tu déterminé un plan de carrière et des objectifs à atteindre mensuellement? Comment gères-tu la reconnaissance du public? Penses-tu devoir prendre un jour ta retraite et l'annoncer à la TV, à une heure de grande écoute, tout comme Johnny a pu le faire cette année?Je pense que ça n’est pas la peine de répondre à cette question, puisque la réponse est dans tous les magazines people. Franchement, faut être aveugle pour ne pas me reconnaître. Pour l’annonce de ma retraite, j’ai commencé par ça, et je passe ma retraite à organiser ma future vie active.Et sinon, sans déconner (Ouais, ben ça m’arrive aussi), je prends la vie comme elle vient, et j’ai plutôt de la chance jusqu’à présent, même si je ne roule pas sur l’or, ni sur l’argent d’ailleurs. Johnny prend sa retraite ????Pour t'entendre, te voir, te lire, te découvrir et s'enticher de tes univers aussi variés qu'un menu de soupes onctueuses faites maison, où faut-il fouiller?Si tu tapes « mouch » sur gogole, t’as déjà une bonne piste. Sinon, tu peux : soulever les papiers sur[...]



Même joueuse joue encore

2008-03-03T21:48:34.353+01:00

Comme je le disais avant-hier encore à mon banquier : "Mon bon monsieur, 2007 n'a pas été très conciliante avec moi...".Laissez-moi donc prendre les devants et murmurer à l'esgourde des quelques bigorneaux deveineux projetant de scouatter à nouveau mon rocher " FAUDRAIT PAS M'PRENDRE POUR UN MUG SANS ANSE 2 ANNÉES CONSÉCUTIVES NON PLUS ! FICHTRE !"Mais aujourd'hui, tandis que m'affublant de la meilleure volonté du monde et envisageant à l'horizon de mon reflet oculaire comme une ère nouvelle fructueuse (mouais...), je fis une fois de plus les frais d'un service complètement (à mon goût) factice... J'ai nommé l'Anpe.Une brève demande d'informations réclamée par téléphone et me voici priée d'enfourcher ma Ingrid mobile, d'user 0,89 € de ma précieuse essence, pour finalement m'entendre dire, accoudée à une simili banque d'accueil : "Mademoiselle, je vous conseille d'aller voir (ailleurs si j'y suis) le Greta ou l'Afpa...".Et cette petite débâcle directionnelle de me remémorer sans grande nostalgie, un joyeux épisode de mon année "insipide" passée...2-IV-07"Il y a un mois mon conseiller Anpe s'est prodigieusement démené pour qu'à l'issue du simple "recensement" de mon nouveau statut de « chercheuse d'emploi ne méritant pas même un fétu d'aide financière », je ressorte affublée d'un rendez-vous « Coaching emploi ».Ce fameux jour est arrivé !Malgré l'information sommaire qu'on m'en avait donnée, j'avais fini (comme à mon habitude) par élaborer des plans sur mon astre…Je me vis désormais tirée du guépier précaire du chômage sans droits… Affranchie de mon état végétatif, je sentais une vitalité inacoutumée m'extirper matinalement de mon tas de plumes ! Et le cœur guilleret, quoique les yeux embués d'un réveil encore nébuleux, je m'en allai vers un épilogue professionnel inespéré !Une fois posée, les lieux n'augurent rien de bon…Je sens comme un délabrement dans l'atmosphère… Très cosy ce 20 mètres carré dont l'effritement des murs est judicieusement occulté par des affiches sur l'emploi heureux...Fort heureusement, arrivée parmi les premiers du troupeau, je saute sur l'occasion pour poser mon séant sur une des rares chaises occupant l'espace... Manquerait plus que je précipite ma scoliose sur un banc sans dossier!La séance à peine entamée, un tour d'horizon de l'assistance éveille en moi comme un doute... Moyenne d'âge 40 ans, pour la plupart aussi pommés que moi mais pour la simple et bonne raison que l'information initiale (faisant cruellement défaut, comme précédemment explicité) avait omis d'annoncer le contenu, le lieu et les horaires...Horreur et damnation lorsque tous comprennent qu'on les a extirpé du lit et de leurs (absentes) obligations professionnelles pour 40 minutes de blabla (sur les 3 prochains mois de prestation nécessitant une présence régulière deux fois par semaine) et un entretien de 10 min chacun sur l'ensemble de la journée! Rien ne va plus entre M. Bidule qui doit impérativement téléphoner à d'hypothétiques partenaires à horaires fixes, Mme Truc qui doit s'organiser pour faire garder son morveux d'un an cette après-midi ("C'est un scandale! On ne m'avait pas dit qu'il fallait être dispo au moins un jour complet dans la semaine!). Sans oublier M. Machin qui semble comprendre que Coaching Emploi nécessite qu'on soit à la recherche d'un emploi..."Heu...c'est à dire que je viens de signer et que je commence la semaine prochaine...Alors voyez-vous, être présent à temps plein sur 3 mois..."!!!Vient l'interminable moment, où chacun retrouvant avec plaisir les bancs de l'école, s'époumone dans un vacarme intolérable pour soit y aller de son comment[...]



Telle une vache ruminant, regarde le train passer...

2008-03-03T19:25:22.921+01:00

(object) (embed)




Quand j'srai 'rande j'srai un flan...

2008-02-04T14:11:05.977+01:00

Dans l'intervalle, je tente d'être une fille de pub...
(embed) ">



Emue comme un Kiwi sans ailes...

2008-01-25T16:01:39.499+01:00

Je ne résiste pas à mettre en ligne sur mon blog cette vidéo...
Je collectionne les images et les mots qui bousculent mon bout de moi.
Merci une fois de plus à Maggy pour l'avoir mis à la portée de mon clic! (Le blog de Maggy est présent dans ma liste de liens)
(object) (embed)
Kiwi



Humphfff...

2008-01-27T16:20:08.469+01:00

Chère P.,Je suis navrée que tu fasses les frais de ma soufflerie de boeuf et bien que tu te sois expliquée sur lesconditions malheureuses d'organisation de ta dédicace vendredi dernier, j'ai tout de même sur le coup comme un gros ras le bol mal exprimé!La raison de mon râle déphasé : je rentre juste d'un long week-end sympathique sur la capitale, qu'un agréable cumul de RTT m'a permis de concrétiser! (Youpi!)Retour donc sur Brioche land mais j'ai contenu jusqu'ici toute la souffrance qui m'habite depuis vendredi après-midi (j'en rajoute un peu là...).J'étais toute émoustillée à l'idée de faire dédicacer pour la première fois de ma courte existence, un bel ouvrage de ma fraîche bibliothèque. J'avais pour cela pris mes dispositions en appelant au préalable le libraire qui m'assurait qu'"aucune réservation ne serait nécessaire car ils seraient en mesure de tous nous contenter...".J'avais préparé mon monologue "Bonjour chère P. J'aime beaucoup ton travail. Pourrais-tu me signer ton bel ouvrage. Pour Kakaouette s'il te plait." Devançant l'éventuel engouement à la caisse (mais surtout pour le feuilleter en chemin... Les voyages en charrette c'est fastidieux), j'avais acheté mon exemplaire à Brioche land...Quel ne fut pas mon étonnement en arrivant à 16h à la-dite librairie...Passée la surprise de trouver sur l'asphalte un petit tas de fans esseulés, j'accepte patiemment que le libraire joue son rôle d'agent des assedic mal luné "Ceux qui ont un ticket, vous entrez... Les autres, attendez..."Faisant fi de ma timidité et jouant du braveheart pour tous les autres ahuris sur le trottoir, je n'attends pas le prochain tour de verrou pour poser l'ultime question que tout le monde se pose..."Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel de tickets d'entrée?!"Sur quoi, mon interlocuteur me réplique que l'organisation a été quelque peu modifiée pour cause de succès non maîtrisé. Le coup du succès ne surprend personne dans l'assistance grelottante (puisque composée de l'ingrédient principal du-dit succès...des groupies!). En revanche nous commençons à tressaillir à l'évocation d'ultimes tickets alors que la dédicace n'a commencé qu'une heure auparavant!Je tente un coup d'état mélodramatique en jurant par monts et par vaux que j'ai parcouru 500 km en charrue tirée par des bovins (le bon vieux cliché breton) mais un jet d'oeil sur mes pieds sans sabots et le Cerber, indupable, me propose une dernière fois un ticket valable 2h et demi plus tard...Je me résigne. Advienne que pourra. Si à 18h30 mon programme parisien me maintient dans les parages, j'aurai au moins mon laisser-passer...Mais... Voici qu'en plus d'un ticket, on me presse de me munir d'un exemplaire de l'ouvrage?!What?! But... Je radote certainement mais pour une fois que l'anticipation me dessert... "Mais Monsieur... Je l'ai déjà acheté ?! A Brioche land... Souvenez-vous... Mes boeufs sont garés dans la rue...""Et ben t'en prends un autre!" "M'enfin... ""Ou tu prends celui de l'autre auteur en dédicace!""Un autre auteur? Comme, ça... Se sentir l'âme d'une groupie pour un auteur inconnu? (me prend pour un mug celui-là?!)" Vexée. J'ai pris mes clic et mes clac et surtout mon exemplaire absolument pas dédicacé...Voilà.Ca va déjà mieux. Fallait que ça sorte!Ton programme de dédicaces à venir ne mentionne pas la Brioche et ses alentours...Je suis un peu échaudée... Toutefois, même sans blabla préambulaire signé de ta patte, l'album est agréable à lire et à partager. A une prochaine.Kakaouette[...]



Une fille qu'elle est bien pour prendre la lumière (et les baffes!)

2008-01-27T16:24:52.525+01:00

Je connais une fille qui...
Tarotte jusqu'au bout de la nuit. Fait toaster ses Knackys. Pratique le benchmark sur e-bay et sait y mettre le prix (surtout si un tapis oriental bleu Klein en est la mise). A fait de son chat un dandy (des champs!). Rote fort et crie "Merci!". Fait référence à Walt Disney si l'occasion si prête... ou pas ("Gloire à notre illustre héros!")!
Affuble ses amis de sobriquets (louloutasses patatasses!).Transforme un pathétique film en un cours mythologique. Encense ses amis. Est talentueuse. Insaisissable. Torturée mais pas résignée. Fonce tête baissée. Se conjugue au présent. Est comédienne. Naturellement belle, étonnamment douée. Embrassera le succès. Fera l'amour au monde entier. Pourvu qu'on sache l'aimer.

Juliette, c'est la comédienne de cette annonce vidéo.
C'est surtout mon amie. Raison de mon apologie!
(Vous pouvez aussi postuler...)

(embed) ">



Sous les pavés... Kakaouette Circus!

2008-01-27T16:21:15.631+01:00

Il n'est pas encore trop tard pour faire l'apologie d'un lieu qui aura marqué mon palpitant plus qu'aucun autre jusqu'à ce jour.Il y a un an encore, je foulais de mes bottines rembourrées le sol pailleté d'un univers hors norme. Le Cirque du Grand Céleste, à la porte des Lilas de Paris, fut mon îlot magique durant six mois. J'avais jusqu'alors une idée peu complaisante des cirques et de leur chiche ritournelle. Mais…Amoureux de la poésie et de l'époustouflant, vous ne serez pas déçus. Je vous invite à voir et à revoir le Drôle de monde de mon cirque astral. Croyez-moi si je vous dis qu'une fois infusé dans ma bobine, j'en ai perdu le fil des jours moroses et me suis raccrochée aux étoiles pour me coudre un quotidien d'exception.Drôle de Monde 2 se joue au Cirque du Grand Céleste jusqu'au 27 janvier 2008 (et il paraîtrait même jusqu'au 24 février...)Réservation 01 53 19 99 13www.grandceleste.comRetour sur Kakaouette Circus / 09-IX-06 au 02-II-07 /Discours d'aurevoir à l'équipe du Cirque du Grand Céleste "Mes très chers saltimbanques,Je suis venue vous dire que je m'en vais... Et vos larmes n'y pourront rien changer...Des adieux à jamais, oui je suis au regret de vous dire que je m'en vais......Très bien j'arrête mes simagrées ! J'ai bien révisé ma leçon, je sais que ce genre de ritournelle éplorée n'a pas lieu d'être sous ces chapiteaux !J'en sais quelque chose, j'ai eu le temps de me "culturer" pendant ces quelques mois sous la voûte céleste et à ce qu'en dit la presse, ici pas de place pour "les strass et les danseuses siliconées" (dixit les Echos) mais bien plutôt pour "l'impromptu et la drôlerie" ! (foi de Canard Enchaîné). Et foi de pain brioché cette fois (Brioche, briochine, Saint Brieuc, Bretonne…ça s'éclaire ?!)...Je reprends donc, foi de pain brioché cette fois (mais pas dans la ville de Foix !), l'impromptu au Grand Céleste j'y ai gouté ! Au point d'abdiquer à ce pain quotidien...AMEN !Souvenez-vous...Au détours d'une toile bleutée vous m'avez certainement croisée, un jour apprenant à rendre buvable mon jus de chaussette pour le servir aux Portes Ouvertes, derrière une table et deux bouts de tissus à en perdre mon latin pour retrouver dans un vestiaire improvisé le parapluie rouge et jaune à petits pois d'une employée de Citrix, ou en cuisine à donner une saveur incomparable aux petits fours Picard pour la dédicace d'un incroyable dessinateur, ou alors éventuellement écrasée sous un sapin de 2 m de haut aux épines aiguisées pour contenter l'esprit de Noël si sacré, régulièrement aussi vous m'aurez aperçue sprintant entre deux algécos et les gouttes de pluie, suivant le chemin étoilé pour « promener Titus » mon chien invisible, si ce n'est en ces lieux, vous m'aurez trouvée à juste titre (celui de blonde à tout faire) dans les rues grises et malodorantes de Paris à traîner avec mon acolyte tracteur un caddy récalcitrant surtout face aux marches du métro, ou tout bonnement derrière la grille du cirque à ouvrir, fermer, ouvrir... fermer... ouvrir… et finalement fermer entre deux parents d'élèves, une livraison Verger, une autre de Viking pour des étiquettes qu'on égarera bientôt en cuisine (mettant ainsi en péril mon beau publipostage) ; à moins qu'un badaud que les chapiteaux auront interpellés ne m'apostrophe le nez collé aux barreaux ("Heu...Bonjour mademoiselle, je suis bien à Bouglione ?!") !Bien que révolutionnant à jamais ma carrière de jeune communicante désormais dument formée comme barma[...]



Cherche chaton pour enthousiasme matinal!

2008-01-27T16:21:40.151+01:00

Détail de l'annonce...
(embed) ">


(Merci Maggy!)






Un peu plus froid qu'hier et moins que demain...

2007-12-18T23:56:23.188+01:00

Le réveil sonne.« Screugneugneu…romphfff… ». Encore le sentiment que l'aiguille m'a fourvoyée cette nuit!Cernée, le rimmel tout coulé, je chancelle, les yeux mis-clos, jusqu'à la salle de bain. « Allez, 'Kaouette... Suis la lueur de l'aube…à l'heure où blanchit la campagne… »« Humphfff…'fait encore nuit pauv' truffe! »(sic. S'injurie elle-même et non l'illustre Hugo.).Mon reflet n'a pas l'air mieux luné que moi. Je m'attaque aux travaux. Un ravalement de façade ne sera pas de trop pour donner envie aux collègues de te biser aujourd'hui… Après une heure d'essais infructueux et de collages improvisés, j'embarque mon petit moi en chantier dans ma Ingrid mobile toute congelée. Passée la surprise d'avoir en hiver un bolide amorphe, proche du trépas, je me suis assez facilement acclimatée à l'idée de consacrer les quinze premières minutes de ma laborieuse journée à de nombreux claquements vains de ma portière avant gauche.Je démarre. Sur le trajet je manque de perdre mes dix doigts groguis par le froid. A tour de rôle je leur fais visiter ma cavité buccale, les plongeant alors dans une chaude torpeur de laquelle ils rechignent à s'extraire. Faute de quoi je m'étouffe presque avec la moitié de ma main droite dans le bec!Une fois à bord de ma galère diurnale, je tangue au gré des remous que la houle indigène ressuscitera, invariablement. "Bip" - L'écran indique "pointage enregistré". « Bonjour Kakaouette ! » - « B’jour » - « Bien dormi? » - « Oui! » (sic. Je mens aussi.) - Châtaigne - « Ouch! » - « Ah oui, désolée… L'hiver, je suis électrique! » - « Fait pas chaud dans ton bureau! » - « J'suis maudite. Rien de grave. » - Rire qui s'éloigne.« Bonjour Kakaouette ! » - « B’jour » - « Bien dormi? » - « Oui! » (sic. Je mens toujours.) - Châtaigne - « Ouch! » - « Ah oui, désolée… L'hiver, je suis électrique! » - « Fait pas chaud dans ton bureau! » - « J'suis maudite. Rien de grave. » - Rire qui s'éloigne.« Bonjour Kakaouette ! » - « B’jour » - « Bien dormi? » - « Oui! » (sic. Je mens.) – Châtaigne…Les heures s'écoulent. Je nage.Troisième note sur mon intranet. Je m'énerve. Ne me sens pas concernée. Le chauffage s'est remis à fonctionner. Une vraie cuve. Je goutte enfin au bonheur thermique. Une réunion. Mes neurones sont en ébullition. Sur le terrain. Je prends un plan de bâtiment et vais abstraitement apposer mes utopiques panneaux.Appareillée, je balise mon trajet. « Souriez! Vous êtes ektachromés!.(Regards inquisiteurs de fonctionnaires méfiants)Mais non, je suis émissaire ! Je viens actualiser vos panneaux de portes ! »« Ah… Mais faites donc jeune fille! (Rassurés...)Pourriez-vous changer l’intitulé de mon poste sur l'étiquette ?... » (...et intéressés!)Une stagiaire demande audience. Laïus (Fière de moi).« Et concrètement Miss Kakaouette…Comment pourrait-on résumer le terme signalétique ? »« Heu…pfff…gnuourghn…(effort neurologique)…Petite, tu ne voudrais pas plutôt devenir fleuriste ?!... »Mince alors.Hors de l'eau. Je relève la tête. Ma plante Flip Flap à écran solaire intégré a cessé de s’agiter. Le cadran est ajourné. J'en fais autant."Bip" - L'écran indique "pointage enregistré".[...]






Les pubs d'aujourd'hui font les tubes de demain

2007-12-07T11:24:53.453+01:00

(embed) ">

Thedo - On my shoulders