Subscribe: Commentaires sur : Influents & influençables
http://www.balencourt.com/blog/2007/04/05/influents-influencables/feed
Added By: Feedage Forager Feedage Grade B rated
Language: French
Tags:
comme  dans  des  est  fait  ils  journalistes  les  mais  par  promethee  par   pas  pour  qui  sur  tout  une  être 
Rate this Feed
Rate this feedRate this feedRate this feedRate this feedRate this feed
Rate this feed 1 starRate this feed 2 starRate this feed 3 starRate this feed 4 starRate this feed 5 star

Comments (0)

Feed Details and Statistics Feed Statistics
Preview: Commentaires sur : Influents & influençables

Commentaires sur : Influents & influençables



teenager then manager



Last Build Date: Fri, 08 Apr 2016 09:30:53 +0000

 



Par : Denis au fil du web » Blog & buzz agency, ces mains qui nous nourrissent

Fri, 17 Aug 2007 14:39:38 +0000

[...] me questionnais au printemps sur la qualité des messages, PhiH, s’indignant de la dérive des festivals, s’épanche [...]



Par : Denis au fil du web » Influence des blogs : récupération du PageRank d’un site

Tue, 17 Apr 2007 23:09:59 +0000

[...] de l’influence des blogs est un sujet à la mode. Pourtant les premières approches au Nord du pays prêtent le flanc à la critique par [...]



Par : Kamelot Blog

Sat, 07 Apr 2007 21:55:56 +0000

à lire avec objectivité... Je suis vierge de toute perturbation extérieure dans mes propos Foutaise !......



Par : Promethee

Sat, 07 Apr 2007 16:34:47 +0000

En fait, pour répondre à ta question, je dirais que je suis simplement un peu un extraterrestre du genre. A la base, il m'arrive assez régulièrement d'être sollicité mais cela tient davantage de journalistes que de product managers. Le fait est que j'ai comme coutume de décliner gentiment toutes les propositions qui ne respectent pas mes propres conditions, la première d'entre-elles étant tout simplement mon anonymat. C'est la raison pour laquelle il arrive souvent que je note qu'un blogueur a été interviewé par un quotidien parce que j'ai refusé l'offre de départ, tout en souriant malicieusement derrière mon écran: e.a. un interview couplé d'une photo du blogueur ? No way ! Et il est assez curieux de devoir expliquer à certains, qui ont pourtant étudié les bases du journalisme, les raisons privées et professionnelles pour lesquelles on préfère parfois rester dans l'ombre. Google's not always your best friend, never mess with the jackals... Pour le reste, oui, comme certains, j'ai déjà reçu des cadeaux-promo relativement coûteux qui font le plaisir de Madame, mais j'ai arrêté de refiler mon adresse pour les raisons décrites supra. Par contre, si le Tagawa m'offre le vendredi soir sur la note du patron, je réfléchirais bien à deux fois avant de dire: "Kuso !".



Par : Denis

Sat, 07 Apr 2007 12:50:40 +0000

Concernant la sociologie publicitaire élémentaire c'est l'idée du titre de cette note. Comme tu le notes, je paraphrase, c'est en propulsant des blogueurs complaisants sur le devant de la scène, en en faisant des influents que l'on espère s'attirer les sympathies de telle ou telle coterie. L'influent est donc avant tout un curieux influençable ou caressable dans le sens du poil. C'est dans la durée que ces "influents" comme les journalistes et les pilotes de ligne, seront vu comme des spécialistes, des vendus. Certains tailleront-ils la crosse de leur 6 coups pour chaque buzz qu'ils auront colporté?. Encore faudra-t-il qu'ils ne cèdent pas à twitter ou autres écrits minimaliste. Et toi Prométhée, y'a des marketeux qui te draguent ? Les restos japonais s'arrachent-ils tes commentaires? Au delà de la boutade je suis curieux de savoir si certains viennent te jouer des sérénades



Par : Promethee

Sat, 07 Apr 2007 07:47:32 +0000

Je ne pense pas qu'il y ait une tendance journalistes/régies pour discréditer les blogs, je parlerais plutôt de récupérations récurrentes du phénomène. Les bons marketeux ont compris qu'ils ne pourront pas briser une logique mais qu'en investissant l'appareil, ils peuvent au contraire le soumettre en partie à leur volonté. Les faits sont clairement établis puisque dans 90% des projets de marketing, on retrouve 99% d'habitués que l'on pourrait qualifier de "cellules neutres": ils ont été sélectionnés avec beaucoup de précautions pour limiter au maximum le risque de dérapage et, partant, favoriser le repositionnement de marque. L'objectif n'est même pas d'obtenir un "return" proche du publi-reportage mais de donner une image sympathique de la marque: fun, ouverte, blogophile, tendance. Paradoxalement, ils créent aussi une attente sur une partie du peuple non élu qui attend son tour pour être glissé dans la short-list, créant ainsi une dynamique de contenu de moins en moins sous acide. Le système s'alimente tout seul, c'est de la sociologie publicitaire élémentaire. Mais là encore, peut-on parler de "blogueurs influents" ? A titre personnel, je pense justement que non. C'est plutôt le schéma de "blogueurs sous contrôle" à qui l'on attribue une sorte de surclassement bloguien à des fins mercantiles. Attention, je ne dis pas maintenant que le buzz est inutile ou doit être rejeté d'un revers de la main. Que du contraire, cela fait toujours très plaisir à celui qui en est le bénéficaire. Mais la notion d'influence y est assez stérile en termes structurels.



Par : Denis

Fri, 06 Apr 2007 17:26:58 +0000

@Prom : Je suis assez d'accord avec ton analyse et je pense que les attentes sont plus fortes du côté des agences que dans le chef des blogueurs. Ce qui explique la multiplications des spots où le buzz s'exprime, histoire d'être en contact avec ceux qui survivront. @François : Peut-on imaginer une collusion journaliste/régie pour discréditer ce média et ces pratiques qui rongent les marges ? Ou c'est du conspirationisme paranoïaque de mauvais aloi ?



Par : Promethee

Fri, 06 Apr 2007 17:08:44 +0000

PS: un journaliste crédible tout comme le blogueur respecté, c'est une personne qui se fait respecter et que l'on achète pas avec du fanta mango ou des tomates farcies, qui ne court pas après l'auto-promotion et ni ne se déclare encore moins "influent". Si les journalistes de Ars Technica devaient se faire un sang d'encre à l'idée d'atomiser la review d'un portable prêté par Dell, ou Mehmet Koksal de s'interroger sur les sentiments de Moureaux ou Reynders à la publication d'un article, tout serait d'un triste...



Par : Promethee

Fri, 06 Apr 2007 17:01:05 +0000

Mon petit grain de sable... :mrgreen: Existe-t-il vraiment beaucoup de blogueurs célèbres et crédibles, dans la relation avec le marketing de l'un ou l'autre produit ? A titre personnel, je n'y crois pas du tout, je les compte à peine sur les doigts d'une main en Europe (anglo-saxonne). A l'instar du journaliste (semi)précaire qui espère être invité dans l'Embraer 145 pour couvrir la Francophonie à Bucarest, le "blogueur influent" se fait récupérer à l'insu de son plein gré pour être de la partie la prochaine fois. Certains l'avouent à haute et claire voix, d'autre plus hypocrites pas. Il y a une part logique de flatterie naturelle mais aussi d'auto-alimentation du circuit: win-win theory. Un exemple récent ? La couverture du lancement de Vista à l'Atomium. Si l'influence belge se résume à des Flandriens qui se photographient/s'extasient devant un club de Second Life et font la promo du traiteur, c'est profondément navrant. Evidemment, un journaliste qui dérange ou un blogueur qui fait trop de bruit, cela n'intéresse ni les rédactions ni les marques. On préfère davantage les gens lisses, les mous, les consensuels et les plumes aussi caustiques que l'Ebarviva Baby soap. Au final, c'est quoi être influent ? Faire le digg-like, le publi-reporter et causer de son chat ? A titre personnel, je plaide pour l'idée d'une blogosphère à degrés différents de maturité et de crédibilité. Alors pour conclure de manière lucide mais optimiste, je vais reprendre les mots de François: "une crédibilité en ligne cela se gère sur la durée".



Par : Francois

Fri, 06 Apr 2007 13:21:58 +0000

Une fois de plus, pour ne reprendre que cette question de la subjectivité forcée du blogueur, alors que celui-ci naïvement se croit très objectif, la journaliste rtébéenne de ce reportage n'a pas gratté très loin. Et elle ne sait sans doute pas comme fonctionne cet univers. Il en va pour les blogueurs comme les journalistes : une crédibilité en ligne cela se gère sur la durée. Tout ne sera pas forcément intéressant, ni pertinent ou encore bien raconté. Mais parfois oui! Et souvent sans la complaisance qu'on retrouve trop souvent chez nos bons vieux journalistes. C'est d'ailleurs marrant qu'ils soient si prompts à défendre les valeurs éthiques, se posant souvent comme seuls garants d'une objectivité face aux propos mensongers de l'Internet. Cette une discussion a déjà été faite 1.000 fois. Il faudra sans doute refaire 1.000 fois de plus. Ce qui était dommage dans le reportage ce fut le point de vue assez systématique du consomateur comme "victime". Comme si tout se passait à l'insu de son plein gré dès que son attention avait été captée. Même s'il y a une dérive absurde entre l'inneficacité prouvée des méthodes de mass marketing et leur démultiplication à l'infini, derrière il y a des personnes qui choisissent de s'identifier à des histoires, des valeurs, ... ou une pression sociale en consommant les produits. Il est toujours possible de proposer d'autres choses, d'autres méthodes d'information mais qui ne plairont pas à l'industrie de la communication (plus de budget marketing, travail sur le long-terme, incertitudes des résultats, rencontre des vraies personnes qui s'identifient aux histoires et plus des profils caricaturés, ... ).